Chroniques de la Science-fiction du 11 avril 2022

Chroniques de la Science-Fiction #2022-04-11(2022)

Numéro précédent <> Numéro suivant.

Téléchargez ici l'exemplaire gratuit .pdf 34 pages A5 couleurs.

Ici bientôt l'index de toutes les Chroniques de la Science-fiction de 2022

Sorti le 11 avril 2022 (première édition).

De David Sicé.

Les Chroniques sont une rubrique du fanzine l’Étoile étrange. Cette rubrique paraîtra désormais séparément pour tenir le rythme hebdomadaire de l'actualité de la Science-fiction même si le numéro complet de l’Étoile étrange n'est pas bouclé. Les numéros ont vocation à sortir rétroactivement et par anticipation, et donc à être mis à jour quand l'activité n'est pas complètement couverte.

Au sommaire, l'actualité de la semaine du 28 mars 2022, plus les critiques de Apollo 10 1/2 2022, The Green Knight 2021, Love and Monsters 2020, Bandits Bandits = Time Bandits 1981, Neuf Princes d'Ambre = Nine Princes in Amber 1970.

***

Halo S01E03: Emergence (2022)Feu vert télévision

Halo S01E03: Emergence (2022)

Episode précédent < > Episode suivant.

Ici la page de ce blog sur la série télévisée Halo.

Traduction du titre : Emergence.
Diffusé aux USA le 7 avril 2022 sur PARAMOUNT+ US.

De Kyle Killen et Steven Kane, d'après le jeu vidéo de 2001 créé par le studio Bungie, avec Pablo Schreiber, Natascha McElhone, Yerin Ha, Charlie Murphy, Jen Taylor, Shabana Azmi, Bokeem Woodbine, Kate Kennedy, Natasha Culzac, Bentley Calu. Série produite notamment par Steven Spielberg.

Pour adultes.

(Space Opera Militariste) Planète Oban, UEG TIER 2 colonie de recyclage des déchets. Enjambant une rivière rouge, un portique et une passerelle menant une structure bombée illuminée de l’intérieur tandis que partout autour s’amoncèlent les déchets, parcourus de tranchées illuminées par les projecteurs. Un vaisseau descend justement un container d’ordures sur un tas voisin tandis que s’activent des silhouettes encapuchonnées et qu’une voix rappelle dans les hauts parleurs que les métaux et les plastiques doivent être gardés séparés : les sacs contaminés seront rejetés, et des rondes supplémentaires seront imposées.

Les ramasseurs d’ordures semblent être des enfants et des adolescents que des gardes adultes casqués houspillent et traitent de bâtards, et frappent pour qu’ils travaillent plus vite. Un jeune garçon lit : « ils couraient entre les arbres Margolia et quand elle se retourna, il la souleva… c’était une nouvelle frontière, non pas faite de la grande forêt ou de hautes pont-tagnes, mais quelque chose de plus vaste : le cœur d’une femme indomptée. » La jeune fille à côté du garçon semble perplexe et demande : « qu’est-ce que ‘indompté’ veut dire ? » Le garçon répond qu’il pense que ça veut dire ‘vraiment jolie’.

Les deux enfants sont cachés dans un tas d’ordure. Comme ils entendent un garde crier « toi ! », le garçon fait « shh ! ». Puis refermant le livre — L’aube des anges — et montrant la couverture colorée montrant un homme et une femme en silhouettes sur le point de s’embrasser, le garçon demande à la fille si elle aime cette histoire, et la jeune fille répond qu’elle l’adore. Le garçon explique que c’est une histoire à propos d’un monde complètement différent. La jeune fille demande ce qu’il veut dire, et il répond qu’il y a d’autres planètes avec une grande lumière dans le ciel, et de grands arbres, et de l’herbe verte sur laquelle on peut marcher.

La jeune fille répond qu’elle ne sait pas trop, vraiment ? Le garçon répond que c’est dans le livre. Et de braquer sa lampe torche sur le livre ouvert où il est effectivement écrit en anglais sur la page de gauche que le matin suivant le soleil brilla avec autant d’éclat et de chaleur sur le cottage… que tout autour était si merveilleusement clair et chaud et merveilleux… qu’au-delà du portail du cottage, il n’y avait pas de route certaine, mais des sentiers avec des ruisseaux qui les suivaient, le long des rochers…

Et sur l’illustration pleine page à côté, un homme et une femme s’embrassant, les yeux fermés et les fronts accolés. Le garçon pose son doigt sur le mot « embrasser », et explique à la fille que quand on lit un mot comme ça, quelqu’un est supposé vous embrasser. La jeune fille soupire, puis approche ses lèvres de celles du garçon… quand soudain un garde leur crie : « Retournez au travail ! » Et le garçon de crier à Makee qu’il faut courir, tandis que deux gardes se lancent à leur poursuite à travers les passerelles. Mais le garçon se retrouve face à un garde, qui le roue de coups.

Le garçon ne bouge plus, la fille ramasse le livre – puis c’est à son tour d’être punie à l’aide d’un bâton électrique qui la brûle. Tandis que Makee crie de douleur, dans un flot de lumière pâle, deux géants au visage reptilien sautent dans la décharge et la panique s’empare des témoins. Ils recherchent quelque chose à l’aide d’une espèce d’engin à pinces lumineuses, et éjectent le garde qui brûlait Makee. D’abord le monstre croit que ce qu’ils cherchent se trouve derrière la jeune fille en larme, puis il réalise que c’est la jeune fille elle-même. Elle aperçoit alors leur vaisseau spatial tout illuminé flottant au-dessus d’eux, se relève, remet sa capuche et serrant fort le livre contre elle, se laisse emmener.

Halo S01E03: Emergence (2022)

Halo S01E03: Emergence (2022)

Halo S01E03: Emergence (2022)

Halo S01E03: Emergence (2022)

Halo S01E03: Emergence (2022)

Halo S01E03: Emergence (2022)

***

Image

Chroniques de la Science-Fiction #2022-04-04(2022)

Numéro précédent <> Numéro suivant.

Téléchargez ici l'exemplaire gratuit .pdf 61 pages A5 couleurs.

Ici bientôt l'index de toutes les Chroniques de la Science-fiction de 2022

Sorti le 4 avril 2022 (première édition).

De David Sicé.

Les Chroniques sont une rubrique du fanzine l’Étoile étrange. Cette rubrique paraîtra désormais séparément pour tenir le rythme hebdomadaire de l'actualité de la Science-fiction même si le numéro complet de l’Étoile étrange n'est pas bouclé. Les numéros ont vocation à sortir rétroactivement et par anticipation, et donc à être mis à jour quand l'activité n'est pas complètement couverte.

Au sommaire, l'actualité de la semaine du 28 mars 2022, plus les critiques de Belle 2021, Moonshot 2022, Diabolik 2021, Moonknight 2022, The Last Bus 2022, Spider-Man no way home 2021, The In-Between 2022, The Jacket 2005, Kamikaze 1986, Downbelow Station = Forteresse des étoiles 1981.

***

The Last Bus, la série télévisée de 2022Feu orange télévision

The Last Bus (2022)

Traduction du titre en français : le dernier bus.

...à ne pas confondre avec les films longs de 2017 et 2021, ou avec les films courts de 2008, 2011, 2013, 2016 et 2017.

Une saison de dix épisodes de 35 minutes environ.

Diffusé à l’international à partir du 1er avril 2022 sur Netflix FR/INT.

De Paul Neafcy, avec Lauryn Ajufo, Nathanael Saleh, Daniel Frogson, Moosa Mostafa, Phoebe De Silva, Marlie Morrelle, Robert Sheehan, Curtis Kantsa.

Pour adultes et adolescents.

(Woke, apocalypse) Une file de gens en combinaison environnementale pousse des petits chariots dans un couloir souterrain. Sur les petits chariots, des caisses, et sur les caisses, le logo Monkhouse Dynamics (la société Dynamics de la Maison des Moines). Ils arrivent dans une salle de contrôle avec grands écrans vidéos, visiblement aménagée dans une caverne rocheuse. Un homme en combinaison environnementale ouvre l’une des caisses dont le contenu est illuminé par une lueur bleu fluo et fume. Il en sort une espèce d’œuf pointu, dans lequel il insère un autre dispositif, puis il le referme. L’un des œufs tombe et roule sur le sol.

Deux hommes en combinaison s’approchent alors lentement, tendant un drap apparemment pour l’attraper, mais l’œuf se met à briller et tressauter, décolle du sol puis fuse, trouant le drap pour filer dans les couloirs sans rencontrer une seule porte ou un seul sas, puis remonter une cheminée et, faisant sauter la plaque d’égout qui en défendait la sortie, l’œuf s’envole à l’air libre. En contrebas de la colline, il y a des installations sous cloches géodésiques bleues, et quand la plaque d’égout retombe, il y a un M gravé dessus.

L’Académie Braelawn, un internat rempli de garçons et de filles en uniformes bleus. Assis sur un banc en face de l’entrée de l’Académie, Un gamin rondelet bouclé au grosses lunettes explique à son père à l’aide d’un paquet de cartes à collectionner : « Le futur de l’intelligence artificielle, et tout commença avec ceci… » Il montre la carte à M. Short, qui confirme : « Alfred… », tandis que la carte présente le robot domestique, score 8 / 10, dont innovation 6, indice écologique 2/10, intelligence (!) 8 / 10, vitesse 2/10. Cependant, à la carte suivante, M. Short s’indigne : seulement 7 pour la note d’innovation du King Croc Aqua Sub, alors que le truc a complètement révolutionné le sauvetage sous-marin ? Le gamin en convient : il y a quelques inexactitudes franchement insultantes. Et son père d’en déduire que les auteurs des cartes devraient les laisser eux noter les robots. Le gamin convient que ce serait tellement plus cool… Le père lui parle alors d’une petite rumeur qui court sur les forums — quel que soit le truc qui doit être présenté aujourd’hui, il rendra obsolète tous les robots présentés dans le paquet de cartes à collectionner : toutes les notes seront à 10/10. C’est seulement une rumeur, et il ne faut pas écouter les rumeurs. Mais le gamin s’enthousiasme : et si c’était vrai ? Parce qu’après cette excursion, le monde ne sera peut-être plus jamais le même ! Et le père de répondre que le bus n’arrivera jamais assez vite – visiblement aussi excité que son fils. Puis il ajoute, littéralement, parce que le bus a cinq minutes de retard.

Sur la route de campagne, une voiture fonce. Un hérisson choisit ce moment pour traverser. La voiture fait une embardée pour l’éviter et un tête-à-queue. La porte s’ouvre et deux personnages en descendent : une jeune noire en basket fluo (Misha) qui se vante que par chance elle a les réflexe un chat qui saurait conduire. L’autre jeune fille en jean — Sophie — avec des lunettes vertes et les cheveux bruns longs s’étonne : que fait ici le hérisson alors qu’il fait jour ? Il y a forcément un truc qui ne va pas. L’autre jeune fille rétorque que le hérisson est une boule d’épines et que rien ne peut lui faire du mal. C’est alors qu’une autre voiture les dépasse en trombe. La jeune noire ordonne alors à Sophie de ramasser le hérisson (sans gants) et de le mettre dans leur voiture.

Décidément prudente, Sophie s’interroge : est-ce qu’elles ne vont pas avoir des ennuis ? La jeune noire est sûr d’elle, elle a sûrement gagné des points en réussissant à stopper la voiture de l’auto-école comme ça, et de demander son avis au moniteur resté figé à son poste, visiblement en état de choc. L’apprentie conductrice repart en trombe tandis que Sophie estime que le hérisson est déshydraté, il lui faut de l’eau. Mais son amie réplique que Sophie ne peut pas se rendre compte d’une chose pareille, le hérisson n’a qu’une seule expression qui signifie : « bonjour, je suis un hérisson ». Le moniteur fait alors remarquer que la leçon se termine à 8 heures, la jeune conductrice doit donc les ramener à l’école. L’intéressée fait taire l’homme d’un geste de la main : pas de conduite depuis le siège arrière, elle essaie de se concentrer. Et de demander à Sophie si le bus part bien à 8 heures. C’est bien ce que pense Sophie, et la conductrice de sourire : alors il leur reste des tonnes de temps. A l’horloge du tableau de bord, il est 7 heures 52. Et comme le moniteur semble être très inquiet, la conductrice se met à slalomer entre les véhicules qui conduisent trop lentement à son goût et ceux qui arrivent en face, sur une route où les dépassements sont apparemment limités. Le moniteur ferme les yeux.

La conductrice se gare en dérapant devant un camion de vente de nourriture et de boisson, elle achète une bouteille d’eau, la passe à Sophie, puis déclare qu’ils ont trois minutes pour attraper le bus. Ils peuvent donc être prudents, ou ils peuvent être rapides. Le moniteur vote pour la prudence. Sophie vote pour la rapidité, et la conductrice décrète que le moniteur est minoritaire.

A bord d’un autre véhicule, un adolescent — Tom — joue avec ses écouteurs. Un téléphone sonne. La femme au volant décroche et déclare qu’elle ne peut pas parler au téléphone parce qu’elle conduit (oui, elle vient bien de décrocher son téléphone et parle au volant). Et de poursuivre la conversation en pouffant : oui, Tom a une excursion scientifique, le type avec les robots, apparemment c’est le genre de truc qui branche l’adolescent. Oui, elle le sait : c’est tragique. A l’arrière Tom a mis ses écouteurs, et une balade rock alternatif couvre la pop à la radio. La voiture arrive sur le parking de l’Académie, l’adolescent ôte ses écouteurs et descend, tandis que sa mère drague un grand jeune noir camarade de classe de son fils. Tom veut dire au-revoir à sa mère, mais celle-ci remonte sa vitre et démarre sans même l’avoir vu.

Un peu plus loin sur le parking, dans une camionnette, une fille et un garçon très pâles improvisent une chanson où il est question d’enfoncer dans le c.l un chapeau s’ils sont en retard à l’école. Le conducteur, un homme noir âgé accablé intervient, leur ordonnant de descendre parce qu’il est beaucoup trop tôt pour improviser (du rap). La jeune fille s’exécute en lançant un « je t’aime papa ! ». Le garçon — Joshua — se colle lascivement au conducteur en lançant d’un air entendu « je vous aime Mr. Conner ». Le conducteur lui ordonne de sortir du véhicule.

Un peu plus loin une jeune fille blonde à cheveux longs et lunettes descend de voiture, et sa mère élégante rappelle la consigne en lui passant une boite : elle doit la retrouver ici-même au parking à exactement dix heures. « sois-à l’heure… » dit la mère, et la fille complète « et tout ira bien ». « Tu t’en sortiras bien… » reprend la mère. « si tu es ponctuelle. » complète la fille. « Et n’oublie pas… » « Je t’aime, mais toutes ces comptines mettent en péril tout mon emploi du temps ! » « Amuse-toi bien ma chérie ! » « Au-revoir ». La mère regarde sa montre et repart. La fille regarde sa montre et consulte son agenda sur lequel il est écrit qu’à cette heure exactement, elle devait dire au-revoir à sa mère. Et la consigne suivante est de se présenter à l’enregistrement pour monter dans le bus.

Sur le banc, le gamin avec les cartes à collectionner se lance dans des hypothèses : anti-gravité, régénération cellulaire, nanotechnologie ? C’est Dalton Monkhouse, qu’est-ce qu’il peut faire ensuite ? La blonde à lunettes — Chelsea — se plante devant M. Short et lui demande comment il va, et il répond qu’honnêtement, pas bien. Elle lui demande s’il voit encore son beau-frère allongé sur un divan. M. Short répond que le bus n’est pas encore arrivé. Puis il demande à Chelsea comment elle pourrait savoir à propos de son beau-frère. Immédiatement Chelsea prend son smartphone et appelle son père au sujet du bus, qui lui répond que celui-ci est juste au coin de la rue. Chelsea en déduit qu’il aura seulement 25 minutes de retard. Puis elle s’étonne que son père lui demande quel âge elle a. Elle répond ensuite sèchement qu’elle est assez âgée pour compter sur une remise appréciable sur la facture de l’excursion.

C’est alors que le bus à deux étages bleu arrive en klaxonnant et en pétaradant, crashant d’énormes volutes de gaz d’échappements sales. Il affiche « hors service », et une fois à l’arrêt, fait entendre un pet encore plus fort. L’auto-école arrive en vrombissant, et la conductrice descend, très fière : une minute de retard. Et Sophie de conclure que ça, c’est basiquement être en avance.

La conductrice mange un biscuit, devant Chelsea postée à l’avant, dégoûtée. M. Short appelle les élèves en leur demandant de se présenter calmement et en ordre. Les élèves se précipitent à l’intérieur en se bousculant. Les portes du bus se referme, le bus démarre et roule sur une route au bord de la mer. Les élèves restés assis à leur place sont rares et ça chahute et ça lance des objets et ça s’attrape par le cou. Le bus passe une éolienne. L’ambiance s’est calmée. Un couple hétéro se roule des pelles, un gamin vomit dans un sac. Il s’excuse après de M. Short qui lui conseille de visualiser un océan calme. Le gamin essaie, et vomit de plus belle dans son sac. Puis M. Short finit par prendre le sac du gamin et vomir dedans à son tour.

Le chahut reprend. Chelsea se lève et prend le micro pour rappeler tout le monde à l’ordre. Puis elle déclare que pour les empêcher de s’ennuyer, elle a imprimé quelques brochures à leur usage : ils trouveront une carte de l’Arène verte, quelques anecdotes amusantes sur Monkhouse Dynamics et l’essai gagnant sélectionné par Dalton Monkhouse lui-même, la raison pour laquelle la classe a été choisie pour assister à cet évènement. Et de réclamer des applaudissements pour Nas, qui n’est autre que le gamin aux cartes à collectionner. Les applaudissements sont clairsemés. Chelsea demande alors à Nas de présenter au micro le multi-milliardaire Dalton Monkhouse.

The Last Bus, la série télévisée de 2022

***