Starship Troopers, le film de 1997Feu vert cinéma
 
Ici la page Amazon.fr du blu-ray français de Starship Troopers 1997.

Starship Troopers (1997)

Sorti aux USA le 7 novembre 1997.
Sorti en Angleterre le 2 janvier 1998.
Sorti en France le 21 janvier 1998.
Sorti en blu-ray français le 14 août 2007 (son anglais LPCM 5.1).
Sorti en blu-ray américain le 5 août 2008.

De Paul Verhoeven, sur un scénario de Edward Neumeier, d'après le roman de Robert A. Heinlein "Étoiles, garde à vous!" (Starship Troopers). Avec Casper Van Dien, Denise Richards, Dina Meyer, Jake Busey, Neil Patrick Harris, Clancy Brown, Seth Gilliam, Patrick Muldoon, Michael Ironside, Marshall Bell, Rue McClanahan, Eric Bruskotter, Matt Levin, Blake Lindsley, Anthony Ruivivar.

Selon la télévision, les insectoïdes ont envoyé un météore de plus vers la Terre mais cette fois il a été détruit et l’origine de l’envoi a été identifié comme le système stellaire double de Kendathu. La Terre y a envoyé une force d’invasion, et la télévision diffuse en direct les images des soldats confrontant les insectes et se faisant couper en morceaux... Un an plus tard, un jeune homme, Johnny Rico, s’amuse à dessiner sur sa tablette graphique, au lieu de suivre le cours d’Histoire de M. Rasczak, un vétéran de l’Armée auquel il manque visiblement l’avant-bras gauche, qui vante les bienfaits du régime installé par les vétérans de l’Armée lorsqu’ils ont pris le pouvoir pour mettre fin à l’échec de la Démocratie, alors que les scientifiques sociaux avaient amené la Terre au bord du Chaos. Les vétérans ont alors imposé une stabilité qui aura duré des générations depuis – une société dans laquelle seuls les Citoyens ont le droit de vote, les Citoyens étant ceux et celles qui se seront engagés dans l’Armée Fédérale, parce que le vote est une forme de violence et la seule solution à tous les problèmes.

Quand l’une des étudiantes de M. Rasczak répond que sa mère dit que la violence ne résout rien, Rasczak répond qu’il se demande ce qu’en penserait les ancêtres des citoyens de Hiroshima. Il demande la réponse à une autre étudiante, qui répond qu’ils ne répondraient rien car Hiroshima a été détruite. M. Rasczak en conclut que la force brute a résolu plus de problème du passé que n’importe quel autre facteur. L’idée contraire que la force ne résout rien est, selon Rasczak, le pire des fantasmes, et les gens qui l’oublient le paieront toujours. Puis Rasczak demande à Rico quelle est la différence morale entre un Civil et un Citoyen, et Rico répond qu’un Civil accepte la responsabilité personnelle de la sécurité du corps politique, le défendant au prix de sa vie. Un Civil n’accepte pas une telle responsabilité – ce qui est une citation exacte des lois. Alors Rasczak demande si Rico comprend le sens de ces mots – et bien sûr que non, selon le professeur.
 
À la fin du cours, Rico et sa petite amie, Carmen Ibanez vont voir les résultats de l’examen final de Mathématiques. La première chose que l’Académie des pilotes regarde, c’est le score en Mathématiques, selon Carmen – et le grand écran dans la cour indique qu’elle a obtenu un score de 97%. Rico n’a obtenu que 35% du coup, son ami Carl, un télépathe, le nargue. Carmen est désormais sûre de devenir pilote de forteresses volantes militaires.

En classe de Biologie, ils découpent un scarabée des sables Arcadien. Carmen est écœurée, et vomit, mais Rico ouvre et vide l’insecte sans complexe. Le soir, Rico sert de cobaye à Carl, qui veut lui faire deviner les cartes à jouer qu’il voit – or Rico ne devine rien, et son score est même inférieur à celui qu’il obtiendrait en devinant au hasard. Carl arrive sans problème à faire faire ce qu’il veut à son furet, et Rico s’inquiète alors de savoir si Carl serait capable de le manipuler ainsi. Carl répond qu’il est incapable de contrôler un être humain… pour l’instant.

Rico est désormais diplômé et veut s’engager dans l’armée, mais ses parents sont contre : il devrait y avoir une loi pour empêcher l’Armée d’utiliser les écoles comme centrale de recrutement, et il accuse le professeur d’Histoire Rasczak d’avoir poussé leur fils à s’engager au lieu d’intégrer Harvard. Rico soutient que ce n’est pas le cas, et il s'engage malgré tout dans l'Infanterie, en même temps que Carmen en tant que pilote, et Carl dans la division "jeux et théories" - les services secrets militaires. Quand l'officier de recrutement prend son imprimé, il le félicite : l'infanterie a fait de lui l'homme qu'il est aujourd'hui - et il lui sert la main avec sa main artificielle, puis fait pivoter sa chaise avec les bras pour attraper un document car l'homme est cul-de-jatte.

***