Le loup-garou de Londres, le film de 1981Feu vert cinéma
 
Ici la page Amazon.fr du blu-ray français du Loup-garou de Londres (1981)

An American Werewolf in London (1981)

Sorti en Angleterre et aux USA le 21 août 1981.
Sorti en France le 4 novembre 1981.
Sorti du blu-ray américain le 15 septembre 2009 (multi-régions, version et sous-titres français inclus)
Sorti du blu-ray français le 1er septembre 2010.

De John Landis (également scénariste). Avec David Naughton, Griffin Dunne, Jenny Agutter, John Woodvine, Don McKillop, Lila Kaye.

Pour adultes.

Le vent souffle sur la lande accidentée du nord de l’Angleterre tandis que des nuages avancent rapidement dans le ciel. Un pick-up transportant des moutons descend une route boueuse déserte, phares allumés. Il dépose ses autostoppeurs, Jack Goodman et David Kessler, frigorifiés à un carrefour, des panneaus indiquant les directions de Erwood, Leshire et East Proctor. Le chauffeur leur conseille de rester loin des Moores, de respecter cette règle et tout ira bien.
Marchant le long de la route, ils discutent d’une jeune fille Debbie Klein qu’ils doivent retrouver à Rome, et que Jack prétend aimer. C’est une amie d’enfance, et David ne comprend pas pourquoi Jack attend quelque chose depuis si longtemps, et pourquoi il n’irait pas plutôt séduire l’une des innombrables jeunes filles qu’ils rencontreront en cours de voyage.

Lorsqu’ils arrivent au village, il fait pratiquement nuit. Le pub s’appelle l’agneau massacré, et l’enseigne est pleine de peinture rouge, ce que Jack n’apprécie pas. Quand ils entrent, tous les clients se taisent et les regardent fixement. Quand ils demandent s’ils peuvent entrer, personne ne veut leur répondre. La serveuse refuse de leur servir de la soupe ou du chocolat : ils ne font que de la bière et des alcools, mais la serveuse veulent bien leur faire du thé. Alors, Jack fait remarquer à David l’étoile à cinq branches peinte en rouge sur un mur et les deux chandelles. Pour Jack, c’est de la sorcellerie, pour éloigner un monstre. Comme ils commencent à discuter avec la serveuse, l’atmosphère se détend sur un quiproquo à propos du cinéma Alamo de Londres, du film et du souvenir du siège, et un client commence à raconter une bonne histoire. Cependant, Jack veut absolument demander une explication sur l’étoile à cinq branches. Tout le monde se tait à nouveau.

Un client accuse Jack de l’avoir fait rater sa cible du jeu de fléchette. David veut partir, mais la patronne intervienne et insiste sur le fait qu’ils ne peuvent pas les laisser partir. Mais le joueur de fléchette insiste pour qu’ils partent : ils n’auront qu’à rester sur la route, loin de la lande, qu’ils respectent la règle. Les deux auto-stoppeurs s’en vont alors que le tonnerre résonne. Dans le pub, la patronne insiste, un autre lui répond qu’ils n’ont pas s’expliquer sur leur village, l’un des clients dit que c’est un meurtre de les laisser partir, et un autre répond que c’est un meurtre en effet, et qu’ils sont désormais entre les mains de Dieux.

Dehors, alors qu’il se met pleuvoir, les deux auto-stoppeurs se mettent à chanter une chanson italienne, et dans l’obscurité, quittent la route sans même s’en apercevoir. Puis les clients du pub entendent hurler un loup, et la patronne dit qu’il faut se mettre à la recherche des auto-stoppeurs. Un des clients prétend n’avoir rien entendu. Puis c’est au tour des auto-stoppeurs d’entendre le hurlement, complètement perdus dans la lande, et de remarquer la pleine lune. Puis ils voient un genre de chien de berger, et décident de s’en éloigner. Puis ils se mettent à courir sans savoir où ils vont. David trébuche et se retrouve à terre. Au moment où Jack veut l’aider à se relever, le loup lui saute dessus et l’égorge. David s’enfuit, puis revient sur ses pas aux cris de son ami. Puis le loup l’attaque et le griffe au visage, mais quelqu’un abat le loup, et alors qu’il sombre dans l’inconscience, David voit un homme nu à terre à côté de lui, le flanc percé d’une balle de fusil.