Splice, le film de 2010Feu vert cinéma

Splice (2010)

Sorti aux USA le 4 juin 2010.
Sorti en France le 30 juin 2010.
Sorti du blu-ray anglais le 16 mai 2010.
Sortie du blu-ray américain le 5 octobre 2010 (multi-régions, pas de version française, pas de sous-titres français).
Sorti du blu-ray français le 2 novembre 2010 (région B)

De Vincenzo Natali (également scénariste). Avec Adrien Brody, Sarah Polley, Delphine Chanéac, Brandon McGibbon, David Hewlett, Simona Maicanescu.

Pour adultes.

Un jeune couple de bio-techniciens, Clive et Elsa, procèdent à un accouchement qui se passe moyennement : le cœur du bébé s’arrête et ils sont obligés de le choquer pour refaire battre son cœur. Mais de leur avis, le bébé est parfait, et il a une tête à s’appeler Marvin, mais ils le prénomment Fred. Le bébé est en fait une sorte de grosse larve, qui fait la paire avec la dénommée Ginger. À peine réunis les deux larves se mettent à s’enrouler une espèce de langues, de fait, à faire un bébé. Leur chef de service est très inquiet avant la présentation auprès du comité de direction : depuis trois ans, leur laboratoire a combiner les ADN de nombreuses espèces, et ont abouti à Ginger et perfectionné leur technique de combinaison génétique au point de pouvoir introduire des gènes humains, ce qui les mènent droit à des possibilités de production de médicaments contre d’innombrables maladies humaines.

La responsable du comité de direction leur annonce alors qu’ils sont ravis, et qu’ils vont fermer le laboratoire, car ils doivent se lancer dans la phase 2, la production de bétail viable. Newstead les tient : la firme est propriétaire de tous leurs brevets et Elsa ne veut pas passer les cinq prochaines années à farfouiller l’ADN de protéines. Clive décide de la suivre dans son projet : hybrider l’humain et l’animal. Mais les premières tentatives sont un échec. Alors la jeune femme décide de forcer l’hybridation des gènes. Après de nombreux échecs, ils obtiennent soudain un succès, sans savoir exactement comment : tous les gènes se combinent à présent les uns aux autres : ils tiennent leur découverte du siècle, congelée. Elsa amène alors le container et s’enferme seule dans le laboratoire. Elle ne lui ouvre que lorsqu’elle a inséré le génome créé dans un œuf et mit l’œuf en gestation. En rouvrant la porte à son compagnon, elle rappelle que le clonage humain est interdit, mais que la chose qu’ils viennent de créer n’est pas humaine. Sous leur yeux, les premières subdivision de l’œuf remplissent leur utérus artificiel. Plus tard, alors qu’Elsa surveille l’embryon, le cœur de celui s’arrête, puis repart.

Alors qu’ils passent une soirée tranquille à rêver d’un appartement plus grand, ils reçoivent une alerte par téléphone : Beti, comme ils l’ont prénommée, s’apprête à sortir, très en avance sur le planning, et beaucoup plus grosse que prévu. Comme Elsa met sa main gantée pour sentir la créature, celle-ci la saisit par le bras, et Clive brise la vitre de la couveuse puis découpe la poche : la créature libérée relâche enfin Elsa. C’est une espèce de grosse larve, avec une queue dotée d’un dard, dard qui a frappé Elsa qui se met à convulser. Clive lui injecte alors un antidote dans la cuisse et Elsa se redresse, répétant : « qu’est-ce que c’était ? ». Ce à quoi Clive répond que c’était une erreur. Selon Clive, la créature est mal formée, et il veut l’euthanasier, mais Elsa l’arrête : ils n’en savent rien, il faut d’abord l’étudier, et voir si elle est viable…

Donnez votre avis sur ce film en nous rejoignant sur le forum Philippe-Ebly.fr

***