Bienvenue à Gattaca, le film de 1997Feu vert cinéma

Gattaca (1997)

Sorti aux USA le 24 octobre 1997.
Sorti en Angleterre le 20 mars 1998.
Sorti en France le 29 avril 1998.
Sorti en blu-ray américain le 11 mars 2008 édition "spéciale" (multi-régions, version et sous-titres français inclus).
Sorti en blu-ray français le 21 mai 2008 édition "deluxe" (identique au blu-ray américain).

De Andrew Niccol (également scénariste). Avec Ethan Hawke, Uma Thurman, Jude Law, Elias Koteas, Gore Vidal, Xander Berkeley, Blair Underwood.

Pour adultes et adolescents.


Dans un futur pas si lointain. Un jeune homme ponce soigneusement sa peau pour éliminer tout débris, puis après sa douche, s’habille en plaçant une poche d’urine contre sa cuisse, et une poche de sang sous la fausse empreinte digitale de son index. Puis, comme des centaines de jeunes gens froids et impeccable dans leurs costumes, il passe le contrôle automatique à l’entrée d’une école d'astronautes, GATTACA. Jérôme se distingue visiblement par son très grand souci de la propreté de sa station de travail, et par ses résultats irréprochables. Le directeur de l’école lui annonce alors qu’il fera partie des prochains membres de la mission qui s’envolera d’ici la semaine suivante, quoi qu’en dise les rumeurs du retard du programme. Le directeur partit, Jérôme laisse un peigne sale dans son tiroir. Puis il va passer le contrôle d’urine, où la machine identifie une fois de plus comme Jérôme Morrow. Le médecin lui demande alors s’il lui a déjà parlé de son fils. Et comme Jérôme répond par la négative, il lui dit de le lui demander un jour. Le médecin lui demande alors s’il est un minimum enthousiaste. Jérôme prétend qu'il attendra d'être dans la fusée avant d'être enthousiaste.

Il y a près d’une douzaine de décollage de fusée par jour, et Jérôme est le seul à les regarder tous. Alors l’une de ses camarades, Irène, le félicite et lui fait remarquer que s’il veut faire semblant de ne pas être passionné par l’idée de s’envoler à son tour, il faudrait qu’il arrête d’avoir les yeux levés vers le ciel. Mais lorsqu’il redescend de l’étage, il aperçoit un attroupement des élèves devant une flaque de sang à l’entrée d’un bureau. Il n’y rien de remarquable au sujet de la réussite de Jérôme Morrow, car il a été génétiquement amélioré pour atteindre ce niveau de succès – sauf peut-être le fait qu’il ne soit pas Jérôme Morrow.

Jérôme Morrow est un imposteur, né à l’issu d’un rapport sexuel ordinaire, et à sa naissance, on lui fit une prise de sang pour annoncer à ses parents qu’il mourrait à 30 ans d’une crise cardiaque. Son père refusa de lui donner le prénom de son père, et il fut prénommé Vincent. Toute son enfance, sa famille était obsédée par sa fragilité, et les écoles le refusaient parce que les assurances ne couvriraient pas le risque d’accident, compte tenu qu’il n’était pas génétiquement amélioré. Finalement, ses parents décidèrent de ne pas reproduire l’expérience, et son petit frère fut conçu avec l’aide des ingénieurs : la couleur des yeux, de sa peau décidée, les risques de maladies réduits au maximum. Selon le médecin, l’enfant est encore d’eux, mais simplement du meilleur d’eux-mêmes. Le petit Anton grandit plus vite, échappe à la myopie, et lorsqu’ils jouent aux frères de sang, Anton refuse de s’entailler le doigt. Quand leurs parents ne regardent pas, ils jouent à Poule Mouillée : nager le plus loin possible le plus longtemps possible, celui qui gagne est celui n’osera pas aller plus loin. Anton est toujours celui qui nage le plus loin.

Sauf que Vincent Freeman a toujours rêvé d’aller dans l’Espace, et veut devenir astronaute. Ses parents désapprouvent : il faut être réaliste, compte tenu de son cœur. Mais Vincent s’accroche au fait qu’il y a une chance qu’il ne soit pas malade – mais pour son employeur, cela ne compte pas : le seul entretien d’embauche qui compte est l’analyse de son urine, même si c’est officiellement illégal. Selon son père, la seule fois où il verra l’intérieur d’un vaisseau spatial, c’est lorsqu’il le nettoiera. Après une ultime déception, Vincent défie une dernière fois son frère au jeu de Poule Mouillée, mais ce jour-là, à chaque fois qu’Anton essaie de le larguer, Vincent le rattrape, jusqu’à ce que l’impossible survienne : c’est Anton qui manque de se noyer, et Vincent qui le ramène. C’est le moment où son frère génétiquement amélioré se découvrit moins fort qu’il ne le pensait, et le moment où Vincent se découvrit plus fort qu’il ne le pensait.

***