Voyages au bout du Temps, la série télévisée de 1982Feu vert télévision
Voyagers! S01E03: Bully and Billy
Traduction du titre original : Voyageurs !
Autres titres : Les aventuriers du temps, Voyages au bout du Temps.

Episode précédent <> Episode suivant.

Ici la page de Voyagers sur ce blog.

Diffusé aux USA le 10 octobre 1982 sur NBC US.
Diffusé en France sur ANTENNE 2 en mai 1991.

De James D. Parriott. Avec Jon-Erik Hexum, Meeno Peluce.

Un petite ville cubaine est bombardée. Un couple fuit, soutenant un blessé. L’homme explique à la femme : « il faut nous dépêcher d’atteindre la jungle avant que les soldats espagnols n’arrivent ! » La femme demande ce qu’il en est des soldats américains. L’homme répond que les espagnols les captureront, il faut les oublier, que la femme s’inquiète plutôt pour son propre peuple. La femme remarque que l’homme ne parlait pas comme ça quand les américains arrivèrent pour la première fois : ils étaient ses frères. Et l’homme de répondre qu’ensuite ils ont été vaincus. De plus, ceux dont elle parle ne sont même pas des soldats, ce sont des journalistes qui sont là pour témoigner du sang cubain versé. La femme accuse : « La guerre t’a rendu froid, Manuel : si tu ne veux pas retourner là-bas, alors j’irai seule. » Manuel veut la retenir, mais le blessé qui s’appuie sur lui intervient : il faut la laisser partir, elle a fait son choix.

Un sifflement, et sur un tas de paille, atterrissent Bogg et Jeffrey, qui demande aussitôt où ils sont. Une explosion toute proche lui répond. Jeffrey soupire : « il y a toujours des bombes, trouvons un abri ! ». Mais où qu’ils aillent les bombes tombent, et comme ils entrent dans un bâtiment, le souffle d’une explosion les jette à terre : « Elle n’est pas tombée loin, constate Jeffrey. » Et comme Bogg a ouvert son Omni, celui-ci bipe et clignote rouge. « Cuba 1898… » annonce Bogg. Et Jeffrey de répondre « La révolution contre les Espagnols ! Hé, c’est quand Roosevelt a mené sa charge à la colline de San Juan… » Un long cri de femme l’interrompt : c’est Rita. Autour d’elles les bombes pleuvent, explosent la statue, puis la fontaine. « Elle va être touchée ! » s’alarme Jeffrey. Bogg se lève : « je vais la récupérer… »

Voyages au bout du Temps S01E03: Billy et Bully ( (1982)Voyages au bout du Temps S01E03: Billy et Bully ( (1982)Voyages au bout du Temps S01E03: Billy et Bully ( (1982)Voyages au bout du Temps S01E03: Billy et Bully ( (1982)Voyages au bout du Temps S01E03: Billy et Bully ( (1982)Voyages au bout du Temps S01E03: Billy et Bully ( (1982)

***

Voyages au bout du Temps , la série télévisée de 1982Feu vert télévision

Voyagers! S01E02: Created Equal
Traduction du titre original : Voyageurs ! Créés égaux.
Autres titres : Les aventuriers du temps, Voyages au bout du Temps.

Episode précédent <> Episode suivant.

Ici la page de Voyagers sur ce blog.

Diffusé aux USA le 10 octobre 1982 sur NBC US.
Diffusé en France en mai 1991 sur ANTENNE 2.

De James D. Parriott. Avec Jon-Erik Hexum, Meeno Peluce.

Deux gladiateurs se battent dans une petite arène sous le regard d’un couple de riches romains. La dame demande à son mari ce que Spartacus fait avec un filet dans la main, et son mari explique que le gladiateur l’utilisera pour faire trébucher son adversaire. Spartacus perd brièvement son trident mais repousse à coups de filet son adversaire muni d’un glaive – et ramasse le trident. Puis il fait tourner le filet en l’air deux fois, et comme son adversaire regarde en l’air, il lance le filet dans les jambes, et son adversaire bascule en arrière. Spartacus pose alors deux pointes de son trident sur le poitrail et le ventre de son adversaire. Les deux pointes sont protégées d’un petit sac de toile épaisse pour les rendre inoffensives… « Tu avais raison Bitiatus, déclare alors très satisfait le dignitaire romain, ce Spartacus est le meilleur gladiateur de Capua… ».

C’est alors qu’un sifflement descendant du ciel se fait entendre. Et voilà que Bogg le Voyageur temporel flanqué de Jeffry atterrissent en plein milieu de l’arène, et comme ils lèvent la tête pour loucher sur l’épée et le trident des deux gladiateurs, Bogg soupire : « Je dois sûrement faire un truc de travers… » Le dignitaire se met alors à applaudir : « Merveilleux, Bitiatus : c’est la première fois que je vois des hommes voler à travers les airs comme ceci ! »

Voyages au bout du Temps S01E02: Les Gladiateurs (1982)

Voyages au bout du Temps S01E02: Les Gladiateurs (1982)

Voyages au bout du Temps S01E02: Les Gladiateurs (1982)

Voyages au bout du Temps S01E02: Les Gladiateurs (1982)

***

Voyagers! S01E01: Voyages au bout du temps (1982)Feu vert télévision

Voyagers! S01E01: Voyagers! (1982)
Traduction du titre original : Voyageurs !
Autres titres : Les aventuriers du temps, Voyages au bout du Temps.

> Episode suivant.

Ici la page de Voyagers sur ce blog.

Diffusé aux USA le 3 octobre 1982 sur NBC US.
Diffusé en France le 25 mai 1991 sur ANTENNE 2 FR.

De James D. Parriott. Avec Jon-Erik Hexum, Meeno Peluce.

Le mat d’un voilier se profile au-dessus de la cîme des arbres. D’abord baissé, le drapeau noir à tête de mort et sabres croisées ensanglantés est levé, les canons prêts à cracher leur boulets en direction de la côte, et le bombardement commence. Sur la place du marché, c’est la panique : les pirates attaquent, et au milieu du chao, contre toute attente, c’est un garçon de douze ans à la tignasse noire bouclée qui empoigne une épée… et se fait poursuivre à coups de sabre. Jeffrey John tente d’occuper une position plus facile à défendre en gravissant quatre à quatre un escalier menant à la galerie qui surplombe la place, tandis qu’en contrebas son père défend lui-même sa mère face aux pirates. Arrivé en haut, l’intrépide Jeffrey a déjà combattu pas moins de trois pirates différents. Comme il fait tomber son dernier adversaire du haut de la galerie, Jeffrey entend son père qui l’appelle au secours, il ne tient pas tout seul contre les trois pirates qui l’attaquent, et bien sûr, Jeffery Jones empoigne une poulie à une corde et file le long de la corde, seulement avant qu’il ait atteint le sol, un pirate coupe la corde et Jeffrey chute, se réveillant en sursaut…

Car tout cela n’était qu’un rêve : Jeffrey Jones s’était en effet assoupi en lisant Les Pirates à travers l’Histoire,assis sur une chaise devant la baie vitrée de l’appartement haut perché, donnant sur les façades des grattes-ciels illuminant la nuit, avec à ses pieds un gros chien l’air accablé. Jeffrey repose le livre dans la bibliothèque, prend ensuite un cadre, avec la photo de son père et de son mère, habillés comme dans les années 1980, le contemple, le repose sur la bibliothèque, non sans se retrouver au bord des larmes.

Puis il entend alors un couple se disputer dans le salon d’à côté : « Tu n’as qu’à le laisser à la maison ! — Tu sais que je ne le peux pas… — J’y crois pas, à chaque fois il faut qu’il arrive un truc pareil ! — Qu’est-ce que tu veux que je fasse, le jeter à la rue ? Je ne peux pas, Ralph : c’est mon neveu, il n’a personne d’autre. — Je m’en fiche, je veux pas qu’il ruine nos vacances à Cancun. Est-ce que tu ne peux pas l’envoyer quelque part ? Envoie-le à… — Oui, parfait. Mais où ? dis-moi où et je le fais ! Est-ce que tu crois que j’aime me retrouver à supporter un gamin de 11 ans ? Oh pourquoi fallait-il que Bill et Cathy meurent ? »

Jeffrey a épié la conversation par l’embrasure de la porte. Il referme discrètement celle-ci, caresse le chien qui gémit à ses côtés. S’élève alors un sifflement qui descend des aigus au grave, en provenance de la baie vitrée donnant sur les grattes-ciels. Le sifflement s’arrête, et on entend des ahanements. Jeffrey s’approche intrigué, son chien se met à gronder et japper. D’un coup, quelqu’un de l’extérieur défonce l’une des deux baies vitrées… avec un livre ! Jeffrey ouvre de grands yeux, tandis qu’un grand jeune homme aux cheveux châtains ébouriffés se hisse avec difficulté.

Ayant pris pied dans la chambre, l’homme, vêtu comme un pirate, pousse ce qui ressemble à un juron : « haleine de chauve-souris tabagiste ! » Puis il prend Jeffrey à témoin : « j’aurais pu être tué ! Depuis quand ils construisent avec autant d’étages ? » Jeffrey reste muet de surprise. « Ce n’est pas 1492 ! s’indigne le nouveau venu qui continue d’avancer. « Où est Christophe Colomb ? Gamin, où je suis ? » Cette fois le chien attaque et attrape dans sa gueule le livre épais que tient l’homme. Jeffrey s’élance pour arrêter son chien, lui ordonnant de lâcher prise. Mais comme le groupe piétine en direction de la baie vitrée cassée, c’est Jeffrey qui lâche prise… et qui bascule dans le vide. L’homme dans le même élan saute par la fenêtre pour attraper Jeffrey, et tous les deux chutent dans le vide. Mais comme le chien, avec le livre dans la gueule, regarde vers le bas par la fenêtre, personne ne s’est écrasé sur le trottoir.

Un tourbillon de couleurs à travers l’espace intersidéral. Le sifflement qui descend du ciel bleu montant en volume tout en descendant dans les graves, et voilà l’inconnu qui tombe dans l’herbe à deux pas de Jeffrey, très étonné. Quant à l’inconnu, blasé, il arrache une touffe d’herbe et soupire en fermant les yeux : « Juste une fois, j’aimerais atterrir sur une botte de foin, une douce botte de foin qui sentirait bon… ». C’est alors que Jeffrey s’étonne qu’ils soient encore en vie et l’inconnu rouvre les yeux, sourcils froncés. Il répète : « vivants ? », tourne la tête vers d’où provient la voix, reconnait Jeffrey et se détourne, dégoûté, en lâchant un « Oh, non ! ». Puis il répond : « ouais, on est vivant. » pour demander immédiatement à Jeffrey en quelle année ils sont. C’est au tour de Jeffrey de répéter : « Quelle année ? » L’inconnu ajoute, accusateur : « Et ne me dis pas qu’on est en 1492, car je tiens de source sûre qu’il n’y avait pas d’édifices si hauts en 1492. » Jeffrey réplique : « il y en a en 1982. » L’inconnu ricane : « Un plaisantin ! Amusant ! » puis il ne sourit plus du tout : « On essaye encore, parce que tu es un gentil garçon : quelle année ? »

Jeffrey rétorque : « En 1982. Et j’aimerais savoir où nous sommes là maintenant ? ». L’inconnu répond qu’il n’est pas un homme connu pour sa patience. Puis il décroche une espèce de montre à gousset de sa poche et affirme en l’exhibant que les circuits de cet Omni-là permettent seulement d’aller jusqu’en 1970, et la seule façon dont il aurait pu ramener Jeffrey de l’année 1982 serait que cette saleté… Il ouvre le couvercle et l’Omni se met à biper. L’homme s’arrête de parler, puis referme le couvercle et s’exclame à mi-voix : « Haleine de chauve-souri ! Ce truc s’est encore bloqué en mode automatique ! »

Voyagers! S01E01: Voyages au bout du temps (1982)

Voyagers! S01E01: Voyages au bout du temps (1982)

Voyagers! S01E01: Voyages au bout du temps (1982)

Voyagers! S01E01: Voyages au bout du temps (1982)

Voyagers! S01E01: Voyages au bout du temps (1982)

Voyagers! S01E01: Voyages au bout du temps (1982)

Image

Voyagers! S01E01: Voyages au bout du temps (1982)

***

Bubble, le film animé de 2022Feu rouge cinéma

Bubble (2022)

A ne pas confondre avec la comédie foireuse The Bubble 2022 où nous sommes censés rire des affres d’un tournage confiné pour cause de covid.

Autre titre : バブルBaburu,

Diffusé à l’international à partir du 28 avril 2022 sur NETFLIX INT/FR,
Annoncé au cinéma au Japon pour le 13 mai 2022.

De Tetsurō Araki, sur un scénario de Gen Urobuchi, Naoko Sato, Renji Ōki ; avec Jun Shison, Riria, Alice Hirose, Mamoru Miyano, Yuki Kaji, Tasuku Hatanaka.

Pour adultes

(Fantasy post-apocalyptique) L’univers et son infinité de galaxie, la Voie Lactée, la Terre, un garçon en train de flotter sous l’eau dans un wagon de métro éventré. Une jeune fille plonge à l’intérieur pour, nous supposons, le sauver. De fait, cette partie de la ville semble coincée dans une énorme bulle. A l’intérieur de la grosse bulle, une ville partiellement submergée par la mer, apparemment abandonnée de ses habitants depuis un certain temps déjà – les vitres des bâtiments sont crevés, la végétation envahit les toits et les façades et les goélands nous cassent les oreilles. Le temps est beau, les nuages joufflus et Netflix a encore augmenté son abonnement d’où la fuite de la population.

Un sale gamin ou une sale gamine costumée en Naruto bondit alors depuis les airs pour faire un parcours sur les toits en criant plus fort que les goélands. Elle fait la course avec un garçon aux cheveux noirs sous les acclamations d’autres djeunes qui n’ont que ça à f.tres, les champs doivent se cultiver tout seuls à cette époque et l’huile de tournesol couler à flots directement d’Ukraine via le même pipeline que le gaz et le pétrole russe sur lequel Zelinski se sucre tout en nous racontant que nous devons arrêter d’en acheter pour sauver son pays et couler plus rapidement le nôtre. D’autres coureurs sauteurs se rejoignent sur une structure métallique qui malgré l’humidité des lieux ne semble absolument pas glisser alors que les chaussures des voyous n’ont vraiment pas l’air antidérapantes. Alors les coureurs se donnent des coups de pieds les uns aux autres pour les faire chuter et profiter de la natation en eau apparemment tropical, avec les requins si doux, riants et joueurs, le Japon et les Italiens ayant massacré impunément tous les dauphins et autres cétacés en toute impunité depuis tout ce temps.

Nous apprenons via des dialogues d’exposition entre les « spectateurs », qui ne peuvent en fait rien voir de la course là où ils sont, que nous assistons au Tokyo Battlekour, un jeu à cinq contre cinq, l’équipe gagnant ce que l’autre a parié sur la partie, tomber dans l’océan excluant le joueur. Mais l’équipe qui capturera le drapeau gagnera la partie… et les perdants seront mangés. Non, c’est une blague, puisqu’apparemment les supermarchés sont toujours ouverts et que ces djeuns sont pleins aux as, pas comme les français avec l’inflation galopante que leur ont mitonné leurs élites. Et pendant toutes ces explications, divers débris, carcasses de voitures et autres bulles d’eaux lévitent et circulent paresseusement au milieu des ruines. Les punks qui commentent remarquent à quel point les concurrents sont idiots de risquer leur vie, et du coup je ne peux m’empêcher de demander qui regarderait un dessin animé où de la peinture numérique prétendue idiote risquerait sa vie : ils n’ont pas TF1 ? Et de personnage d’ajouter que c’est tout ce brouhaha qui fait que Tokyo reste une ville sûre. Je suppose qu’il ne parle que de la partie non submergée. Pendant ce temps un drone survole la zone et les corbeaux attendent sagement qu’on leur permette d’aller arracher les yeux des perdants noyés ou flottants blessés. Ils sont dérangés par un type avec un casque intégral en forme d’œil.

Le plus jeune des coureurs, celui ou celle costumée en Naruto croit alors pouvoir échapper à ses poursuivants en sautant de bulle en bulle. Il ou elle atterrit sur un toit qui s’effondre sous son poids et se retrouve suspendu à un câble au-dessus d’un tourbillon lumineux rose, sans doute une tornade woke, mais une jeune fille qui suivait la course avec une paire de jumelles (l’instrument d’optique) appelle le machin, le gouffre Antlion. Vu qu’elle le sait, et que son teneur d’ombrelle le sait aussi, enfin tout le monde le sait dans l’histoire, ce ne peut-être qu’un dialogue d’exposition. Le comparse de la donzelle appelle alors par radio une équipe de secours en canot.

Bubble, le film animé de 2022

Bubble, le film animé de 2022

***