Scanners, le film de 1981Feu vert cinéma

Ici la page Amazon.fr du blu-ray français de Scanners (1981)

Scanners (1981)

Sorti aux USA le 14 janvier 1981.
Sorti en France le 8 avril 1981.
sorti en blu-ray anglais le 4 décembre 2013 (région B...)
Sorti en blu-ray américain le 15 juillet 2014 chez CRITERION (région A...).
Sorti en blu-ray français le 1er octobre 2014.

De David Cronenberg (également scénariste), avec Stephen Lack, Patrick McGoohan, Michael Ironside, Lawrence Dane, Jennifer O'Neill, Robert A. Silverman.

Pour adultes.

Un homme en imperméable - Cameron Vale - à l’aspect négligé entre par une sortie de secours dans une galerie marchande. Il vole sur les tables d’un restaurant des restes de nourriture. Comme il s’assied et qu’une femme commente son attitude à la table voisine, le qualifiant de dégoutant, ses yeux s’agrandissent, et la femme fait une attaque cérébrale. Vale tente de s’enfuir et deux hommes qui l’ont remarqué le poursuivent à travers les escalators. L’un des poursuivants tire sur Vale avec un pistolet à fléchettes anesthésiantes, et Vale finit par s’écrouler dans un escalator.

Vale se réveille sanglé à un lit d’hôpital dans une vaste cave, habillé de blanc, avec des sièges alignés comme pour un spectacle. Un homme à lunettes – le docteur Paul Ruth – lui explique qu’il est un scanner, et que ce qui a été pour lui une source de grande souffrance, peut désormais être une source de pouvoir. Puis Ruth fait entrer une foule de gens et Vale, toujours sanglé au lit, se met à se tordre de souffrance tandis qu’un brouhaha grandit. Cependant, aucun des spectateurs ne parle. Plusieurs caméras sont braquées sur lui et après un certain temps, le brouhaha s’abaisse à un ronflement confus et Ruth lui fait une injection, puis lui dit qu’il peut parler à présent.

Ailleurs, dans un amphithéâtre, un homme prétend « scanner » les spectateurs, annonçant que le scan sera douloureux et peut provoquer nausées et saignements. Il interdit également à ce que quiconque quitte la salle une fois que la démonstration sera commencée. Puis il demande un volontaire. Le « scanneur » demande à son volontaire de s’asseoir à côté de lui sur l’estrade, et de penser à quelque chose de spécial et personnel, mais qu’il ne souhaite pas tenir secret vis-à-vis du public. Le volontaire a une curieuse cicatrice sur le front, entre les deux yeux. Le « scanneur » se met à grimacer, tandis que le « scanné » a ses veines qui grossissent notablement. Puis le « scanneur » convulse, et lorsque le « scanné » se raidit, la tête du « scanneur » explose. L’un des hommes qui avait arrêté l’homme à l’imperméable dans la galerie marchande entraîne le « scanné » qui prétend n’avoir rien fait, et sous la menace d’un pistolet, le plaque à terre et demande à un médecin de lui faire une piqûre d’Ephémerol. Cependant, il ne remarque pas que le médecin fait la piqûre dans sa propre main…

***

Donnez votre avis sur ce film en nous rejoignant sur le forum Philippe Ebly.fr

***