Splash, le film de 1984 Feu orange cinéma

Splash (1984)

Sorti aux USA le 9 mars 1984.
Sorti en Angleterre le 29 juin 1984.
Sorti en France le 24 octobre 1984.
Sorti en blu-ray australien le 29 mars 2013 (multi-régions français inclus, anglais DTS HD MA 5.1)

De Ron Howard ; sur un scénario de Brian Grazer, Lowell Ganz, Babaloo Mandel, et Bruce Jay Friedman ; avec Tom Hanks, Daryl Hannah, Eugene Levy, John Candy.

Pour adultes et adolescents.

Cape Cod, dans les années 1960, à bord du New-England Queen, l’orchestre joue Hully Gully tandis qu’à l’avant du navire, un garçon replet fait tomber des pièces pour regarder sous les jupes des femmes quand il fait semblant de les ramasser. Sa mère le surprend et demande à son père de lui faire la leçon mais celui-ci n’en a pas le courage.

Alan, le frère du garçon replet, plus sage, fixe de son côté les flots brillants sous le soleil. Sa mère lui demande s’il veut voir Cape Code et il fait non de la tête. Ses parents le laissent, entraînant son frère, mais à peine sont-ils partis que Alan saute par-dessus le bastingage. Sa mère hurle, la cloche d’alarme est sonnée, mais sous l’eau, Alan est ravi : il vient de découvrir une ravissante petite fille blonde, qui porte un collier et lui sourit à son tour. Ils s’attrapent par les mains tandis que du bateau on lance une bouée, et un homme saute à la mer, qui attrape Alan et le ramène à la surface, puis à bord du bateau. Mais tandis qu’on le sèche, le petit garçon n’a d’yeux que pour la petite fille qui vient de sortir la tête de l’eau et pleure comme ils sont séparés.

Vingt ans plus tard, Alan s’occupe de vendre en gros des fruits et des légumes, et passe son temps à se faire hurler dessus par des clients insatisfaits. Il apprend que son frère Freddy a acheté des cerises mangées par les limaces… pour payer ses dettes. Freddy débarque justement, renversant des caisses de légumes, se ventant d’être dans la presse érotique. Alan arrange l’affaire en offrant des bananes contre des cerises, donne des vacances à son assistant Jerry qui veut se marier, puis va prendre ses messages auprès de sa secrétaire sénile qu’il se refuse à licencier. Freddy se moque alors de son petit frère, puis alors que Freddy lui annonce qu’il va devoir recevoir un recruteur important, c’est sa petite amie Victoria qui l’appelle au téléphone pour lui annoncer qu’elle le quitte – et comme elle lui demande s’il l’aime, et il lui répond que c’est une question importante et lui demande en retour si elle, elle l’aime. Elle raccroche.

Plus tard, ils se retrouvent au mariage de Jerry et Freddy se met à jeter des pièces par terre pour regarder sous les jupes des femmes. Alan s’indigne, puis à l’entrée de l’église tout le monde demande à Alan où est Victoria, que Allan prétend malade, et après avoir répété que même si Victoria avait toutes les qualités, quelque chose n’allait pas en lui quand il s’agissait de l’aimer. Allan perd alors son sang-froid et hurle que Victoria l’a quitté. Le soir venu, Freddy va saouler son frère dans un bar, puis il prend à parti un jeune couple à propos de l’amour, les fait fuir, puis s’apitoie sur lui-même : il va mourir entouré de fruits et légumes.

Puis, comme son frère l’appelle pour qu’il le rejoigne lui et deux femmes, Alan annonce qu’il veut aller à Cape Code dans le Massachussetts. Il saute dans un taxi, prouve qu’il a l’argent liquide pour la course. Le soleil se lève, et comme Alan marche sur la plage, un scientifique, Walter Kornbluth, houspille deux manutentionnaires qui brutalisent les caisses contenant son précieux équipement. Alan les accostent pour leur demander s’ils peuvent le déposer sur l’île de Cape Code. Kornbluth, furieux, le prend pour un envoyé du professeur Ross venu saboter ses recherches.

L’un des manutentionnaires l’envoie alors à quelqu’un qui a un canot à moteur, et comme Alan avoue qu’il ne sait pas nager, le pilote du canot secoue le canot pour lui faire peur. Le moteur tombe en panne, et le canot prend l’eau. Le pilote déclare alors qu’il va chercher un autre bateau et saute à la mer. Alan se retrouve tout seul au milieu de la mer – à part le bateau de Kornbluth, furieux de le voir arriver. Kornbluth plonge alors sous l’eau et Alan tente de réparer le moteur : il donne quelques coups de marteau puis tire sur la ficelle. Le moteur démarre et Alan tombe à l’eau. Le canot revient droit sur lui et l’assomme. Tandis qu’il descend sous l’eau, il perd son portefeuille – et une main de femme l’attrape.

Alan se réveille étendu sur la plage de sable fin, geignant fortement. Il est observé de derrière des buissons fleuri par une superbe blonde. Quand il l’aperçoit il l’interpelle : a-t-elle une idée de qui l’a sauvé. Il remarque le collier, lui demande si elle parle anglais. Elle tente de s’enfuir en direction de la mer, mais s’immobilise face à Alan qui la rejoint – et elle l’embrasse. Puis elle s’enfuit. Alan crie : elle doit revenir, il faut qu’il lui parle, il ne sait pas nager… Comme il lui tourne le dos, il ne la voit pas sauter hors de l’eau au loin, avec une queue de poisson en guise de jambes.

La jeune sirène retrouve au fond de l’eau le portefeuille de Alan. Puis tombe nez à nez avec Kornbluth, qui tente de la retenir pour prendre une photo, sans y parvenir. Elle va ensuite dans une épave consulter de vieilles cartes de la côte et retrouve la position de la ville de New-York, l’adresse de Alan. Et plus tard, alors qu’un groupe de touristes visite la statue de la Liberté, la jeune sirène – qui a retrouvé des jambes humaines – rejoint le groupe des humains, le portefeuille de Alan à la main, complètement nue. Tous les touristes veulent alors se prendre en photo avec lui, tandis que la police intervient : ils ne sont pas en Californie. Revêtue d’un grand tee-shirt « J’aime New-Tork », elle est raccompagnée en bateau par les policiers, auxquels elle montre le portefeuille.

Sur le marché de gros aux fruits et légumes, Jerry appelle Alan au téléphone, qui court immédiatement au commissariat où l’attend la jeune fille de ses rêves, qui l’embrasse aussitôt sur la bouche. Quand le réceptionniste lui demande qui est la jeune fille, Alan répond qu’il ne le sait pas, et le réceptionniste ne s’étonne pas.

***

Donnez votre avis sur ce film en nous rejoignant sur le forum Philippe-Ebly.fr

***