Chapeau Melon et Bottes de Cuir, la saison 4 de la série télévisée de 1961 Feu vert télévision

The Avengers S04E04: Dial A Deadly Number (1965)
Traduction du titre original : Composez un numéro mortel.

Épisode précédent <> Épisode suivant

Ici l'article de ce blog sur la série télévisée Chapeau Melon et Bottes de Cuir (1961)

Noter que cet épisode est aussi numéroté S04E10 et S04E02.

Quatrième saison noir et blanc.
Diffusée en Angleterre le 4 décembre 1965 sur ITV1.
Diffusée en France le 4 avril 1967 ORTF 2 FR.
Sorti en blu-ray anglais région B coffret 7 BR (image excellente 1080p format original 1:33; anglais et allemand sous-titré anglais, LPCM 2.0 correct, nombreux bonus)
Sorti en coffret blu-ray français le 20 octobre 2015 (commentaires des épisodes manquants, petits problèmes de vitesse et de portions manquantes dans les versions françaises).

De Brian Clemens. Avec Patrick Macnee, Diana Rigg.

Pour adultes et adolescents.

Un pub remplie de courtiers où une imprimante crache les cours et où sont affichés les heures locales des places financières du monde entier – Frankfort, New-York, Tokyo… assis à une petite table, un gentleman, Ben Jago, lit à haute voix un article du Financial Times : « … mais ce fut la force du prix de l’or qui jusqu’à la fin de la semaine dernière a provoqué le recul du marché des actions. » Son voisin de table, Norman Todhunter, un homme chauve en complet veston, demande à Henri, le troisième homme d’affaire, qui revient du bar, des nouvelles. Henri confirme que ce dernier avait raison : les bénéfices ont augmenté. Jago déclare alors qu’il doit à Todhunter un verre – et il appelle le serveur, un certain Billy.

Au bar, un moustachu à la veste rayée semble pour le moins fatigué. Il consulte sa montre à gousset, puis regarde du côté des trois hommes. Le serveur, Billy, arrive à la table, et un bip sonore retentit. Todhunter s’excuse, puis déclare que le verre attendra et le serveur repart. Jago s’étonne et demande qu’est-ce que c’était que le bip : Todhunter lui explique qu’il a un nouveau gadget à transistor – un secrétaire portable. Il sort une espèce de stylo brillant de sa poche et le tend à Jago, qui examine l’objet. Jago déclare que c’est ingénieux, et Todhunter explique que c’est Henry qui le lui a conseillé – sans doute Henry a-t-il des parts dans la société qui les fabrique. Jago demande comment l’objet fonctionne. Todhunter répond que c’est plutôt simple en fait : quand son bureau le réclame, ils appellent une permanence téléphonique, qui envoie ensuite le signal du bip et il n’a plus qu’à rappeler son bureau.

Puis comme Jago lui rend l’objet, pour le laisser partir téléphoner, Todhunter répond que cela ne sera pas nécessaire : le bip servait seulement à lui rappeler qu’il était l’heure de se rendre à la réunion des chefs de service. Puis Todhunter et Henry quittent la table de Jago. Comme ils passent devant le comptoir, le moustachu à la veste rayée se lève et bouscule Todhunter, faisant semblant de ne pas l’avoir vu. Se raccrochant à la poche de la veste de Todhunter, il a presque fait tombé le stylo-bipeur et comme il s’excuse, Todhunter remet un stylo-bipeur dans sa poche et s’en va. Comme le moustachu se rassoit, il met dans sa poche le stylo-bipeur de Todhunter, qu’il a substitué. Puis, tandis que la réunion commence à l’étage, le moustachu regarde sa montre à nouveau, puis attrape le téléphone posé à côté de lui sur le comptoir et compose un numéro sur le cadran.

Dans la salle de conférence, Todhunter est debout, achevant son discours : le futur de l’industrie est rayonnant ; pour leur compagnie, la perspective est saine, très… Le stylo-bipeur sonne dans sa poche, Todhunter porte la main à sa poitrine et se tétanise – puis s’effondre sur le tapis, mort. Plus tard, Emma Peel rejoint John Steed qui observait de près la maquette d’un cargo ornant la table de conférence. Elle lui demande s’il envisage d’emporter la maquette pour jouer avec dans son bain. Steed lui répond d’arrêter les presses pour l’édition spéciale du jour, lui tendant un journal dont Emma lit le gros titre : le directeur de la société Todhunter meurt, les actions chutent de moitié de leur valeur.

Steed explique que c’est arrivé dans la pièce où ils se trouvent il y a deux heures. Steed a sorti une montre à gousset qui carillonne quand on l’ouvre, et Emma s’étonne : c’est nouveau. Steed explique que c’est un héritage de son oncle. Emma commente qu’il est bien dommage que le gousset soit abîmé. Steed répond que c’est à cause de la Bataille de la Somme en 1916. Emma demande si c’était la faute d’une balle allemande, et Steed corrige : c’est la faute d’une mule canadienne. Puis il reprend : Todhunter est mort là où ils se trouvent deux heures auparavant. – et c’est le sixième directeur à tomber raide mort cette année. Dans chaque cas, le directeur était dynamique et quasiment indispensable à sa compagnie, ce qui forcément faisait perdre de sa valeur avec sa mort.

Emma suggère une thrombose due au surmenage. Steed répond que la question est de savoir s’ils sont tombés ou si on les a poussé. Emma s’étonne : tous les six ? Steed répond : pourquoi pas ? Emma suggère alors le mobile : faire chuter les prix des actions, s’emparer des entreprises. Steed objecte : bonne idée, mais aucune entreprise n’a été rachetée.

Chapeau Melon et Bottes de Cuir S04E04: Meurtre par téléphone (1965)

Chapeau Melon et Bottes de Cuir S04E04: Meurtre par téléphone (1965)

Chapeau Melon et Bottes de Cuir S04E04: Meurtre par téléphone (1965)

Chapeau Melon et Bottes de Cuir S04E04: Meurtre par téléphone (1965)

***

Donnez votre avis sur cet épisode en nous rejoignant sur le forum Philippe-Ebly.fr

***

Thunderbirds Are Go, la saison 2 de la série animée de 2015 Feu vert télévision

Thunderbirds Are Go S02E08: Lost Kingdom (2016)

Épisode précédent <> Épisode suivant

Ici l'article de ce blog sur la série Thunderbirds Are Go (2015)

Diffusé en Angleterre sur ITV UK le 3 décembre 2016.

De Rob Hoegee ; d'après la série télévisée de Gerry et Sylvia Anderson ; avec Rosamund Pike,Thomas Brodie-Sangster, David Menkin, Rasmus Hardiker, David Graham, Sandra Dickinson, Kayvan Novak, Andres Williams, Angel Coulby ; effets spéciaux, images de synthèses et maquette de Weta Workshop.

Pour tout public.

Depuis la station Thunderbirds 5 en orbite autour de la terre, John Tracy détecte un séisme sous-marin d'envergure. Il envoie une sonde depuis l'Espace jusque sous la mer et filme des images surprenantes : une statue géante du dieu Poséidon dominant une ville antique engloutie. Pour la communauté internationale, c'est désormais certain : on a retrouvé l'Atlantide. Du coup, Brain s'enthousiasme : ils ont à présent une chance de découvrir ce qui pourrait avoir été le premier ordinateur de l'Humanité. Seulement l'insupportable star de la téléréalité française François Lemaire est déjà sur place - or toute la zone est instable géologiquement...

Thunderbirds Are Go S02E08: Le Royaume perdu (2016)

Thunderbirds Are Go S02E08: Le Royaume perdu (2016)

Thunderbirds Are Go S02E08: Le Royaume perdu (2016)

Thunderbirds Are Go S02E08: Le Royaume perdu (2016)

Thunderbirds Are Go S02E08: Le Royaume perdu (2016)

Thunderbirds Are Go S02E08: Le Royaume perdu (2016)

Thunderbirds Are Go S02E08: Le Royaume perdu (2016)

Thunderbirds Are Go S02E08: Le Royaume perdu (2016)

***

Donnez votre avis sur cet épisode en nous rejoignant sur le forum Philippe-Ebly.fr

***

Thunderbirds Are Go, la saison 2 de la série animée de 2015 Feu vert télévision

Thunderbirds Are Go S02E06: Up from the Depths: Part One (2016)
Thunderbirds Are Go S02E07: Up from the Depths: Part Two (2016)

 

Diffusé en Angleterre sur ITV UK le 19 novembre 2016 (part 1) ; 26 novembre 2016 (part 2).

De Rob Hoegee ; d'après la série télévisée de Gerry Anderson et Sylvia Anderson ; avec Rosamund Pike,Thomas Brodie-Sangster, David Menkin, Rasmus Hardiker, David Graham, Sandra Dickinson, Kayvan Novak, Andres Williams, Angel Coulby ; effets spéciaux, images de synthèses et maquette de Weta Workshop.

Pour tout public.

Résumé à venir.

***

Donnez votre avis sur cet épisode en nous rejoignant sur le forum Philippe-Ebly.fr

***

Looker, le film de 1981 Feu vert cinéma

Looker (1981)
Traduction du titre original : De la bombe.
Autre titre : Vidéo crime ; L'ordinateur meurtrier (!).

Sorti aux USA le 30 octobre 1981.
Sorti en France le 6 juin 1984.
Sorti en DVD français le 3 avril 2008 (zone 2, français DD 2.0 mono et anglais 2.0 stéréo surround ; sous-titres français forcés sur la version anglaise, commentaire audio du réalisateur scénariste sous-titré)
Sorti en DVD américain le 30 janvier 20017 (zone 1, français DD 2.0 mono et anglais 2.0 stéréo surround, sous-titres anglais, commentaire audio du réalisateur scénariste sous-titré)
Sorti en DVD français le 17 mars 2010 (zone 2, français DD 2.0 mono et anglais 2.0 stéréo surround ; sous-titres français forcés sur la version anglaise, commentaire audio du réalisateur scénariste sous-titré)

De Michael Crichton (également scénariste) ; avec Albert Finney, James Coburn, Susan Dey, Leigh Taylor-Young, Dorian Harewood, Tim Rossovich, Darryl Hickman, Kathryn Witt, Terri Welles, Michael Hawkins, Ashley Cox, Donna Kei Benz, Catherine Parks.

Pour adultes et adolescents.

« Oh miroir, miroir sur le mur, comment puis-je être certaine que Bill me téléphonera ? », se lamente une blonde en train de se pomponner tandis que derrière-elle une baie vitrée futuriste montre les gratte-ciels illuminés dans la nuit.
Alors le miroir lui répond : « Bien sûr, vous êtes très belle… » ce qui ravit la blonde. Mais c’est seulement pour ajouter aussitôt : « Mais j’ai bien peur qu’il vous manque une chose… » Alors la blonde presse le miroir de lui dire quoi : Ravish – le Parfum Ravish : vous en mettez un peu derrière votre oreille ; une goutte derrière les genoux plaira sûrement ; et puis en tamponner entre les orteils… La blonde s’étonne : « Mes orteils ? ». Et le miroir de répondre : « On ne sait jamais ! »

Comme elle s’apprête à le faire, son téléphone sonne, et le miroir commente : « Je me demande maintenant qui cela peut bien être ? »

Ravish ! Le parfum qui réalise vos plus profonds désirs…

Le cabinet de chirurgie esthétique du Dr. Roberts. La même blonde est assise au bureau et déclare que Roberts pense probablement qu’elle est belle – mais elle ne l’est pas : elle a des tas de défauts à corriger. Elle a une liste avec elle : son nez est trop étroit de 2 millimètres ; et ses pommettes sont trop hautes de 4 millimètres ; et son menton a une petite bosse de 1 millimètre au bout. Et la distance de ses aréoles est de cinq millimètres. Et elle a un grain de beauté sur les côtes. Donc elle a vraiment besoin d’une chirurgie esthétique.

Circonspect, le Docteur Roberts, la quarantaine bien sonnée et le visage buriné, se penche et attrape la liste, déplie le papier et lit. Il porte son index à la bouche et la jeune femme lui demande s’il y a quelque chose qui ne va pas. Le docteur répond que c’est seulement que la demoiselle – Lisa – est très belle, et il n’arrive pas à concevoir qu’elle puisse vouloir changer ce que Dieu lui a donné. Lisa répond sans se troubler : c’est pour son travail – elle joue dans des publicités pour la télévision ; ils veulent une certaine apparence. Roberts proteste : ces changements sont minuscules – personne ne remarquerait la différence. Lisa soupire : le docteur Roberts s’est déjà occupé de ses amies – Tina, Cindy et Susan – et tout le monde dit qu’il est le meilleur chirurgien esthétique de Beverly Hills.

Le docteur Roberts demande alors à Lisa de l’excuser car il souhaite consulter son associé, le Docteur Belfield. Roberts va donc prendre un café, et Belfield lui répond qu’il n’en est pas question : Lisa est folle – c’est une fille superbe. Puis il demande à Roberts combien de ces actrices avec des listes il a opéré jusqu’à présent – trois, quatre ? Roberts confirme qu’il en opérées trois. Pour Belfield, c’est sûrement une mode de l’industrie du spectacle. Belfield demande alors si Roberts va opérer Lisa. Roberts hésite. Alors Belfield remarque que si Roberts n’opère pas Lisa, quelqu’un d’autre de moins compétent le fera. Ce qui convainc Roberts. Belfield est ravi et allume un cigare : si Roberts opère Lisa, c’est lui qui l’anesthésiera…

Après l’opération et après avoir guéri des hématomes, Lisa, ravie, se maquille chez elle devant son miroir, dans son luxueux appartement : elle est une vraie bombe, si parfaite à tous les égards et elle a tout ce qu’elle désire. Son petit chien tressaille. On sonne à sa porte. Lisa enfile un peignoir, puis à la réflexion l’abandonne, et va pour ouvrir la porte, se recoiffant au passage devant un autre des grands miroirs de l’appartement. Elle ouvre, croyant avoir affaire à son petit ami – un flash – le couloir de la résidence est vide. Lisa reste immobile un temps, puis regarde d’un côté et d’un autre. Son petit chien aboie joyeusement.

Lisa pivote sans refermer la porte et retourne dans l’appartement, suivie par son petit chien qui continue d’aboyer. L’appartement est vide. La porte d’entrée se referme violemment dans le dos de la jeune femme, qui laisse échapper un petit cri. Il n’y a toujours personne. La porte-fenêtre qui donne sur le balcon est ouverte et le vent soulève les rideaux. Alors Lisa remarque que son petit chien Teddy a disparu, et elle l’appelle. Elle entend alors les aboiement étouffé du chien et va dans la chambre à coucher, toute de rose décorée. Elle découvre alors son petit chien enfermée dans la penderie. Comme elle sort le petit chien et lui demande ce qu’il fait là – ils doivent se préparer pour l’arrivée de son petit ami Bob, Lisa s’arrête net : quand elle était passée devant le grand lit rose, il n’y avait rien dessus. Maintenant il y a une valisette de métal ouverte, avec la forme découpée d’une arme à feu dans le rembourrage qu’elle contient.

Lisa s’approche – et touche le rembourrage pour s’assurer que l’objet est bien réel. Puis tenant toujours le chien, elle va voir dans la salle de bain – vide – revient dans la chambre, puis le salon, sans remarquer l’ombre d’un homme armé projetée sur les rideaux flottants de la porte-fenêtre donnant sur le balcon. L’homme suit alors Lisa le long du balcon. Lisa veut alors franchir le rideau pour passer du salon au balcon – un nouveau flash. Lisa reste immobile et soudain se met à tourner lentement sur elle-même, contre sa volonté, s’empêtrant dans le rideau. Elle lâche son petit chien. Les fixations du rideau sautent… et elle bascule par-dessus la rambarde en hurlant : il y avait bien un tueur dans son dos, moustachu, une visière argentée masquant ses yeux, portant des gants, qui marche ensuite tranquillement déposer un stylo sur l’un des fauteuils roses du salon de Lisa…

Looker, le film de 1981

Looker, le film de 1981

Looker, le film de 1981

Looker, le film de 1981

Looker, le film de 1981

Looker, le film de 1981

Looker, le film de 1981

***

Donnez votre avis sur ce film en nous rejoignant sur le forum Philippe-Ebly.fr

***