The Wheel Of Time, la série télévisée de 2021Feu rouge télévisiontoxique

The Wheel Of Time (2021)

Deux saisons de huit épisodes.

Annoncé à l'international pour le 19 novembre 2021 (PRIME INT / FR, trois premiers épisodes, puis un par semaine)

De Rafe Judkins, d'après les romans de la série The Wheel of Time de Robert Jordan, avec Rosamund Pike, Josha Stradowski, Marcus Rutherford, Zoë Robins, Barney Harris, Madeleine Madden, Daniel Henney.

Pour adultes

(Fantasy woke) Le monde est brisé. Des années et des années auparavant, des hommes nés avec un grand pouvoir croyaient qu’ils pourraient tenir en cage l’Obscurité elle-même. L’Arrogance… Quand ils échouèrent, les mers entrèrent en ébullition, des montagnes furent avalées, des cités incendiées et les femmes de l’Aes Sedai @ aêss sédaï restèrent seules à ramasser les morceaux. Ces femmes se souvenaient d’une seule chose au-dessus de toutes les autres : l’homme qui apporta la brisure, et lui fut nommé Dragon. Aujourd’hui cet homme est né à nouveau, nous ne savons pas où ni de qui, ou s’il est né à nouveau en garçon ou en fille. La seule chose que nous tenons pour certaines est que cet enfant deviendra majeur maintenant, et nous devons les (sic) trouver, avant que l’Obscurité le fasse.

Au bas d’une falaise dans une vallée montagneuse garnies d’abondants pitons rocheux boisés un peu comme en Chine, deux hommes barbus à chignons courent à toutes jambes à travers un champ, poursuivis par des cavalières en rouge. La blonde à longue tresse (idéal pour saisir et égorger en cas de combat) leur hurle de s’arrêter. Et comme elle doit se répéter, d’un geste elle fait s’écrouler la faille étroite par laquelle ils allaient s’engouffrer. Comme les deux hommes sont blessés par l’éboulement, et à terre, elle sourit sadiquement. L’un souffle à l’autre qu’ils ne peuvent mourir ainsi, son camarade peut les combattre, qu’il utilise son pouvoir.

L’intéressé se met à quatre pattes puis à genoux, pantelant un peu comme un chien, et bafouille aux femmes « ne lui faites pas de mal ! » (pourtant c’est déjà fait), « ce n’est pas de sa faute ». La blonde sadique lui demande alors de qui il parle, car il n’y a personne d’autres que lui ici. Le type barbu toujours à genoux regarde autour de lui et effectivement il est tout seul. Et la blonde sadique de conclure que la folie le possède déjà.

Elle descend de son cheval et marche dans sa direction en expliquant que ce qu’elles sont venues faire là, c’est un cadeau (elles se sont offertes à elles-mêmes une partie de chasse à courre à gibier humain), et il devrait en fait la remercier (un peu comme la femme battue par son mari devrait remercier de recevoir des coups avec tant de générosité, le gibier devrait toujours remercier ses chasseurs d’avoir pu un peu faire du sport et de nourrir leurs chiens en plus de leur table). Parce que ce pouvoir qu’il a, il est réservé aux femmes (apparemment non) et seulement pour les femmes (hum, et si je suis son raisonnement, c’est le même pouvoir qui a conduit à la destruction du monde, donc en toutes logiques pour sauver ce monde, il faut tuer toutes les femmes ayant du pouvoir ?).

Et elle continue (faire des longs discours est l’apanage des grands méchants) : « et quand vous touchez à ce pouvoir, vous le salissez » (un peu comme une protection contre les épanchements de sang menstruel ? ou bien un peu comme quand une mère congèle son bébé ou égorge ses enfants ?). Toujours aussi digne, l’homme à genoux pantelant comme un chien supplie « non, s’il vous plait ! ». La blonde sadique prend donc à témoin ses sœurs et brandit son doigt bagué d’or et d’une gemme couleur rouge sang.

Le chien humain (qui jusqu’à présent n’a rien fait de particulier à part courir) hurle de douleur et ses hurlements résonne à travers tout le pays, ou en tout cas jusqu’aux oreilles d’un homme et d’une femme en haut d’une falaise plutôt vêtu de noir et de bleu. Après avoir apprécié les hurlements, la femme déclare à l’homme que le chien humain n’est pas celui qu’ils recherchent et elle tourne les talons sans s’attarder : faut essayer, comme ils disaient dans l’Age des Glaces. Et puis surtout ne vous arrêtez pas pour sauver des innocents, ce n’est pas comme si vous étiez du côté du Bien et qu’il s’agissait de sauver le monde. D’un autre côté, la secte qui a l’air super-riche compte peut-être se réserver la planète entière et envoyer le reste de la population dans des usines spatiales à éjecter en direction du Soleil quand les esclaves ne seront plus bons à rien ou s’ils se révoltent ?

L’homme, un asiatique, remarque que le chien humain était bien né vingt ans auparavant (comme 400.000 personnes environ rien qu’en France, plus soit dit en passant, chapeau l’état-civil médiéval fantastique : les données sont dans les nuages ?). Et ce chien humain était capable de toucher la Source (de la Magie, nous supposons). La femme brune en bleu, qui décidément a de la conversation, répète dans ce dialogue d’exposition (il n’y a eu que ça depuis le début de l’épisode) que le chien humain n’était pas celui qu’ils recherchaient. Long silence. Puis l’asiatique demande où ils doivent aller après pour assister à la prochaine exécution d’un innocent. Ou d’une innocente, mais peut-être que ces dames ne massacrent que des hommes, ces êtres velus qui salissent tout et font pipi debout et caca accroupis comme elles, et qui utilisent leurs excréments pour fertiliser les champs après avoir labouré et semé, vous vous rendez compte ?

La femme bleu répond aux Deux Rivières comme vient de lui souffler le scénariste dans son oreillette. Tous les deux prennent un air constipés tandis qu’une musique informe imite le vent qui souffle, même si un vent qui souffle aurait été plus approprié. La femme bleu poursuit son dialogue d’exposition en précisant qu’ils se rendront aux deux-rivières parce que la rumeur dit qu’il y a quatre Ta’vren là-bas. Tiens donc, jusqu’à présent tout le dialogue était en anglais y compris les noms propres des lieux et soudain d’un coup, panne de traduction automatique : z’ont perdu leur TARDIS ou il est en grève illimité pour cause d’obligation vaccinale ? Et elle ajoute très fière d’elle : et ils sont du bon âge, celui où la chair est encore tendre et juteuse, et la cervelle bien molle et sucrée.

Et pendant ce temps la blonde sadique et sa bande de sorcière font cuir leur victime et le dévorent en glapissant et en ricanant : ces hommes salissent tout mais sont bien tendre sous la dent une fois désossés et cuits à point. La femme en bleu ajoute en se demandant visiblement ce qu’elle est censée vouloir dire, que le Vieux Sang coule profondément dans ces montagnes. Pas si profondément si j’en juge par les saignements du chien humain suppliant. Elle ajoute encore : « Espérons qu’il (le vieux sang) les a préparé pour ce qui va leur tomber dessus ».

Générique, présentant un serpent qui se mord la queue présenté comme la Roue du Temps. Quelqu’un a dû se planter dans ses recherches iconographiques. Jörmungand Ouroboros, arrête tout de suite de faire des trucs cochons devant les invités !

***

***

Saison 1 (2021, 8 épisodes)

The Wheel Of Time S01E01: Leavetaking
The Wheel Of Time S01E02: Shadow's Waiting
The Wheel Of Time S01E03: A Place of Safety
The Wheel Of Time S01E04: The Dragon Reborn
The Wheel Of Time S01E05: Blood Calls Blood
The Wheel Of Time S01E06: The Flame of Tar Valon
The Wheel Of Time S01E07:
The Wheel Of Time S01E08:

*

Saison 2 (2021, 8 épisodes)

The Wheel Of Time S02E01: A Taste of Solitude

***