Fog, le film de 1980Feu orange cinéma

The Fog (1980)
Traduction du titre original : Le brouillard.

Sorti aux USA le 8 février 1980.
Sorti en France le 19 mars 1980.
Sorti en Angleterre le 6 novembre 1980.
Sorti en blu-ray anglais le 4 août 2008 chez OPTIMUM (multi-régions
Sorti en blu-ray français le 23 septembre 2008 chez STUDIO CANAL (région A et B, image souvent poudroyante)
Sorti en blu-ray américain collector edition le 30 juillet 2013 chez SHOUT (meilleure image et son).

De John Carpenter (également scénariste), sur un scénario de Debra Hill, avec Adrienne Barbeau, Jamie Lee Curtis, Janet Leigh, John Houseman, Tom Atkins, James Canning, Charles Cyphers, Nancy Kyes, Ty Mitchell, Hal Holbrook, John F. Goff, George 'Buck' Flower, Regina Waldon, Jim Haynie, Darrow Igus.

Pour adultes et adolescents.

Tout ce que nous voyons ou semblons voir n’est-il autre chose qu’un rêve à l’intérieur d’un rêve ?
Edgar Allan Poe.

Autour d’un feu de bois sur une plage, un vieux marin montre à des enfants sa montre à gousset qui fait tic-tac et raconte une dernière histoire. Il est 11h55. Il ne reste que 5 minutes avant le 21 avril. Cent années auparavant, un 21 avril, au large de la Pointe de Spivey, un petit bateau à voiles dérivait en direction des terres. Soudain, le brouillard roula vers eux, et ils ne purent plus voir à trente centimètres d’eux. Ensuite, ils virent une lumière, comme un feu qui brûlait sur la côte. Ils mirent le cap sur la lumière. Mais ce n’était qu’un feu de camp, et le vaisseau s’écrasa sur les récifs : la coque s’ouvrit en deux, le mât claqua comme une brindille, et l’épave s’enfonça sous les eaux avec tout ceux qui étaient à bord. Au fond des eaux gît l’Elizabeth Dane et son équipage, leurs poumons remplis d’eau de mer, leurs yeux ouverts fixant l’obscurité. Et à la surface, aussi rapidement qu’il était venu, le brouillard s’en alla, reculant à travers l’océan. Mais les pêcheurs racontent, comme l’avait raconté avant eux leurs pères et leurs grands-pères, que lorsque le brouillard revient sur la Baie d’Antonio, les hommes au fond de la mer, hors des eaux de la Pointe de Spivey se relèveront, et partiront à la recherche du feu de camp qui les a conduit à leur mort ténébreuse et glaciale.

Minuit se met alors à sonner : ils sont le 21 avril. Un homme, Bennett, qui fait des réparations dans l’église de la Baie d’Antonio écoute la voix de Stevie Wayne, l’animatrice d’une radio locale, qui passe de la musique jusqu’à une heure du matin. Bennett retrouve le pasteur en train de boire du vin et demande à être payer, mais le père préfère qu’il revienne le lendemain à six heures. Comme Bennett a oublié sa radio, le père se lève et l’appelle. Il entend un craquement et s’immobilise, appelle encore. Soudain une pierre tombe du mur, révélant la cachette d’un vieux livre : le journal du Père Malone, datant de l’année 1880. Sur la dernière page, au 30 avril, Malone écrit que minuit est l’heure des Morts et supplie que Dieu les délivrent. Au même moment, à la radio, Stevie Wayne souhaite un joyeux centenaire à la Baie d’Antonio, et s’étonne que la météo annonce de la pluie alors que le ciel est complètement dégagé.

Sur la CB des gardes-côte, on annonce qu’un voilier, le Lady Belle Pacific, se trouve abandonné dans la baie. Il ne semble pas endommagé et la voix propose à la police d’envoyer un canot. Dans la rue déserte, les cabines téléphoniques se mettent à sonner. Dans le commerce voisin, le gamin chargé de garder et nettoyer le magasin s’offre une petite pose et boit du jeu d’orange. Les miroirs de surveillance oscillent légèrement. Puis le gamin entend du verre se briser, et voit des objets trembler puis tomber des étagères. Il entend un nouveau bruit de chute et va voir ce qui se passe. Le panneau du rayon des souvenirs de la Baie d’Antonio est décroché et se balance. Puis c’est la station service qui s’illumine, et le pistolet de la pompe à essence qui tombe à terre tandis que le pétrole se déverse et qu’une voiture en réparation monte toute seule sur son piston. Toutes les voitures garées se mettent à klaxonner, ce qui réveile une voisine, qui va à la fenêtre, puis voit sa télévision s’allumer, et un fauteuil bouger. A la radio, Stevie Wayne annonce qu’il est minuit six, que la lune est pleine, et qu’il n’y a toujours aucun nuage en vue.

Fog, le film de 1980

Fog, le film de 1980

Fog, le film de 1980

Fog, le film de 1980

Fog, le film de 1980

***

Donnez votre avis sur ce film en nous rejoignant sur le forum Philippe-Ebly.fr

***