Génération perdue, le film de 1987Feu vert cinéma

Ici la page Amazon.fr du blu-ray français de Génération perdue 1987

The Lost Boys (1987)

Sorti aux USA le 31 juillet 1987.
Sorti en France le 13 janvier 1988.
Sorti en blu-ray américain le 29 juillet 2008 (multi-régions, français inclus).

De Joel Schumacher, sur un scénario de Jan Fischer, James Jeremias et Jeffrey Boam. Avec Jason Patric, Corey Haim, Kiefer Sutherland, Dianne Wiest, Edward Herrmann, Corey Feldman, Jamison Newlander, Alex Winter, Barnard Hughes.

Pour adultes et adolescents.

Quatre voyous montent sur un manège et s’accrochent à une bande de punks, mais un garde intervient et leur rappelle qui leur avait dit de rester loin de la fête foraine. De même, il demande aux autres de ne plus revenir. Plus tard, comme le garde traverse le parking, il lève les yeux et se met à crier et courir vers sa voiture, mais comme il s’agrippe à la poignée de sa portière, il est décolle du sol, et la portière est arrachée de la voiture.

Le lendemain, une mère et ses deux fils roulent en direction de Santa Carla et comme la radio joue « Les gens sont étranges » des Doors, les garçons aperçoivent au dos d’une pancarte de bienvenue un graffiti selon lequel Santa Carla serait la capitale du Crime. Comme ils longent la fête foraine installée sur la promenade au bord de l’océan, ils remarquent beaucoup de jeunes désœuvrés. Comme ils s’arrêtent pour acheter à manger et promener leur chien, leur mère leur demande de donner de la nourriture à des adolescents qui fouillent les poubelles. Le fils aîné demande à un vendeur s’il y a du travail dans la région, et le vendeur répond qu’il n’y a rien de légal. Puis ils repartent pour arriver dans la maison de leur grand-père maternel, une maison bizarre isolée avec des animaux morts qui pendent aux branches des arbres environnant. Ils aperçoivent un vieillard allongé immobile sur le perron, et comme les fils se demandent s’ils vont pouvoir repartir pour la ville, le vieux se relève en riant : il faisait seulement semblant d’être mort en l’honneur de leur arrivée… Les garçons entrent dans la maison et découvrent qu’il n’y a pas de télévision, donc pas de MTV. Comme ils explorent la maison en courant, ils découvrent la salle de taxidermie de leur grand-père. Celui-ci leur explique alors les règles de la maison, dont les fenêtres sont garnies de plan de cannabis… Leur grand-père confirme que Santa Carla est bien la capitale mondiale du crime…

La nuit tombée, les deux frères sont assistent à un concert de rock à la fête foraine. Là-bas, l’aîné a le coup de foudre pour une jeune fille de son âge, qui l’aperçoit à son tour et sourit, puis s’enfuit. Aussitôt, le frère aîné la suit. Pendant ce temps, leur mère visite aussi la promenade, et aperçoit un mur entier recouvert d’affichettes concernant des personnes disparues. Puis elle aperçoit un petit garçon perdu et le ramène à une boutique de location vidéo, pour essayer de retrouver sa mère, qui arrive immédiatement après. Les quatre voyous de la veille sont rentré eux aussi dans la boutique et le propriétaire, Max, leur demande de partir, et il félicite la mère pour sa bonne nature. Celle-ci ne tarde pas à avouer qu’elle est à la recherche d’un travail.

Du côté de ses fils, le cadet reproche à l’ainé de suivre la fille, et son frère lui demande d’aller voir ailleurs. Le cadet entre aussitôt dans une boutique de bande dessinée dont les propriétaires sont complètement endormis par le cannabis. Ce sont leurs deux garçons qui tiennent la boutique, et jouant aux durs, les deux frères conseillent au cadet de lire une bande dessinée de vampires, car celle-ci pourrait lui sauver la vie… Leur conversation est interrompue par une bande de punks qui se sert dans les bacs de bandes dessinées à l’entrée.

Image

Image

Image

Image

***

Donnez votre avis sur ce film en nous rejoignant sur le forum Philippe-Ebly.fr