Le Trou Noir, le film de 1979 Feu rouge cinéma

The Black Hole (1979)

Sorti en Angleterre le 18 décembre 1979.
Sorti aux USA le 21 décembre 1979.
Sorti en France le 3 octobre 1980.

De Gary Nelson ; sur un scénario de Jeb Rosebrook, Bob Barbash, Richard H. Landau et Gerry Day ; avec Maximilian Schell, Anthony Perkins, Robert Forster, Yvette Mimieux, Ernest Borgnine, Roddy McDowall, Tom McLoughlin.

Pour adultes et adolescents.

L’an 2130, jour 537. Vincent, le robot, annonce : correction de course imprévue annoncée pour 22 heures. Test de pré-correction : axe de rotation plus trois degrés. Pression d’oxyde d’Azote : 4100, montant à 5000. Les réacteurs C et D sont pré-sélectionnés. Séquence d’allumage du rotor commençant dans 3-0 Réacteurs de poussée en attente.

Le lieutenant Charles Pizer lui répond de l’alerter quinze secondes avant l’allumage. Puis il demande à Alex Durant s’il a déterminé l’impact de la correction sur leur horaire d’arrivée. Le professeur Alex Durant répond qu’il y travaille et remarque qu’ils ne devraient pas avoir besoin de correction à ce moment. Le lieutenant Pizer demande alors à Vincent de vérifier à nouveau leur course en se basant sur un autre référent céleste. Vincent répond immédiatement qu’il l’a déjà fait et que la correction est valide, mais qu’il a trouvé une explication quant à l’altération de leur course et demande au lieutenant de venir sur la passerelle.

Le lieutenant Charlie Pizer arrive en flottant par un puits donnant sur le poste de navigation où l’attend Vincent, un robot mignon ressemblant à un bibendum avec des grands yeux peints, qui annonce à Pizer qu’ils sont en vue du plus gros trou noir que le robot ait jamais rencontré. Pizer demande à voir sur le projecteur holographique. La lumière du poste baisse et un tourbillon bleu apparait au centre du pupitre circulaire.

Deux autres membres d’équipage arrivent à leur tour en flottant par le puits d’accès au poste de navigation : les professeurs Kate McCrae et Alex Durant, tandis qu’un troisième arrive par un accès latéral, Booth. Ce dernier, le mécanicien de bord, Harry Booth, déclare alors que le trou noir en question sort directement de l’Enfer de Dante. Charlie Pizer confirme, déclarant le trou noir comme la force la plus destructive de tout l’Univers, rappelant que rien ne peut en réchapper, pas même la lumière.

Kate remarque à son tour qu’elle avait un professeur qui prédisait que les trous noirs finiraient par dévorer l’univers entier. Alex renchérit : pourquoi pas, vu qu’ils ont pu voir des soleils géants aspirés dedans et disparaître sans laisser de trace. Puis le capitaine Dan Holland, arrivé entretemps, demande un zoom à Vincent, et le robot répond qu’il polarise l’image pour se faire. Étrangement, le projecteur holographique dézoome alors l’image du tourbillon… ( !).

Charlie Pizer commente que chaque fois qu’il voit un trou noir, il s’attend à y apercevoir un type en rouge avec des cornes et une fourche et le capitaine Holland admet que le trou noir est bien un monstre. Vincent répond que c’est un accroc dans la toile de l’Espace du Temps, mais qu’il a détecté autre chose digne de leur intérêt. Dan Holland demande à voir, et Vincent affiche l’objet en question sur le projecteur holographique, soulignant qu’il n’a pas bougé depuis son premier relevé : c’est un vaisseau spatial.

Dan Holland demande à Alex Durant s’il peut aussi voir le vaisseau et Alex le confirme. Holland demande alors que Vincent zoome à nouveau sur le vaisseau spatial pour permettre son identification. Charlie Pizer s’étonne alors que qui que soit puisse les avoir devancer là. Vincent fait défiler les silhouettes de l’Arcturius-10, battant pavillon du Royaume Unis, du Liberté-7 pavillon des États-Unis, de la station expérimentale russe de la série 5, du module français Sahara 5-3, du Pluton 4 du Japon, de la sonde spatiale 1 des États-Unis – pour finalement identifier l’USS Cygnus.

Comme Kate confirme qu’il s’agit du Cygnus, Vincent lui demande si le père de Kate n’était pas à bord de ce vaisseau. Kate répond que la mission du Cygnus était la même que la leur : découvrir des planètes habitables dans l’Espace profond. Holland ordonne à Pizer de contacter le Cygnus tandis que Kate continue l’histoire du Cygnus : le vaisseau avait été rappelé par la Terre et sa mission était considérée comme un échec. Harry Booth remarque que le professeur Hans Reinhardt avait dû mal le prendre. Dan Holland demande alors si Harry avait connu le commandant Reinhardt, et Harry répond qu’ils étaient plutôt entrés en collision.

Selon Harry Booth, Reinhard avait le chic de faire passer son ambition personnelle pour une affaire de fierté nationale et a persuadé le comité d’appropriation de l’Espace dans le pire fiasco financier de tous les temps. Il refusa d’admettre son échec, ignora l’ordre de revenir. Alex Durant objecte : peut-être que non. Peut-être que l’ordre ne lui est jamais arrivé. Kate renchérit : ce vaisseau a disparu d’un coup. Charlie Pizer demande à Dan Holland d’approcher leur propre vaisseau suffisamment pour que Vincent et lui montent à bord du Cygnus par les cordons d’accès.

***

Donnez votre avis sur ce film en nous rejoignant sur le forum Philippe-Ebly.fr

***