The Hidden, le film de 1987Feu vert cinéma

The Hidden (1987)
Traduction du titre original : le caché.

Sorti aux USA le 30 octobre 1987.
Sorti en France le 23 mars 1988.
Sorti en Angleterre le 25 novembre 1988.
Sorti en DVD français coffret Hidden 1+2 le 12 juillet 2005.

De Jack Sholder : sur un scénario de Jim Kouf (aka Bob Hunt) ; avec Kyle MacLachlan, Michael Nouri, Claudia Christian, Clarence Felder, Clu Gulager, Ed O'Ross, William Boyett, Richard Brooks, Larry Cedar, Katherine Cannon, John McCann, Chris Mulkey, Lin Shaye, Frank Renzulli, Duane Davis, Kristen Clayton, Whitney Reis.

Pour adultes et adolescents.

Los Angeles. Une caméra de sécurité dans le hall d’une banque. Un homme en pardessus s’arrête au milieu de l’allée et regarde autour de lui. Un garde passe devant lui sans s’inquiéter. L’homme sort un fusil à canon scié et tire. Il abat ensuite le garde qui revenait sur ses pas et le mettant en joue, ramasse deux sacs d’argents, sort, abat un autre garde et monte dans sa voiture, fonce, du hard-rock à fond dans sa radio. Il est pris en chasse par deux voitures de polices à travers la ville, fonçant sans broncher à travers les barrières d’un chantier, slalomant à travers la circulation et déclenchant un carambolage. Plusieurs fois, il force le barrage de voitures de police qui se mettent en travers de sa route – puis il fonce à travers un parc et percute sans s’arrêter un vieil homme en fauteuil roulant.

Pendant ce temps, l’inspecteur Tom Beck a commencé une enquête de voisinage : le criminel – Jack DeVries – semble n’avoir aucun antécédent et ne semblait pas violent. Son voisin ne l’a cependant plus vu depuis une semaine. L’entretien de Beck est interrompu par son collègue, Willis, qui lui annonce la poursuite en cours. DeVries culbute encore des ouvriers sur sa route, puis Beck et Willis arrivent sur les lieux d’un énorme barrage de police . Beck réclame un fusil – DeVries arrive en vue du barrage et accélère. C’est la fusillade. DeVries est criblé de balles et ne dévie pas sa route. Il enfonce le barrage mais sa voiture s’arrête. DeVries sort de la voiture, son argent à la main. Il est à nouveau criblé de balles et la voiture explose.

Un hôpital. DeVries est grièvement brûlé et sous assistance respiratoire – son état de santé se détériore. Son médecin s’étonne qu’il soit encore en vie après toutes les blessures, et doute qu’il passe la nuit. Beck s’en réjouit. Comme il sort, le médecin le suit et lui lance que personne ne mérite de mourir ainsi – peu importe ce que DeVries a fait. Beck ne répond rien et continue sa marche. Willis répond, sans s’arrêter de marcher dans le couloir que DeVries a tué 12 personnes, blessé 23 de plus, volé six voitures, la plupart des Ferrari, cambriolé 8 banques, des supermarchés et un marchand de bonbons – il a tué au couteau des enfants – et de conclure que si quelqu’un mérite de mourir ainsi, c’est certainement DeVries.

Au commissariat, le supérieur de Tom Beck, le lieutenant Masterson, est en pourparlers : il ne veut pas déléguer Beck parce que Beck est le meilleur inspecteur de son équipe et qu’il craint de le voir partir. On lui répond que le sénateur s’apprête à entrer dans la course présidentielle et qu’il n’est pas question que quelqu’un l’abatte. L’homme sort, et l’agent du FBI de Seattle Lloyd Gallagher entre dans le bureau de Masterson. Gallagher déclare suivre un suspect et requérir l’aide d’un agent de police local. Gallagher vient de parler au capitaine et on lui a assigné l’inspecteur Thomas Beck.

Masterson accompagne Gallagher jusqu’au bureau de Beck, présente l’agent. Masterson et annonce que Beck travaillera avec Gallagher les prochains jours. Masterson repart immédiatement comme Beck proteste : il n’a même pas fini son rapport, est-ce qu’il est supposé tout laisser tomber et est-ce que plus personne ne dit s’il vous plait désormais ? Gallagher répond immédiatement par « s’il vous plaît ». Comme Beck répond ironiquement comment il pourrait refuser dans ce cas, Gallagher répond sans sourire que Beck ne le peut pas. Sans un mot, Beck va poser son rapport à terminer sur le bureau d’un de ses collègues, un rouquin qui proteste : il n’a pas vu son épouse depuis un mois ! Ce à quoi Willis répond de le croire quand il affirme que l’épouse du collègue va bien – il l’a vu la nuit dernière, elle lui passe le bonjour.

Gallagher n’a pas bougé tout ce temps. Beck revient s’asseoir face à l’agent et lui demande ce qu’ils recherchent : l’ennemi public numéro un ? Gallagher pose alors une photo sur le bureau de Beck : le nom du suspect est Jack DeVries. Beck rend la photo à Gallagher, lui conseillant d’aller se boire un verre. Gallagher demande pourquoi. Beck répond que DeVries est l’hôpital et ne passera pas la nuit. Gallagher ne bronche pas et demande dans quel hôpital DeVries se trouve. Willis répond que DeVries est à Saint Joseph et Gallagher part immédiatement.

A l’hôpital, DeVries ouvre les yeux, se redresse et se débranche. Puis il quitte son lit et débranche le patient à côté de lui et ouvre sa bouche : une gigantesque larve à pattes d’araignée sort de la bouche de DeVries tandis que les alarmes médicales sonnent. Plus tard, un docteur tente de ranimer le voisin de DeVries en lui appliquant un défibrillateur. Le premier choc ne semble avoir aucun effet. Au second, le docteur est projeté sur le lit d’à côté. Le patient ouvre les yeux.

Pendant ce temps, Gallagher arrive en courant à l’hôpital. Dans la chambre, les médecins sont perplexes : ils ont un patient mort sur le sol – DeVries – et un autre qui dans un état critique s’est simplement levé et a quitté les lieux. Gallagher arrive et le médecin-chef demande s’il peut l’aider. Gallagher sort sa carte. Selon le médecin, le patient disparu – Jonathan Miller avait des problèmes gastriques graves et était sur le point de subir un triple pontage cardiaque. Mais le médecin est persuadé que Miller n’est pas l’homme que Gallagher recherche : Miller ne ferait jamais rien d’illégal – c’est un gentleman très attentionné et honnête…

The Hidden, le film de 1987

The Hidden, le film de 1987

***

Donnez votre avis sur ce film en nous rejoignant sur le forum Philippe-Ebly.fr

***