Le jour où la Terre s'arrêta, le film de 1951Feu vert cinéma

Ici la page Amazon.fr du blu-ray français du Jour où la Terre s'arrêta (1951)

The Day The Earth Stood Still (1951)

Sorti aux USA le 28 septembre 1951.
Sorti en France le 18 septembre 1952.
Sorti en blu-ray américain le 2 décembre 2008.
Sorti en blu-ray français le 11 décembre 2008.

De Robert Wise. Michael Rennie, Patricia Neal, Hugh Marlowe, Sam Jaffe, Billy Gray, Frances Bavier. D'après la nouvelle de Harry Bates "Farewell to the Master" (1940).

Un objet extraterrestre a été repéré en approche de la Terre et il ne s'agit pas d'une simple histoire de soucoupe volante : l'objet non identifié survole désormais l'Amérique du Nord, descend sur Washington, et devant les promeneurs médusés, puis paniqués, une véritable soucoupe volante atterit en plein milieu du Parc. Les forces de la police et de l'armée convergent vers le site d'atterrissage, toutes les émissions de télévision et de radio sont interrompues. Les autorités sont rassurantes : les rumeurs de force d'invasion sont fausses, il n'y a qu'un vaisseau spatial, et aucun signe de vie de sa part, tandis qu'un cordon militaire et policier l'isole du public accouru en masse.

Au moment même où le présentateur annonce qu'il ne se passe rien, une porte apparait dans la soucoupe, ainsi qu'une rampe, et une silhouette humanoïde en sort. L'être affirme qu'il vient en paix, puis sort un engin de sa combinaison, qui s'ouvre comme une fleur. Un soldat tire et l'extraterrestre s'effondre, tandis que son engin s'est brisé à terre. Alors un autre être sort de la soucoupe, d'allure plus agressive. De sa visière jaillit un rayon éblouissant, qui désintègre les armes et liquifient les tanks et les canons autour de lui. L'extraterrestre se relève et explique que l'engin n'était qu'un cadeau pour le président. Puis l'armée l'emmène à l'hôpital où le secrétaire du président vient trouver l'extraterrestre, qui dit s'appeler Klaatu et se trouve avoir une apparence humaine. Kaatu explique qu'il est venu délivrer un message à toute la population humaine, et souhaite rencontrer tous les représentants des nations humaines.

Le secrétaire répond que la situation actuelle du monde ne le permet pas, et tente de le convaincre qu'une faction est plus maléfique qu'une autre, mais l'extraterrestre n'est pas intéressé : il veut parler à tous, simultanément. Comme le secrétaire pense que Klaatu ne veut pas comprendre la situation, celui-ci répond qu'il ne souhaite pas faire de menace, mais que le futur de la planète est en jeu.

Le jour où la Terre s'arrêta (1951)

***

Donnez votre avis sur ce film en nous rejoignant sur le forum Philippe-Ebly.fr.

***

 

Le jour des Triffides, le roman de 1951  Feu vert livre / BD

The Day of the Triffids (1951)
Autres titres : La révolte des Triffides, Les Triffides.

Adapté au cinéma dans La Révolte des Triffides (1963, The Day of the Triffids)
Adapté en mini-série télévisée de 10 épisodes dans The Day of the Triffids (1981)
Adapté en téléfilm (deux parties) dans Le jour des Triffids (2009, The Day of The Triffids).

Sorti en Angleterre en août 1951 chez MICHAEL JOSEPH UK (grand format)
Sorti aux USA en décembre 1951 chez DOUBLE DAY US (grand format)
Sorti en France en 1956 chez FLEUVE NOIR ANTICIPATION FR (poche, traduction de Michel Duino)
Sorti en France le 14 novembre 1974 chez OPTA FR (grand format, traduction de Marcel Battin, couverture de Moebius)

De John Wyndham.

Résumé à venir.

Le jour des Triffides, le roman de 1951  Le jour des Triffides, le roman de 1951

Le jour des Triffides, le roman de 1951  Le jour des Triffides, le roman de 1951

Le jour des Triffides, le roman de 1951    

Le jour des Triffides, le roman de 1951   Le jour des Triffides, le roman de 1951

***

(traduction au plus proche)

I

LA FIN COMMENCE

Quand un jour que vous savez être un mercredi commence en sonnant comme un dimanche, il y a quelque qui cloche sérieusement quelque part.

Je l'ai senti dès l'instant où je m'éveillai. Et malgré cela, quand je commençai à fonctionner plus clairement, j'en doutais. Après tout, le plus probable était que je me trompais - et pas le reste du monde - bien que je ne voyais pas alors comment cela aurait été possible. Du coup, j'attendais, aiguillonné par le doute. Mais soudain j'eus mon premier début de preuve objective - une horloge lointaine qui sonnait ce qui semblaient être huit heures. J'écoutais avec extrême attention et soupçon. De suite une autre horloge commença à sonner, clairement, décisivement. Nonchalamment, elle indiqua huit heures, irréfutablement. Alors je sus que les choses avaient mal tourné.

La manière dont j'en vins à rater la fin du monde - ou, en tout cas, la fin du monde que j'avais connu depuis bientôt trente ans - fut un pur hasard: comme dans beaucoup de cas de survie, quand vous y réfléchissez un peu. Par la nature des choses, il y avait toujours beaucoup de gens quelconques dans un hôpital, et la loi des moyennes m'avait choisi pour être l'un d'entre eux plus ou moins une semaine auparavant...

***

(texte original)

I

THE END BEGINS

When a day that you happen to know is Wednesday starts off by sounding like Sunday, there is something seriously wrong somewhere.

I felt that from the moment I woke. And yet, when I started functioning a little more sharply, I misgave. After all, the odds were that it was I who was wrong, and not everyone else - though I did not see how that could be. I went on waiting, tinged with doubt. But presently I had my first bit of objective evidence - a distant clock struck what sounded like eight. I listened hard and suspiciously. Soon another clock began, on a loud, decisive note. In a leisurely fashion it gave an indisputable eight. Then I knew things were awry.

The way I came to miss the end of the world - well, the end of the world I had known for close on thirty years - was sheer accident: like a lot of survival, when you come to think of it. In the nature of things a good many somebodies are always in hospital, and the law of averages had picked on me to be one of them a week or so before...

***

Alice au Pays des Merveilles, le film animé de 1951Feu vert cinéma

Alice in Wonderland (1951)

Notez qu'il ne s'agit pas d'une adaptation fidèle du roman de Lewis Carroll.

Sorti en Angleterre et aux USA le 26 juillet 1951.
Sorti en France le 21 décembre 1951.
Sorti en blu-ray américain le 1er février 2011, édition de 60ème anniversaire (multi-régions, français inclus, première fois que le film est correctement présenté, l'édition vidéo et DVD avaient tous les deux une saute d'image lors de la rencontre avec le Chapelier Fou).
Sorti en blu-ray français le 20 avril 2011.

De Clyde Geronimi, Wilfred Jackson et Hamilton Luske ; d'après les romans de Lewis Carroll "Alice au pays des merveilles" ( Alice's Adventures in Wonderland, 1865) et "De l'autre côté du miroir" (Through the Looking-Glass, and What Alice Found There, 1871) ; avec Kathryn Beaumont, Ed Wynn, Richard Haydn, Sterling Holloway, Jerry Colonna, Verna Felton, J. Pat O'Malley, Bill Thompson, Heather Angel, Joseph Kearns, Larry Grey, Dink Trout.

Tout public.

Dans un jardin anglais, par un bel après-midi ensoleillé, la jeune Alice s’ennuie prodigieusement en écoutant la lecture de sa grande sœur. Après un bref débat sur le monde selon Alice, où il ne devrait pas exister de livres sans image, Alice poursuit le débat avec sa petite chatte Dinah , qui dans le monde de la jeune fille, devrait pouvoir parler au lieu de miauler. Le débat à sens unique se poursuit alors que Alice descend de la branche où elle s’était juchée pendant sa leçon, et va explorer le jardin.

C’est alors que la jeune fille aperçoit un lapin blanc en costume et gilet, avec parapluie et une énorme montre à gousset, qui s’écrie qu’il est en retard pour un rendez-vous très important. Alice, réalisant la bizarrerie de la situation, poursuit le lapin jusqu’à son terrier, et voulant absolument savoir à quel genre de fête le lapin peut bien se rendre, décide de ramper dans le terrier, tout en répétant que la curiosité est un vilain défaut. Et de fait, la jeune fille tombe soudain dans un puits vertigineux, si profond qu’il pourrait bien traverser la Terre et la faire atterrir là où les gens marchent les pieds en l’air.

Et effectivement, Alice se retrouve pieds en l’air dans un corridor, puis reprend la poursuite. Cependant, la jeune fille est vite bloquée par une porte minuscule, bien trop petite pour elle, et pourtant emprunté par le lapin blanc. Écoutant les suggestions de la poignée de porte parlante, elle décide de boire le contenu de la fiole posée sur une petite table non loin de là et portant l’étiquette « bois-moi ». Se répétant qu’il n’y a pas écrit « poison » dessus, la jeune fille boit le contenu de la fiole et se retrouve à la taille de la porte, seulement pour découvrir que la porte est fermée à clé, et que la clé est restée sur le plateau de la petite table, à présent inaccessible pour quelqu’un de la taille d’Alice.

Alice au Pays des Merveilles, le film animé de 1951

Alice au Pays des Merveilles, le film animé de 1951

***

ImageFeu vert cinéma

Ici la page Amazon.fr du DVD français de la Chose venue d'un autre monde 1951 (édition simple)

The Thing From Another World (1951)

Noter que le film est à l'origine en noir et blanc mais qu'il existe une version colorisée.

Sorti aux USA le 27 avril 1951.
Sorti en France le 23 janvier 1952.
Sorti en VHS américaine.
Sorti en LaserDisc américain.
Sorti en DVD américain le 13 septembre 2005 (pas de bonus).
Sorti en DVD français le 8 novembre 2006, édition collector, chez Montparnasse (bonus qui ne sont pas d'époque, master numérique restauré).
Sorti en DVD français le 18 septembre 2007, édition simple chez Montparnasse (pas de bonus à part la présentation, même master).

De Christian Nyby et Howard Hawks (également scénariste), sur un scénario de Charles Lederer et Ben Hecht, d'après la nouvelle "Who Goes There?" de John W. Campbell Jr. . Avec Kenneth Tobey, Margaret Sheridan, James Arness, Robert Cornthwaite, Douglas Spencer, James Young, Dewey Martin, Robert Nichols, William Self, Eduard Franz.

Pour adultes et adolescents.

Par moins 30, le journaliste Scott rejoint trois pilotes militaires en train de jouer aux cartes dans un club : le capitaine Hendry, son navigateur et son copilote. Scott est à la recherche d’un scoop et a déjà recontré deux généraux – dont Fogarty – sans en trouver, mais les militaires lui disent qu’il se passe quelque chose dans le pôle Nord, du côté de la base scientifique dirigée par le professeur Carrington, à 3000 km de là. C’est alors que le capitaine Handry est appelé par le général Fogarty et c’est justement à propos de Carrington : il aurait découvert un genre d’avion d’un modèle inconnu qui se serait crashé à proximité de leur base, alors qu’aucun de leur avion n’est manquant, mais il peut s’agir d’un russe. Le général accepte que Hendry emmène le journaliste Scott, à la condition qu’il ne l’égare pas sur la banquise.

Alors qu’ils sont encore à trois heures de la base, ils reçoivent un message radio de celle-ci les alertant de perturbations magnétiques intenses dérèglant tous les instruments, les enjoignant à vérifier leur position. Ils attérissent néanmoins à proximité de la base, directement sur la banquise, leur avion étant monté sur skis. Arrivés ils rencontrent le docteur Chapman et sa femme dans le foyer, et comme Patrick Hendry s’esquive rapidement pour rencontrer la jolie Miss Nicholson, car il veut des explications sur quelque chose qu’elle a écrit sur son torse pour se venger du fait qu’il l’avait fait boire à Anchorage. Il lui reproche d’être partie avant son réveil, et il veut s’excuser que les choses soient allés trop vite, et voudrait reprendre leur relation depuis le début, mais la jeune femme refuse d’en parler et l’emmène auprès du docteur Carrington. Ils retrouvent Carrington au radar, qui demande à Miss Nicholson de noter que la déviation magnétique se poursuit. Il lui fait ensuite lire ses notes : la veille, le 1er novembre à 18h15, leurs sismographes ont enregistré un impact à l’Est de la base, suivi de la déviation magnétique de 12°, impossible à moins que 20.000 tonnes de fer n’aient été écrasées. Ils ont également des photos d’un point lumineux dans le ciel, dont la trajectoire varie, ce qui exclue l’hypothèse d’un météore. Grace à l’heure de l’explosion et des ondes, ils peuvent retrouver l’objet, à 80 km de la base, seulement 20.000 tonnes de fer c’est un peu beaucoup.

L’avion de Hendry décolle en direction du point d’impact, et en naviguant à vue, ils arrivent au point d’impact : une trainée et un cercle fondu puis recongelé sont visibles sur la glace et le compteur Geiger mesure une élévation des radiations… Sur place, ils commencent à prendre des photos, puis s’avancent vers le centre du cercle et y trouvent un aileron non identifié… Comme ils observent une ombre à travers la glace, ils s’écartent pour se positionner aux extrémités : l’avion est circulaire – ils ont trouvé une soucoupe volante. Et l’aileron semble être d’un alliage inconnu. Ils décident alors d’examiner l’intérieur. Comme le journaliste veut alerter le monde entier, Hendry refuse. Il demande à ce que l’on alerte d’abord le général Fogarty. Ils ont cependant moins d’une heure avant que le soleil ne se couche et que la température descende en-dessous du supportable pour leur équipage.

Image

***

Donnez votre avis sur ce film en nous rejoignant sur le forum Philippe-Ebly.fr