Captain Marvel, le serial de 1941Feu vert télévision

The Adventures Of Captain Marvel S01E01: Curse Of The Scorpion (1941)
Titre français : Le Capitaine Marvel.

Ici l'article de ce blog sur le serial Captain Marvel (1941)

Diffusé aux USA à partir du 28 mars 1941.

De John English et William Witney ; avec Tom Tyler, Frank Coghlan Jr., William 'Billy' Benedict, Louise Currie, Robert Strange, Harry Worth, John Davidson.

Tout public.

Dans une partie reculée du Siam, non loin de fa frontière birmane, s’étend une terre volcanique qui, pendant des siècles, a été interdite aux hommes blancs – la Vallée des Tombes ! En ce royaume de mystère jalousement gardé par des tribus autochtones invaincues depuis la nuit des temps, est parvenu l’expédition archéologique Malcom, à la recherche du secret perdu de la Dynastie Scorpion.

De jour, dans une montagne, un homme barbu à turban frappe un grand gong plusieurs fois de suite. Ailleurs, autour d’un feu, quatre soldats armés de fusils et portant également turban, se relèvent et attrapent la bride leurs chevaux. Au loin, le gong continue de résonner à travers la montagne – et en contrebas, sur la route, les soldats cavalent soulevant un nuage de poussière. Ils sont rejoint en route par, peut-être, une dizaine d’autres cavaliers, et quand ils atteignent une vaste étendue découverte, par une dizaine de plus.

Le campement fortifié d’une palissade de l’expédition archéologique Malcom. L’expédition est composée de cinq hommes à casque colonial et costume cravate – d’une femme blonde en jupe – Betty Wallace – et d’un homme richement vêtu en turban – Tal Chotali. À l’écart, à côté de la table de la radio, un adolescent, Billy Batson et un autre homme, âgé, à casque colonial, James Howell. Alors que le gong résonne au loin, ils sont réunis devant leurs tentes, autour de deux petites tables pliantes. Sur une table trône une urne décorée, et sur l’autre table à laquelle la femme blonde et le prince sont assis, les notes que prend la femme et un livre que consulte le prince.

À la table de la radio, Billy demande à Howell ce que signifie le gong qui résonne au loin, et Howell répond qu’il l’ignore – et propose de le découvrir. Billy et Howell quittent la table de la radio en hâte pour rejoindre le reste de l’expédition, et Howell interpelle le chef de l’expédition –Malcom, le plus âgé du groupe, un maigre moustachu, pour lui demander ce qu’il pense du signal donné par le gong. Malcom répond qu’il ne sait pas. Puis Malcom se tourne vers l’homme richement vêtu en turban, Tal Chotali, et lui demande si le gong a quelque signification que ce soit à ses yeux. Tal Chotali soupire et hoche la tête : les hommes des collines se rassemblent – le signal dit que les hommes blancs doivent être chassés de la Vallée des Tombes.

Immédiatement, Malcom ordonne au lieutenant qui accompagne son expédition de fermer les portes de leur campement et d’armer les mitrailleuses. Mais comme deux soldats à casque colonial commence à repousser les vantaux de bambou du portail du camp, des tirs de fusil résonne : les cavaliers arrivent en vue du campement – et un premier soldat tombe. Malcom sort un révolver, imité par d’autres hommes de l’expédition, et attrape Betty par le coude pour l’entraîner, tandis que tout le monde quitte les deux tables : c’est peut-être grave !

Les soldats coloniaux et les hommes se précipitent derrière la palissade et tirent par les interstices entre les bambous – et la mitrailleuse entre en action, fauchant les premiers cavaliers. Presque immédiatement, les cavaliers battent en retraite – mais seulement pour faire place à une seconde vague de cavaliers. Comme certains cavaliers se sont embusqués dans les gros rochers qui surplombent le campement fortifié, un des membres de l’expédition agite un drapeau blanc, et les tirs cessent. Les portes du campement s’ouvrent pour laisser passer un cavalier – Tal Chotali, qui va saluer et parlementer avec le chef des cavalier, Rahman Bar.

Tal Chotali demande à Rahman Bar quelle est la cause de son attaque. Rahman Bar répond que c’est l’avertissement légendaire : aucun homme blanc ne devra désacraliser la Vallée des Tombes. Tal Chotali secoue la tête : ce n’est pas une vraie légende – si jamais désacralisation devait survenir, le volcan Scorpion entrerait en éruption. Et Tal Chotali de pointer une montagne fumante entre les pics déchiquetés voisins : que Rahman Bar le constate, il n’y a pas d’éruption (NDR : la fumée tout de même...). Et d’accuser : Rahman Bar a répandu le sang sans raison, et a poussé son peuple à suivre les ordres du Scorpion.

Rahman concède que la désacralisation n’a pas encore eu lieu, mais les blancs doivent partir : une malédiction dit que tout homme blanc qui parviendrait dans la Vallée des Tombes doit mourir. Tal Chotali revient, et avec les hommes groupés au portail, Malcom espère que la négociation a été fructueuse. Chotali descend de cheval, et Malcom l’interroge : qui sont-ils ? l’attaque est-elle terminée ? Tal Chotali répond qu’ils ne seront pas attaqués à nouveau – s’ils arrêtent de travailler sur les tombes et partent.

Malcom s’étonne : leurs visas et permis de fouiller sont en règle ! Tal Chotali répond que le chef des cavaliers les a averti qu’aucun permis ne les sauvera de la rage du Scorpion, s’ils pénètrent dans les tombes les plus reculées. Malcom rétorque que la seule raison qui l’a poussé à financer cette expédition était de pouvoir examiner le contenu de ces tombes. Et l’un des associés de Malcom de renchérir que bien sûr il ne va pas s’arrêter à cause de superstitions insensées ! Visiblement inquiet, le jeune Billy intervient : c’était ce que tout le monde disait à propos de la malédiction de la Tombe du Roi Toutankhamon. – et beaucoup d’entre eux sont morts. Alors Tal Chotali sourit bouche fermée, tandis que Malcom assure qu’ils vont s’occuper de cette affaire : ils ouvriront immédiatement la tombe. Puis ils partiront dès le matin, et s’éloigneront le plus loin possible du danger représenté par les autochtones.

Puis Malcom se retourne vers Tal Chotali pour lui demander si le plan lui convient. Celui-ci répond, énigmatiquement, qu’il aurait souhaité que le danger ne vienne que des autochtones. Alors l’associé de Malcom s’indigne : Tal Chotali ne prend tout de même pas cette histoire de malédiction du Scorpion au sérieux ? Alors Tal Chotali affirme en promenant son regard sur tout le groupe : croyez-le, la malédiction du Scorpion existe. Malcom éclate de rire : insensé – et quoi après ? ils vont voir des fantômes ? Et il donne l’ordre à l’expédition de se mettre au travail.

Captain Marvel S01E01: La malédiction du Scorpion (1941)

***

Donnez votre avis sur cet épisode en nous rejoignant sur le forum Philippe-Ebly.fr

***

Captain Marvel, le serial de 1941Feu vert télévision

The Adventures Of Captain Marvel (1941)
Titre français : Le capitaine Marvel.

Ne pas confondre avec le film Captain Marvel annoncé pour 2019.

Diffusé aux USA à partir du 28 mars 1941.
Sorti en coffret 2 DVD français le 19 avril 2010 (anglais sous-titré français)
Sorti en blu-ray américain le 19 septembre 2017 (région A, format 4:3 original, image bonne, son anglais HD MA 2.0 bon - mono non sous-titré).

Ici l'article de ce blog sur le blu-ray américain de 2017

De John English et William Witney ; avec Tom Tyler, Frank Coghlan Jr., William 'Billy' Benedict, Louise Currie, Robert Strange, Harry Worth, John Davidson.

Tout public.

Le plus jeune membre de l'expédition Malcom au Siam est revenu aux USA avec un pouvoir extraordinaire, celui de pouvoir se changer en le héros universel, le Capitaine Marvel (Merveile) en criant "Shazzam". Seulement l'expédition Malcom, même réfugiée aux USA, est désormais la cible du Scorpion, un criminel masqué qui cherche à s'emparer des lentilles d'une invention extraordinaire découverte dans la tombe profanée par l'expédition Marvel.

Captain Marvel, le serial de 1941
***

Saison 1 (1941 - 12 épisodes)

Captain Marvel S01E01: La malédiction du Scorpion (Curse of the Scorpion)
Captain Marvel S01E02: La guillotine (The Guillotine)
Captain Marvel S01E03: Bombe à retardement (Time Bomb)
Captain Marvel S01E04: La Mort prend le volant (Death Takes the Wheel)
Captain Marvel S01E05: Le Scorpion frappe (The Scorpion Strikes)
Captain Marvel S01E06: Les lentilles de la Mort (Lens of Death)
Captain Marvel S01E07: Cibles humaines (Human Targets)
Captain Marvel S01E08: Boomerang (Boomerang)
Captain Marvel S01E09: Le piège de l'Homme Mort (Dead Man's Trap)
Captain Marvel S01E10: La nef funeste (Doom Ship)
Captain Marvel S01E11: La Vallée de la Mort (Valley of Death)
Captain Marvel S01E12: Le secret du Capitaine Marvel (Captain Marvel's Secret)

***

Donnez votre avis sur ce Serial en nous rejoignant sur le forum Philippe-Ebly.fr

***

Le mystère de la maison Norman, le film de 1939

Voici la liste des articles de ce blog consacrés aux films de Science-fiction, Fantasy, Fantastique et Aventure annoncé pour l'année 1939. Cette liste sera mise à jour au fur et à mesure de la rédaction des articles.

Ici le calendrier cinéma pour 1941.

Ici le calendrier cinéma pour 1939.

***

Le voleur de Bagdad, le film de 1940

Annoncés pour février 1940

Aux USA

Le voleur de Bagdad (25 décembre 1940, The Thief Of Bagdad)

En Angleterre

Le voleur de Bagdad (25 décembre 1940, The Thief Of Bagdad)

***

Le mystère de la maison Norman, le film de 1939

Annoncés pour février 1940

En France

Le mystère de la maison Norman (28 février 1940, The Cat And The Canary, le chat et le canari)

***

 

L'invention de Morel, le roman de 1940Feu vert livre / BD

La invención de Morel (1940)

Ici l'article sur L'invention de Morel, le téléfilm de 1967.

Ici l'article sur L'invention de Morel, le film de 1974.

Sorti en Argentine en 1940 chez EDITORIAL LOSADA AR (couverture de Norah Borges).
Sorti en France en 1992 chez 10/18 FR (traduction de Armand Pierhal).

De Adolfo Bioy Casares.

Un homme fuyant la dictature qui le poursuit pour ses opinions croit trouver refuge sur une île ayant très mauvaise réputation, et où se trouve une villa et un musée abandonné, ainsi qu'une source d'eau potable. C'est alors que débarque une petite troupe de fêtards qui semblent complètement ignorer son existence, tandis que la villa et le musée sont rouverts et retrouvent leur splendeur d'origine.

Fiction, le numéro 103 de juin 1962 du magazine de 1953 

L'invention de Morel, le roman de 1940 L'invention de Morel, le roman de 1940

L'invention de Morel, le roman de 1940 L'invention de Morel, le roman de 1940

***

(traduction au plus proche)

Aujourd'hui, sur cette île, est arrivé un miracle. L'été est arrivé en avance. J'ai mis le lit à côté de la piscine et je suis resté dans l'eau jusqu'à très tard. Il était impossible de dormir. Deux ou trois minutes hors de l'eau pour convertir en sueur l'eau qui aurait dû me protéger de l'épouvantable stupeur. A l'aube, je fus réveillé par un phonographe. Je ne pouvais retourner au musée, pour récupérer mes affaires. J'ai fui vers les gorges. Je suis dans les basses terres du sud, au milieu des plantes aquatiques, assailli par les moustiques, avec la mer ou de l'eau boueuse jusqu'à la ceinture, je réalise l'anticipation absurde de ma fuite.Je me dis que ces gens ne sont pas venus m'arrêter; peut-être qu'ils ne m'ont pas vu. Mais je suis mon destin, privé de tout, retranché dans l'endroit le plus réduit, le moins habitable de l'île; dans les marécages que la mer submerge une fois par semaine.

***

(texte original)

Hoy, en esta isla, ha ocurrido un milagro. El verano se adelantó. Puse la cama cerca de la pileta de natación y estuve bañándome, hasta muy tarde. Era imposible dormir. Dos o tres minutos afuera bastaban para convertir en sudor el agua que debía protegerme de la espantosa calma. A la madrugada me despertó un fonógrafo. No pude volver al museo, a buscar las cosas. Huí por las barrancas. Estoy en los bajos del sur, entre plantas acuáticas, indignado por los mosquitos, con el mar o sucios arroyos hasta la cintura, viendo que anticipé absurdamente mi huida. Creo que esa gente no vino a buscarme; tal vez no me hayan visto. Pero sigo mi destino; estoy desprovisto de todo, confinado al lugar más escaso, menos habitable de la isla; a pantanos que el mar suprime una vez por semana.

  Escribo esto para dejar testimonio del adverso milagro. Si en pocos días no muero ahogado, o luchando por mi libertad, espero escribir la Defensa ante sobrevivientes y un Elogio de Malthus. Atacaré, en esas páginas, a los agotadores de las selvas y de los desiertos; demostraré que el mundo, con el perfeccionamiento de las policías, de los documentos, del periodismo, de la radiotelefonía, de las aduanas, hace irreparable cualquier error de la justicia, es un infierno unánime para los perseguidos. Hasta ahora no he podido escribir sino esta hoja que ayer no preveía. ¡Cómo hay de ocupaciones en la isla solitaria! ¡Qué insuperable es la dureza de la madera! ¡Cuánto más grande es el espacio que el pájaro movedizo!

***

(traduction de Armand Pierhal)

Aujourd'hui, dans cette île, s'est produit un miracle. L'été a été précoce. J'ai disposé mon lit près de la piscine et je me suis baigné jusque très tard. Impossible de dormir. Deux à trois minutes à l'air suffisaient à convertir en sueur l'eau qui devait me protéger de l'effroyable touffeur. A l'aube, un phonographe m'a réveillé. Je n'ai pas eu le temps de rechercher mes affaires au musée. J'ai fui par les ravins. Je suis dans les basses terres du sud, parmi les plantes aquatiques, exaspéré par les moustiques, avec la mer ou des ruisseaux boueux jusqu'à la ceinture, me rendant compte que j'ai précipité absurdement ma fuite. Je crois que ces gens ne sont pas venus me chercher; il se peut, même, qu'ils ne m'aient pas vu. Mais je subis mon destin: démuni de tout, je me trouve confiné dans l'endroit le plus étroit, le moins habitable de l'île, dans les marécages que la mer recouvre une fois par semaine.

***

***