La quatrième dimension (1959) Feu vert télévision

The Twilight Zone S01E28: A Nice Place To Visit (1960)
Traduction du titre original : Un bel endroit à visiter.

Épisode précédent <> Épisode suivant.

Ici l'article de ce blog sur la série La quatrième dimension (1959)

Diffusé aux USA le 15 avril 1960 sur CBS US.
Sortie en blu-ray américain de la saison 1 le 14 septembre 2010 (région A seulement).
Sorti en blu-ray français de la saison 1 le 25 octobre 2011 (région B seulement, plus compressé que l'américain, bonus manquants).

De Rod Sterling (également scénariste) ; réalisé par Ron Winston ; avec Ivan Dixon, Steven Perry, Kim Hamilton.

Pour adultes et adolescents.

La nuit, derrière la vitrine de la Southline Loan Company (la compagnie de prêt de la ligne du Sud), un prêteur sur gages. Devant le gardien assommé, un cambrioleur achève de vider le contenu d’un tiroir dans un sac à papier. C’est le portrait d’un homme au travail – le seul travail qu’il ait jamais fait. Le seul travail qu’il sache faire. Son nom est Henry Francis Valentine, mais il se surnomme lui-même Rocky – parce que c’est ainsi que sa vie a été, rocailleuse et périlleuse, et abrupte, dans une course folle tout le chemin durant. Il est fatigué maintenant, fatigué de courir ou de désirer, ou d’attendre la chance qui sourit à d’autres mais jamais à lui. Jamais à Rocky Valentine.

Rocky ôte un gant pour mieux juger de la valeur d’une bague quand une sirène de police se met à hurler, en approche. Il remet son gant, ramasse son sac en papier et saute par-dessus le comptoir. Il sort dans la rue, et se retrouve face à la voiture de police qui arrive. Rocky jette son sac en papier, répandant les bijoux sur le trottoir, et tente de filer par la ruelle la plus proche. Les policiers lui tient dessus et bloquent l’entrée de la ruelle. Rocky court jusqu’au fond – la ruelle est barrée par une haute palissade, qu’il tente d’escalader. Le projecteur de la police l’illumine et un policier lui crie de s’arrêter. Rocky refuse et tire deux fois de son propre pistolet en direction de la police, puis reprend son escalade tandis que les tirs de la police redouble. Arrivé au sommet, Rocky est frappé trois fois des balles de la police dans le dos et chute lourdement au bas de la palissade.

Un petit homme effrayé en colère, qui pense que tout est terminé désormais – mais il se trompe. Car pour Rocky Valentine, c’est juste le commencement… Le temps semble suspendu, et un homme aux chaussures blanches marche jusqu’à lui, puis l’appelle tranquillement « Monsieur Valentine » deux fois. Rocky, d’abord parfaitement immobile, tressaille, bat des paupières, puis demande à qui il a affaire. L’homme est barbu, en costume cravate immaculé et déclare s’appeler Pip – et propose d’aider Rocky à se relever.

Méfiant, Rocky demande d’abord comment Pip peut connaître son nom. Pip répond que c’est son travail de tout savoir de Rocky (il travaille pour Facebook). Rocky demande si Pip est un flic, et Pip en rit doucement – absolument pas, il est le guide de Rocky, qui ricane à son tour – car selon Rocky, il a autant besoin d’un guide qu’un trou dans la tête. Rocky essaie enfin de se relever et Pip l’aide, et Rocky, cherchant à s’échapper, s’adosse dans un coin, pris de vertige, demandant ce qui s’est passé. Pip répond que Rocky a eu un petit accident, mais qu’il ne s’inquiète pas – il sera aussi en forme qu’un violon tout neuf sous peu. Pip remarque alors que Rocky a sûrement envie de changer ses vêtements tout froissés. Rocky rejette le bras de Pip, persistant à vouloir savoir pourquoi Pip sait son nom, puis entendant éclaircir son point de vue, il traite Pip de gros lard et déclare ne pas aimer les petits jeux.

Pip éclate de rire et sort son calepin car selon lui, Rocky aimerait la roulette, le blackjack, le poker et le craps – et entre l’âge de 7 et 8 ans, Rocky adorait le piquet-marmon (un jeu dangereux avec un couteau). Pour toute réponse, Rocky prend le calepin et lit. Puis il se retourne et demande à Pip ce qu’il veut. Pip répond qu’il veut seulement que Rocky soit à l’aise : Pip lui procurera tout ce qu’il veut, quoi que cela puisse être. Rocky demande en échange de quoi. Pip répond : de rien du tout – c’est absolument gratuit.

***

Donnez votre avis sur cet épisode en nous rejoignant sur le forum Philippe-Ebly.fr

***

La quatrième dimension, la série de 1959 Feu orange télévision

The Twilight Zone S01E25: People Are Alike All Over (1960)
Traduction du titre original : Les gens sont partout les mêmes.
Titre français: Tous les gens sont partout semblables.

Épisode précédent <> Épisode suivant.

Ici l'article de ce blog sur la série La quatrième dimension (1959)

Diffusé aux USA le 25 mars 1960 sur CBS US.
Diffusé en France le 28 mars 1985 sur TF1 FR.
Sortie en blu-ray américain de la saison 1 le 14 septembre 2010 (région A seulement).
Sorti en blu-ray français de la saison 1 le 25 octobre 2011 (région B seulement, plus compressé que l'américain, bonus manquants).

De Rod Sterling (également scénariste) ; d'après la nouvelle de Paul Fairman, Brothers Beyond The Void (1952), réalisé par Mitchell Leisen ; avec Roddy McDowall, Paul Comi, Susan Oliver, Byron Morrow, Vic Perrin.

Pour adultes et adolescents.

La nuit. Deux hommes en complet veston derrière un grillage surmonté de barbelés contemplent le formidable pas de lancement d’une fusée, et entendent les annonces des haut-parleurs : la zone de décollage sera dégagée à deux heures. L’homme brun, Marcusson, fait remarquer à son camarade blond, Sam, que c’est une drôle de manière de passer leur dernière nuit sur la Terre : on ne la passe pas d’ordinaire à mater son moyen de transport, on la passe à profiter de la Terre – on marche dans ses rues, on entre dans ses bars, on danse avec ses femmes, parce que la fusée va être leur seul monde pendant un long moment. Et voilà qu’ils se tiennent dehors à la regarder seulement trois heures avant leur décollage.

Sam, cramponné au grillage et à l’allure de lapin blanc terrorisé, raffermit sa voix et demande à Marcusson s’il a peur. Marcusson baisse les yeux, répond qu’il ne le pense pas. Sam avoue qu’il a très peur. Selon Sam, ce n’est pas pareil pour Marcusson, qui est entraîné : Sam est un scientifique, un biologiste. Son monde est fait de livres, de lamelles et de microscopes. On l’envoie là-haut parce qu’on a besoin de son esprit, et c’est bien dommage qu’on ne puisse envoyer seulement celui-là dans l’Espace. Laisser le corps en arrière sur la Terre dont il fait partie, juste envoyer l’esprit. Et Sam de répéter qu’il est rempli d’effroi – effrayé à l’idée de ce qu’ils risquent de trouver là-haut.

Alors Marcusson répond tranquillement que c’est justement la seule chose qui ne devrait en rien l’effrayer : l’inconnu, bien sûr, la solitude, le silence – cela devrait épouvanter n’importe qui. Mais Marcusson a cette philosophie à propos des gens – de tous les gens : ce sont les mêmes partout. Marcusson est certain que lorsque Dieu a créé les êtres humains, il les a conçu selon une formule fixe : ils devraient être les mêmes, que ce soit sur la Terre ou dans les confins les plus lointains de l’Espace. Sam en doute : des gens, sur Mars ? Marcusson lève les yeux vers le ciel étoilé et maintient : où qu’ils puissent exister, ils devraient être les mêmes.

Vous regardez une espèce de fragiles petits animaux à deux pattes, avec des têtes extrêmement petites, dont le nom est « humain » : Warren Marcusson, 35 ans ; Samuel A. Conrad, 31 ans. Ils sont sur le point de prendre une autoroute de l’Espace – l’humanité qui rompt ses chaînes et envoie ses minuscules doigts tâtonnant là-haut dans l’Inconnu. Leur destination, c’est Mars – et dans quelques instants, nous débarquerons là-bas avec eux.

La Quatrième dimension S01E25: Tous les gens sont partout semblables (1960)

La Quatrième dimension S01E25: Tous les gens sont partout semblables (1960)

La Quatrième dimension S01E25: Tous les gens sont partout semblables (1960)

La Quatrième dimension S01E25: Tous les gens sont partout semblables (1960)

***

***

Donnez votre avis sur cet épisode en nous rejoignant sur le forum Philippe-Ebly.fr

***

La quatrième dimension, la série de 1959  Feu orange télévision

The Twilight Zone S01E24: Long Live Walter Jameson (1960)
Titre français : Longue vie, Walter Jameson.
Traduction du titre original : Vive Walter Jameson! (Vis encore longtemps, Walter Jameson)

Épisode précédent <> Épisode suivant.

Ici l'article de ce blog sur la série La quatrième dimension (1959)

Diffusé aux USA le 18 mars 1960 sur CBS US.
Diffusé en France le 9 février 1985 sur TF1 FR.
Sortie en blu-ray américain de la saison 1 le 14 septembre 2010 (région A seulement).
Sorti en blu-ray français de la saison 1 le 25 octobre 2011 (région B seulement, plus compressé que l'américain, bonus manquants).

De Rod Sterling ; scénario de Charles Beaumont, réalisé par Anton Leader ; avec Kevin McCarthy, Edgar Stehli.

Pour adultes et adolescents.

Vous regardez l’acte un, scène un d’un cauchemar, un de ceux qui ne se limitent pas aux heures de la Sorcière, et aux nuits ténébreuses balayées par la pluie : voici le professeur Walter Jameson, populaire au-delà des mots, qui parle du passé comme si c’était le présent, qui invoque les morts comme s’ils étaient vivants.

Jameson achève son cours sur la Guerre Civile américaine : les soldats de l’union ont brûlé Atlanta, mais il peut assurer à ses étudiants qu’ils n’ont pris aucun plaisir à leur ouvrage – ils y ont été forcés, par un homme qu’ils ont haï plus qu’ils n’auraient jamais pu haïr les rebelles. Un homme laid, morne, incroyablement brutal – nommé William Tecumseh Sherman.

Et afin de donner une idée plus complète de ce grand héros, Jameson se propose de lire quelques extraits du journal du Major Skelton. Le professeur sort le vieux carnet relié de sa sacoche et le feuillette, puis commence : « La date est le mardi 11 septembre 1864, la ville était à nous, il n’y avait aucune nécessité à détruire quoi que ce soit, mis à part ce qui pouvait être utilisé dans le combat qui nous opposait. Mais Sherman était ivre de sa victoire. Il a lui-même bouté les feux affreux, les feux qui ont détruit cette superbe citadelle de grâce et de beauté.

Parmi les jeunes étudiants qui suivent attentivement le cours, un vieil homme s’est assis. À la vue de cet homme, le professeur Samuel Kittridge, Walter Jameson a accès à un savoir qui ne pourrait être sorti d’un livre d’Histoire, mais plutôt d’un livre sur la Magie Noire – ce qui revient à dire que ce cauchemar commence à Midi.

La Quatrième dimension S01E24: Longue vie, Walter Jameson (1960)

La Quatrième dimension S01E24: Longue vie, Walter Jameson (1960)

La Quatrième dimension S01E24: Longue vie, Walter Jameson (1960)

La Quatrième dimension S01E24: Longue vie, Walter Jameson (1960)

***

Donnez votre avis sur cet épisode en nous rejoignant sur le forum Philippe-Ebly.fr

***

La quatrième dimension, la série de 1959  Feu orange télévision

Ici la page Amazon.fr du blu-ray français de la saison 1 de la Quatrième dimension (1959)

The Twilight Zone S01E23: A World Of Difference (1960)
Traduction du titre original : Un monde de différence.

Épisode précédent <> Épisode suivant.

Ici l'article de ce blog sur la série La quatrième dimension (1959)

Diffusé aux USA le 11 mars 1960 sur CBS US.
Diffusé en France le 23 mai 1984 sur TF1 FR.
Sortie en blu-ray américain de la saison 1 le 14 septembre 2010 (région A seulement).
Sorti en blu-ray français de la saison 1 le 25 octobre 2011 (région B seulement, plus compressé que l'américain, bonus manquants).

De Rod Sterling (également scénariste) ; scénario de Richard Matheson, réalisé par Ted Post ; avec Howard Duff, Frank Maxwell, Eileen Ryan, David White, Gail Kobe.

Pour adultes et adolescents.

Vous regardez un tableau de la réalité, des choses substantielles, faites de matériaux physiques – un bureau, une fenêtre, une lampe. Ces choses existent et ont des dimensions. Maintenant voici Arthur Curtis, âge 36 ans, lequel, lui aussi, est réel. Il est fait de chair et de sang, de muscle et d’esprit. Mais dans peu de temps, nous verrons à quel point mince est la ligne qui sépare ce que nous présumons être réel de ce qui est fabriqué à l’intérieur d’un esprit.

Curtis regarde par la fenêtre quand sa secrétaire Sally fait son entrée ; c’est le matin et ils se saluent. Sally s’étonne de la présence matinale de son patron, que ce dernier explique par le fait qu’il compte quitter plus tôt son bureau, vers trois heures de l’après-midi – car son épouse Marian et lui font quelque chose en vue de la fête d’anniversaire de leur petite fille Tina – les photographies de la petite fille et de l’épouse sont sur le bureau de Curtis.

Curtis prend le courrier apporté par sa secrétaire tandis que celle-ci se rappelle que l’anniversaire de Tina est le samedi qui vient. Puis Curtis demande si sa secrétaire a les contrats d’avec un certain Mason. Sally confirme : elle a terminé de les dactylographier la nuit d’avant, avant son départ du travail. Puis il va pour partir avec mais se retourne vers sa secrétaire et lui demande de reporter les réservations pour l’avion pour le samedi dans la nuit. L’idée est d’avancer le départ et de profiter de San Francisco avec son épouse dès le week-end. Puis il quitte le bureau de sa secrétaire et s’enferme dans son bureau. Sifflotant, il va pour composer un numéro sur son téléphone à cadran, puis s’étonne de ne pas avoir de tonalité. Il se relève, mais au moment où il va rouvrir sa porte, un homme crie dans son dos « coupez ! »

Curtis se retourne et se retrouve face à une équipe de tournage de cinéma qui le regarde fixement tandis que les lumières se rallument derrière eux. Le réalisateur se lève et appelle Curtis « Jerry », et lui demande si c’est si dur que cela de passer un appel téléphonique. Puis, devant l’air ahuri de Curtis, le réalisateur lui rappelle son propre nom : Marty Fischer.

Curtis s’enfuit alors en direction du bureau de sa secrétaire, et appelle Sally. Il la découvre renversée sur son fauteuil, très surprise ; elle l’appelle Monsieur Raigan et lui demande ce qui se passe. Comme Curtis l’ignore et fait le tour du décor, elle lui demande où il va. Un homme à lunette l’attrape alors par la manche, lui demandant de se ressaisir, car Curtis serait sur le point de se faire virer, et quand le réalisateur Fischer arrive, l’homme retire ses lunettes et prétend qu’il ne s’agissait que d’un gag de la part de Curtis. Le directeur accepte l’excuse et veut reprendre la prise à partir de l’appel téléphonique. Il rappelle à Curtis sa ligne : Curtis téléphone à son épouse pour lui dire de le retrouver en ville à trois heures et quart.

La Quatrième dimension S01E23: Un monde différent (1960)

La Quatrième dimension S01E23: Un monde différent (1960)

La Quatrième dimension S01E23: Un monde différent (1960)

La Quatrième dimension S01E23: Un monde différent (1960)

***

Donnez votre avis sur cet épisode en nous rejoignant sur le forum Philippe-Ebly.fr

***