The Predator, le film de 2018 Feu orange cinéma

The Predator (2018)
Traduction du titre original : Le prédateur.

Noter que ce film est censé être une suite au Prédator de 1987 - après avoir été annoncé comme un reboot / remake.

Annoncé aux USA le 3 août 2018.

De Shane Black (également scénariste) ; sur un scénario de Fred Dekker, d'après le film Prédator de 1987 et les personnages de Jim Thomas et John Thomas ; avec Yvonne Strahovski, Boyd Holbrook, Olivia Munn, Alfie Allen, Thomas Jane, Edward James Olmos, Jacob Tremblay, Sterling K. Brown, Keegan-Michael Key, Jake Busey, Trevante Rhodes, Niall Matter, Paul Lazenby, Dean Redman, Augusto Aguilera, Steve Wilder, Nikolas Dukic.

Pour adultes et adolescents.

(résumé à venir).

The Predator, le film de 2018

The Predator, le film de 2018

***

Donnez votre avis sur ce film en nous rejoignant sur le forum Philippe-Ebly.fr

***

Cagliostro, le film de 1949Feu orange cinéma

Black Magic (1949)

Sorti aux USA le 19 octobre 1949.
Sorti en France le 5 mai 1950.

De Gregory Ratoff ; sur un scénario de Charles Bennett et Richard Schayer, d'après le roman d'Alexandre Dumas ; avec Orson Welles, Nancy Guild, Akim Tamiroff, Frank Latimore, Valentina Cortese, Margot Grahame, Stephen Bekassy, Berry Kroeger, Gregory Gaye, Raymond Burr, Charles Goldner, Lee Kresel, Robert Atkins, Nicholas Bruce, Franco Corsaro.

Pour adultes et adolescents.

La nuit à Paris, 1848. Alexandre Dumas (qui écrit son propre nom en anglais sur sa porte), est rejoint dans son bureau par son fils. Le romancier est occupé à écrire, tandis que son fils est habillé pour sortir, de retour de l’opéra. Le fils fait alors remarquer que Dumas père, nuit après nuit, est toujours à gribouiller comme s’il avait le Diable en lui. Son père lui répond impétueusement – sans s’arrêter d’écrire – qu’il a le Diable en lui ou pire. Son fils s’assied dans le fauteuil voisin, et répond sarcastiquement que cette attitude ne ressemble pas du tout à son père. Dumas père s’exclame alors qu’on disait d’un certain homme qu’il avait hypnotisé le monde entier... et que le même a certainement dû l’hypnotiser lui. Dumas fils demande alors de quel homme parle son père.

Alors Dumas attrape un feuillet sur lequel il a écrit en travers un seul nom et crie : cet homme, Cagliostro ! Peu surpris, son fils reconnait-là le nom du charlatan du 18ème siècle. Dumas père se redresse alors (en fait, à part les cheveux blanchis, il n’a pas l’air tellement plus âgé que son fils) et interroge : était-il seulement un charlatan ? Dumas père ne le sait pas : il a écrit des livres (apparemment tous les livres de sa bibliothèque, vu le geste qu’il fait), assez de personnages pour remplir un régiment. Et de citer en pointant chaque titre des livres reliés (tous en anglais dans le texte !!!) : le Comte de Monte-Cristo, les Frères Corses, les Trois Mousquetaires – Portos, Athos, Aramis... Mais il les a écrit, alors que Cagliostro lui, l’écrit lui, Dumas père.

Le fils déclare alors que c’est d’accord, il pensait se coucher dès rentré de l’Opéra, mais comme il a infligé la lecture de son roman Camille à son père la semaine d’avant, il est ce soir-là disposé à entendre le récit de son père quant à ce Cagliostro... Celui-ci rétorque en empoignant les feuilles de papier chiffonnées sur son bureau que par tous les saints, comment pourrait-il le savoir, lui ? Diable ? Escroc ? Bouffon ? Dumas père se pose encore la question. Mais – et Dumas père se penche vers son fils – le vrai nom de Cagliostro était Joseph Balsamo. Son père et sa mère étaient des gitans – et c’est dans le sud de la France que l’on entend pour la première fois parler de lui...

Sa mère semblait avoir un don authentique de clairvoyance. Lors d’une foire gitane, elle regarda dans les yeux du bébé d’un paysan, et prédit sa maladie. Plus tard, le bébé mourut et Joseph, et ses parents, furent amenés devant le tribunal du préfet du district, le Vicomte de Montagne. L’accusation était que la mère de Joseph était une sorcière et que tous les trois étaient des disciples du Diable – qui condamna les parents de Joseph à être pendus malgré l’objection d’un prêtre passé par là, puis comme Joseph mordait le Vicomte à la main, de faire fouetter l’adolescent, et s’il survivait de lui brûler les yeux.

Si les gitans laissent alors fouetter l’adolescent, ils attaquent ensuite les bourreaux et empêchent qu’on lui brûle les yeux, et Joseph rapporte alors que le Comte de Montagne l’aura forcé à regarder l’agonie de ses parents, en partie de sa mère qui aura mis longtemps à mourir – et l’adolescent ajoute, qu’il n’oubliera jamais le nom du Comte de Montagne. Plus tard, l’adolescent grandit (et devient un sosie d’Orson Wells) et comme on accuse son cirque d’avoir essayé d’empoisonner une vieille dame qui a trop bu d’un élixir censé la guérir, Joseph hypnotise sur le champ la vieille dame pour la convaincre qu’elle ne ressentait plus aucune douleur, attirant l’attention de témoins de la haute société, dont le docteur Franz Anton Mesmer...

Cagliostro, le film de 1949

***

Donnez votre avis sur ce film en nous rejoignant sur le forum Philippe-Ebly.fr

***

ImageFeu vert cinéma

Alice in Wonderland (1933)

Sorti en Angleterre le 18 décembre 1933.
Sorti aux USA le 22 décembre 1933.
Sorti en France le 15 mars 1934.

De Norman Z. McLeod ; sur un scénario de Joseph L. Mankiewicz et William Cameron Menzies, d'après les romans de Lewis Carroll ; avec Charlotte Henry, William Austin, Richard Arlen, Gary Cooper , W.C. Fields, Cary Grant.

Pour tout public.

La neige tombe drue sur la maison d’Alice, tandis qu’un feu crépite joyeusement dans la cheminée du salon. Renversée dans un fauteuil trop grand pour elle, la jeune fille feuillette un grand livre relié (avec des grandes images une page sur deux !), sa chatte Dina sous le bras et un chaton blanc à ses pieds. Alice semble cependant s’ennuyer profondément, et demande soudain d’une voie lasse, à une certaine Miss Simpson, si elle peut sortir à présent, et si la neige s’est arrêtée de tomber. La vieille Miss Simpson lui répond que pas vraiment, mais peut-être que ce sera le cas quand la grande sœur d’Alice rentrera à la maison, et peut-être celle-ci l’emmènera dehors.

Alice soupire, se lève et cherche à embêter le chaton blanc. Puis passant derrière la chaise de Miss Simpson, Alice demande ce qui se passera si la neige ne s’arrête jamais de tomber, si l’homme qui en est responsable là-haut a tout simplement oublié de l’arrêter. En guise de réponse, Miss Simpson demande si Alice n’aurait pas mieux à faire à travailler son crochet. Alice se détourne, boudeuse et répond que non merci. Elle fait le tour de la table du salon, puis soupire à nouveau. Puis elle s’arrête devant l’aquarium, salue et fait la révérence à la tortue qui flotte à la surface et au poisson rouge.

Puis Alice revient du côté de son fauteuil et avise la table voisine avec sa lampe à pétrole et son magnifique échiquier. Elle s’empare de la reine blanche et, l’appelant « Votre Majesté », commence à la sermonner : Alice lui dit qu’elle doit arrêter cela, et le répète. Comme Miss Simpson s’étonne, Alice explique : la reine blanche vient juste de renverser le roi blanc (en fait, c’est Alice qui vient de le faire) – et Alice a l’impression que la reine ne sait pas où elle va... Miss Simpson rappelle à l’ordre la jeune fille : Alice sait bien qu’elle ne doit pas toucher à l’échiquier de son père ! Avec aplomb, Alice répond qu’elle ne jouait pas : c’est délibérément que la reine blanche a bousculé son roi et l’a fait tomber...

Miss Simpson demande alors à Alice si celle-ci est certaine que ce qu’elle vient de dire est vrai. Alice répond qu’elle l’a vu. Miss Simpson rappelle la jeune fille une nouvelle fois à l’ordre. Alice baisse les yeux et répond qu’elle va obéir – mais aussitôt elle retourne et se penche sur l’échiquier pour à nouveau sermonner la reine blanche, se proposant au passage de la recoiffer. Puis comme Alice lève les yeux vers le portrait au-dessus de l’échiquier – un couple en pied, elle leur fait à eux aussi la révérence. Puis elle va grimper au divan pour regarder par la fenêtre, et là, dans le jardin où la neige continue de tomber, elle aperçoit un lapin blanc très ordinaire qui traverse le terrain de croquet. Alors Alice s’écrit qu’elle a vu un lapin blanc tout habillé avec son cache-col et son grand costume de laine, et qui s’en va rentrer dans son gentil et chaud terrier !

Miss Simpson commence par lever les yeux au ciel, mais quand Alice ajoute que le lapin a l’air si drôle ainsi habillé, Miss Simpson finit par répondre : elle est certaine qu’Alice sait très bien que ça n’existe pas, les lapins habillés d’un cache-col et d’un costume de laine : Alice ne doit pas dire ce qui n’est pas vrai ! Alice répond qu’en fait ce n’était pas exactement pas vrai. Miss Simpson répond qu’Alice ferait mieux de finir son thé, et il y a un autre œuf à manger pour la jeune fille. Alice corrige : elle a déjà mangé les deux œufs, mais elle les a reconstruit et remis à leur place dans leurs coquetiers.

Miss Simpson s’indigne, Alice s’excuse, et va à la cheminée, surmontée d’un grand miroir. Alice est trop petite pour voir autre chose que le haut de son visage, et elle se hausse sur la pointe des pieds pour regarder dans le miroir. Alice murmure : le salon du miroir. Comme sa chatte Dinah se met à miauler sur le fauteuil, Alice la ramasse et la hausse à son tour pour que la chatte voit à son tour dans le miroir – et explique : comme Dinah peut le voir, aussitôt qu’Alice l’a haussée devant le miroir, une autre petite fille a haussé une autre chatte juste comme Dinah – et Dinah n’aimerait-elle pas voir à quoi ressemble une maison dans le miroir ?

Pour toute réponse, Dinah miaule encore et encore. Alice va se rasseoir, et reprend : il existe une maison dans le miroir – d’abord il y a le salon que l’on peut voir à travers la vitre, qui est comme leur salon à elles, mais qui va dans la direction opposée... Dinah adorerait être là-bas. Bien sûr, Alice ne sait pas si le lait du miroir serait bon à boire... De toute manière, elles iraient ensuite dans l’entrée, qui ressemble beaucoup à leur entrée d’aussi loin qu’elles peuvent voir, seulement, cela pourrait être assez différent au-delà.

Alice a fermé les yeux, et caressant machinalement Dinah et d’une voix toujours plus assoupie, remarque que ce serait vraiment agréable si elles pouvaient passer de l’autre côté... Remarquant que la jeune fille a fermé les yeux et sommeille, Miss Simpson se lève, replie son crochet, ramassent quelques petits objets et quitte le salon. Au bruit de la porte du salon qui se referme, Alice rouvre les yeux et sourit, puis regarde le miroir, se lève, pousse le fauteuil jusqu’au manteau de la cheminée. Grimpe sur le fauteuil, escalade le manteau, et se retrouvant debout en équilibre face à son reflet, déclare qu’elle peut tout voir du salon du miroir de là où elle se trouve, tout sauf un tout petit morceau, juste derrière l’âtre.

Et de demander à Dinah si la chatte pense que si elle poussait très fort et regardait droit vers le bas... Alice s’étonne : le verre ne résiste plus. Elle enjambe et traverse son reflet, et se retrouve de l’autre côté, debout sur le manteau de la cheminée du salon du miroir ! Très fière d’elle, Alice regarde autour et déclare qu’elle savait que cette pièce ne serait pas différente de son salon à elle – puis regardant vers le bas à droite, elle constate qu’elle aurait cependant souhaité que le fauteuil du miroir se soit déplacé comme elle l’avait déplacé chez elle. Remarquant qu’il ne semble pas y avoir d’autres moyens, Alice attrape les pans de ses jupons et saute du manteau... pour atterrir aussi légère qu’une plume sur le tapis – et de déclarer émerveillée, : si seulement elle pouvait tomber comme ça tout le temps !

***

Alice au Pays des Merveilles, le film de 1933

Alice au Pays des Merveilles, le film de 1933

***

Donnez votre avis sur ce film en nous rejoignant sur le forum Philippe-Ebly.fr

***

Midnight, Texas - la série télévisée de 2017 Feu vert télévision

Midnight, Texas S01E09: Riders on the Storm (2017)
Traduction du titre original : Minuit, dans l'état du Texas.

Épisode précédent <> Épisode suivant.

Ici l'article de ce blog sur la série télévisée Midnight, Texas (2017)

Diffusé aux USA le 13 septembre 2017 sur NBC US.

De Monica Owusu-Breen et Mark Hentemann ; d'après les romans de Charlaine Harris ; avec François Arnaud, Dylan Bruce, Joanne Camp, Parisa Fitz-Henley, John-Paul Howard, Bob Jesser, Arielle Kebbel, Jason Lewis, Shannon Lorance, Lora Martinez-Cunningham, Peter Mensah.

Pour adultes et adolescents

Fiji Cavanaugh, la sorcière est à nouveau paisiblement endormie sur son divan à entendre la même voix démoniaque qui l’appelle. Elle rêve (ou pas), qu’elle sort, marche dans l’unique rue de Midnight, et parle à une silhouette au blouson et lunettes d’aviateur, et au sans-visage tatoué de divers motifs indiens... Fiji interroge le pilote sans visage : est-ce qu’elle le connait ? Le sans-visage confirme : elle le connaissait ; puis il déclare que c’est un certain Colconnar qui l’envoie.

Pendant ce temps, Manfred le médium est chez Joe, et interroge le peintre tatoueur sur la dernière fois que le Voile entre la Terre et l’Enfer s’est soulevé à Minuit, dans le Texas. Joe explique à Manfred qu’il n’était pas à Minuit lorsque c’est arrivé : lui et Bowie sont arrivés après, et le pays était devenu une zone de guerre – des démons partout, apportant la mort et la souffrance... Manfred répond que ce que raconte Joe ressemble à l’Apocalypse, et gêné, Joe lui répond qu’en fait, c’est l’Apocalypse, et qui commence avec les évènements météorologiques typiques – la réaction de ce monde face à l’effilochement du Voile.

Manfred respire plus fort et demande à Joe ce qu’il sait du démon Colconnar. Joe répond qu’il ne connaissait pas tous les démons par leur prénom... il essayait seulement d’en tuer le plus possible. Joe s’interrompt : Mandred et lui entendent Fiji crier dans la rue qu’elle ne suivra jamais quelqu’un et le répète, crie encore de la laisser tranquille... Manfred et Joe vont à la fenêtre : Fiji est debout, seule dans la rue, à répéter à personne en face d’elle qu’elle ne suivra jamais quelqu’un. Manfred demande alors Joe à qui Fiji s’adresse.

Dans sa vision, le sans-visage répète : Fiji suivra Colconnar de son plein gré et Fiji dément avec véhémence. Joe et Manfred descendent au rez-de-chaussée et sortent de la boutique de tatouages. Manfred répète à Fiji de se réveiller, et Bobo sort à son tour de chez lui, alarmé. Dans sa vision, Fiji entend le sans-visage l’accuser : elle a menti tout ce temps, et il connait la vérité sur elle – elle apporte la Mort à ceux qui l’aiment. Fiji craque et lance depuis ses mains un jet de flammes en direction du Sans-Visage – mais surtout en direction de Joe, Manfred et Bobo qui se trouvent en face d’elle et qu’elle ne voit pas. Joe et Manfred se disperse, Bobo recule hors de portée.

Dans la vision de Fiji, le Sans-Visage se tord et se consomme dans la flammes, mais répète qu’elle apporte la Mort à ceux qui l’aiment, et Fiji crie au monstre d’arrêter de dire ça, et n’entend rien de ce que Bobo tente de lui dire. Arrive en un éclair le vampire Lemuel Bridger, qui prend Fiji dans ses bras, et aspire son énergie vitale – sous le choc, la sorcière s’évanouit sur le champ. Bobo la rattrape et comme Fiji rouvre les yeux, Manfred demande si elle faisait une crise de somnambulisme. Fiji répond d’un souffle : non ! C’était vrai... « Il » était vrai.

Midnight, Texas S01E09: Les cavaliers de l'orage (2017)

Midnight, Texas S01E09: Les cavaliers de l'orage (2017)

Midnight, Texas S01E09: Les cavaliers de l'orage (2017)

Midnight, Texas S01E09: Les cavaliers de l'orage (2017)

Midnight, Texas S01E09: Les cavaliers de l'orage (2017)

Midnight, Texas S01E09: Les cavaliers de l'orage (2017)

***

Donnez votre avis sur cet épisode en nous rejoignant sur le forum Philippe-Ebly.fr

***