Image

La vie future (1936), le blu-ray anglais de chez Networks sorti en 2012.

Sorti en blu-ray anglais le 18 juin 2012 chez Network (région B, lisible en France, pas de version française).

Ici l'article de ce blog sur le film La vie future (1936).

Sur le film : A voir, car toujours, hélas, d'une actualité brûlante, plus de 80 ans après. En 1936, déjà, H.G. Wells et le réalisateur avaient été méprisés par la critique. Et quelques années plus tard Londres brûlait sous les obus nazis, exactement comme dans le prélude du film. Vous reconnaîtrez dans la suite du film autant de scènes de nos journaux télévisés actuels.

ThingsTo come est un récit de prospective, s'ouvrant sur une apocalypse, poursuivant par une post-apocalypse et s'achevant sur une sorte d'utopie. Ce fut apparemment un échec cuisant au box-office, tandis que la foule londonienne lui préférait Lost Horizon de Frank Capra. Il a été de bon ton de se moquer ensuite du film, et de ses auteurs, dont rien moins que H. G. Wells, mais le fait est que les spectateurs des deux films allaient bientôt vivre en vrai au moins le premier acte du film, et même certains le second acte. Le scénario d'H.G. Wells se base sur des archétypes, incarnés par des acteurs qui vont revenir à trois époques différentes, soit dans le même rôle, soit dans un autre. Ce qui m'avait paru artificiel sur les copies dégradées, sonne beaucoup plus juste à présent, mais c'est aussi, possiblement, à cause de résonances, là encore, assez dérangeantes, avec les discours d'un certain nombre de nos chefs politiques ou autres d'aujourd'hui, qui semblent complètement s'aligner sur l'idéologie du grand méchant de l'histoire.

J'ai eu aussi l'énorme surprise de découvrir un quasi sosie d'Eva Green dans un rôle typique pour cette actrice, celui de la "reine" de la cité détruite. Même visage, mêmes intonations, mêmes postures. Bref, Things To Come est très loin d'être le film de pacotille pour lequel un certain nombre de critiques l'ont fait passer. Le discours est simple, sinon brutal, mais il décrit parfaitement ce qui arrive quand les populations se complaisent dans leur rôle de moutons : direction l'abattoir. Et contrairement à bien d'autres récits post-apocalyptiques, il laisse de la place à l'espoir, qui commence par la vision que quelque chose d'autre, quelque chose de meilleur que le présent ou le passé, est toujours possible.

***

L'image : Correcte. N&B 4/3. Après un générique vacillant, cette nouvelle version en blu-ray apparait très détaillée, cependant les détails fins n'apparaissent que par intermittence, le plus souvent noyés dans le grain des copies successives. Les blancs sont le plus souvent grisâtres, l'image pulse. Même si les pluies de petites griffures blanches et le bruit ne sont jamais très loin, elles ne gênent pas vraiment. C'est une édition remarquable en le sens que l'image de ce film ne ressemblait plus à rien et à la projection était non seulement pénible, mais rendait la narration incompréhensible.

Le son : Médiocre. C'est un mono anglais seulement, sous-titré anglais un peu étouffé, un peu déformé, relativement clair, avec des variations de niveau spectaculaire, peut-être lié au fait que le montage proposé est une reconstruction de la version la plus longue encore disponible, assemblée à partir de la copie américaine et de la copie anglaise.

Les bonus : Bons. essentiellement un commentaire d'un historien et une galerie de photos et de publicités d'époque, plus sur un DVD séparé, une version "virtuelle" du film tel qu'il a dû être tourné, un documentaire sur Wells de 1971 par Brian Aldiss ; un entretien avec l'acteur Ralph Richardson (qui joue le roi) et un texte sur 78 tours tiré du film possiblement produit pour former les figurants du film à propos de son histoire.

***

En conclusion : J'ai toujours eu beaucoup de mal à voir ce film, car les images et le son des copies que j'avais jusqu'à présent pu visionner étaient très abîmées, et flous. Correctement restauré, Things To Come est (re)devenu impressionnant et s'inscrit dans la lignée de films et séries télévisées d'apocalypses et post-apocalypses, à ceci près que plusieurs de ses prédictions se sont déjà réalisées une fois, sinon plusieurs fois à l'identique. Une triste consolation pour les créateurs, une humiliation répétée pour les critiques qui continueront, j'en suis certain, de se ridiculiser et se disqualifier complètement en oubliant ce "petit" détail dans leurs chroniques.

Donnez-votre avis sur ce blu-ray en nous rejoignant sur le forum Philippe-Ebly.fr, salon Science-fiction.