Chroniques de la Science-Fiction du 26 février 2024

Chroniques de la Science-Fiction #2024-02-26

Numéro précédent <> Numéro suivant.

Téléchargez ici l'exemplaire gratuit .pdf 7 pages A5 couleurs.

Ici l'index de toutes les Chroniques de la Science-fiction de 2024

Sorti le 22 janvier 2024 (première édition).

De David Sicé.

Les Chroniques sont une rubrique du fanzine l’Étoile étrange. Cette rubrique paraîtra désormais séparément pour tenir le rythme hebdomadaire de l'actualité de la Science-fiction même si le numéro complet de l’Étoile étrange n'est pas bouclé. Les numéros ont vocation à sortir rétroactivement et par anticipation, et donc à être mis à jour quand l'activité n'est pas complètement couverte.

Désormais, l'exemplaire .pdf ne contient plus que le calendrier des diffusions et des sorties de la semaine, reproduit ci-dessous.

***

Les sorties de la semaine du 26 février 2024
Noter que cette actualité ne couvre pas les films d’exploitation.
Noter que les dates de diffusion et titres d'épisodes peuvent changer jusqu'au dernier moment.

*

LUNDI 26 FÉVRIER 2024

BLU-RAY UK
The Portable Door 2023** (fantasy urbaine, br 26/2, DAZZLER UK)
An American Werewolf In Paris 1997** (loup-garou, br 26/2, FINAL CUT UK)
On the Silver Globe 1988** (planet opera, 2br, 26/2, EUREKA UK)
Hellraiser: Tetralogy 1987** (demon, Hellraiser / Hellbound: Hellraiser II / Hellraiser III: Hell on Earth / Hellraiser IV: Bloodline, 4x4K, 26/2, ARROW UK)
The Amityville Horror 1979** (hantise horreur, br+4k, 26/2, 88 FILMS UK)
Universal Classic Monsters 1931*** (monstres fant., Dracula***Frankenstein****The Mummy***The Invisible Man***The Bride of Frankenstein*The Wolf Man***, The Phantom Of The Opera**, The Creature Of The Black Lagoon***, 8x4k, 26/2, UNIVERSAL UK)
Marvel WandaVision 2021* (série télé, superwoke, 2br+2x4K, 29/2, DISNEY DE)

BLU-RAY US
Hollow Man 2000** (homme invisible, br, 26/2, Wall-Mart MILL CREEK US)
Anaconda 1987** (monstre, br, 26/2, Wall-Mart MILL CREEK US)
Creep Show 1982 (horreur satirique, sketch, nr+4K, 26/2, SHOUT US)

*

MARDI 27 FÉVRIER 2024

BLU-RAY US
Dream Scenario 2023* (fantastique, woke toxique, br+dvd, 27/2, LIONSGATE US)
Dr. Cheon and The Lost Talisman 2023*** (demon, br, 27/2, RLJ US)
The Moon 2023 (prospective, Deo Mun, br, WELL GO US)
Les Trois Mousquetaires: D'Artagnan 2023* (av. woke, br, 27/2, SAMUEL US)
Dragonheart 1996** (fantasy, br+4K, 27/2, Wall-mart, SHOUT FACTORY US)
The Magnificent Seven 1960**** (remake, 7 mercenaires, br+4K, SHOUT US)
Gunfight at the O.K. Corral 1957**** (western, br+4K, 27/2, KINO LORBER US)
Orphan Black 2013** S1-5 (transhumanisme, clone, 10br, 27/2, BBC US)
Smallville 2001** S1-10 (superman, 40br+2dvd, 27/2, WARNER BROS US)
Never Surrender 2024 (documentaire sur Galaxy Quest, br, 27/2, ETR MEDIA US)
Dual! Parallel Trouble Adventure 1999 S1 (sérani, SD, br, 27/2, DISCOTEK US)

*

MERCREDI 28 FEVRIER 2024

CINE FR+INT
Code 8 part 2 2024 (cyberpunk mutant, 28/2, NETFLIX INT/FR)
Dune part 2 2024 (planetop, remake, repoussé de 2023, 28 /2, ciné FR)
Eureka 2024 (fantastique, Viggo Mortenssen) 28 /2, ciné FR)

TÉLÉVISION US/INT
Constellation 2024 S1E4 (mystère, prospective 28 /2, APPLE TV INT/FR)
Resident Alien 2024** S3E03 : (28 /2, SYFY US)
Disney Iwaju 2024 S1 (série animée, Le futur (du Niger), 28/2, DISNEY MOINS INT/FR)

BLU-RAY FR
Avatar 2009**** (film altéré par AI, planet opera, br+4K, 28/2, DISNEY FR)
Attention : tous les films de James Cameron qui sortent en 4K ont été “restaurés” lisez massacrés à l’aide d’une intelligence artificiel : les détails fins ou à distance n’existent pas dans les éditions précédentes, à l’écran à l’origine ou sur le plateau de tournage. Il est recommandé de s’en tenir aux éditions précédents, même mises à échelle par votre lecteur et/ou votre téléviseur.

The Fifth Element 1997*** (space op, Le cinquième élément, br+4K, 28/2, ESC FR)
Marvel WandaVision 2021* (série télé, superwoke, 2br+2x4K, 28/2, DISNEY FR)

BLU-RAY ES
Kick Ass II 2013** (comédie ultraviolente superhéros, br+4K, UNIVERSAL ES)

BANDE-DESSINEE FR
Tarzan l’homme singe 2024 T1 (Corbeyran / Martinez, 28 /2, GLENAT FR)
Un monde oublié T2 (Corbeyran / Gabor 28 /2, GLENAT FR)

*

JEUDI 29 FEVRIER 2024

CINEMA DE+IT
Dune part 2 2024 (planetop, remake, repoussé de 2023), 29/2, ciné DE)
All Of Us Strangers 2023 (romance LGBTQ fantômes ), 29/2, ciné IT)

TELEVISION INT+US
Halo 2024*** S2E05: Aleria (spaceop militariste, 29/2, PARAMOUNT + INT/FR)
Ghosts 2024*** S03E03: (sitcom fantôme, 29/2, CBS US)

BLU-RAY FR
Night Of The Comet 1984 (invasion zombies, br, 29/2, RIMINI FR)

BLU-RAY IT
Vanilla Sky 2001** (prospective, br+4K, 29/2, PLAION IT)

BLU-RAY DE
Diabolik 2: Ginko all'attacco! 2022** (supercriminel, br+dvd, 29/2, PLAION DE)
Pitch Black 2000*** (planet opera, monstre, 2br+4K, 29/2, TURBINE MEDIEN DE)
Netherworld 1992** (la main des ténèbres, sorcier, pastiche Lovecraft, br, 29/2, WICKED VISION DE)
Supergirl 1984** (superhéros, fantasy, 2br, 29/2, PLAION DE)
Andy Warhol's Dracula 1974** (parodie vampire, 2br+4K, 29/2, PLAION DE)
Marvel WandaVision 2021* (série télé, superwoke, 2br+2x4K, 29/2, DISNEY DE)

*

VENDREDI 1ER MARS 2024

CINE INT+ES
Spaceman 2024 (prospective woke, 1er/3, NETFLIX INT/FR)
Dream Scenario 2023* (fantast. Wokissime toxique, 1er/3, ciné ES)

CINEMA UK+US
Dune part 2 2024 (planetop, remake, repoussé de 2023), 1er/3, ciné UK+US)

BLU-RAY DE
The Marvels 2023* (superwokissime toxique, br+4K, 1er/3, DISNEY DE)

*

SAMEDI 2 ET DIMANCHE 3 MARS 2024

TELEVISION INT+US
The Walking Dead : The Ones Who Live 2024 S1E02: (zombies, 3/3, AMC US)

***

Sanctuary: A Witch's Tale, la série télévisée de 2024Feu rouge télévisionRécit toxique à ne regarder qu'avec prudence et esprit critique

Sanctuary: A Witch's Tale (2024)
Traduction : Sanctuaire, un conte de sorcières.

Toxique sexiste débilitant et anti-chrétien : les pouvoirs magiques sont présentés sans causes ni conséquences, réservés aux femmes donc sexiste, alors qu'il y a toujours des conséquences et des causes à tout pouvoir, par définition. L'héroïne propose à sa fille de la droguer, avec une "simple potion" pour la calmer. La société présentée positive dans la série est une matriarchie alors qu'au même titre qu'une patriarchie, il s'agit d'une dictature, cumulant en pratique et historiquement les pires vices, comme toutes les dictatures. Les sorcières boivent de l'alcool tout en lançant des sorts, et c'est présenté comme positif. Les gens qui prétendent se protéger de pouvoirs mystiques par des symboles religieux sont présentés comme fous tandis que les femmes qui prétendent utiliser des pouvoirs mystiques pour servir leur soif de pouvoir et autres buts égoïstes sont présentés comme raisonnables - et il n'y personne, ni femme ni homme pour réagir logiquement : la protection la plus élémentaire de la population implique un contre-pouvoir ou si les pouvoirs de sorcellerie étaient réels, effectivement l'élimination totale des sorciers dotés d'un pouvoir égoïste de vie et de mort et de contrôle mental sur le reste de la population (ce qui devrait vous rappeler quelque chose de l'actualité récente de notre époque). (Liste non exhaustive basée sur le seul premier épisode.)

Une saison de 8 épisodes de 45 minutes chaque.

Diffusé aux USA à partir du 4 janvier 2024 sur AMC+ US / SUNDANCE NOW US.

De Debbie Horsfield, d'après le roman Sanctuary: A Novel of Suspense, Witchcraft, and Small Town Secrets 2020 de V.V. James (productrice exécutive); avec Debra Hayward, Alison Owen, Alison Carpenter, Karen Richards, Guymon Casady.

(toxique woke, fantastique policier wokissime, sorcières, presse) Dans la petite ville anglaise de Sanctuaire, les sorcières vivent au grand jour depuis des siècles en tant que membres acceptés et sacrés de la communauté. Sarah Fenn est une sorcière sur laquelle les habitants de la ville comptent pour trouver des remèdes lorsque les autres méthodes ont échoué. Lorsque Dan Whithall, un adolescent local, capitaine de rugby et brute, est accidentellement poussé à la mort lors d'une fête, sa mère Abigail, par chagrin et par conviction, entame une chasse aux sorcières moderne contre Sarah, croyant que son fils est un saint et que la fille de Sarah, Harper, que Dan a trahie et maltraitée pour s'amuser, est la cause de la mort de son fils bien-aimé.

Sanctuary: A Witch's Tale, la série télévisée de 2024

Sanctuary: A Witch's Tale, la série télévisée de 2024

Sanctuary: A Witch's Tale, la série télévisée de 2024

Sanctuary: A Witch's Tale, la série télévisée de 2024

Sanctuary: A Witch's Tale, la série télévisée de 2024

Sanctuary: A Witch's Tale, la série télévisée de 2024

***

Ici la page du forum Philippe-Ebly.fr consacrée à cette série télévisée.

***

Lightyear, Buzz l'éclair, le film animé de 2022Feu rouge cinémaRécit toxique à ne regarder qu'avec prudence et esprit critique

Lightyear (2022)

Traduction du titre original : Année-lumière.
Titre « français » : Buzz l’éclair.

Sorti en France le 8 juin 2022,
Sorti aux USA et en Angleterre le 10 juin 2022.
Sorti en blu-ray 4K allemand le 26 août 2022,
Sorti en blu-ray 4K anglais le 29 août 2022,
Sorti en blu-ray 4K français pour le 31 octobre 2022.

De Angus MacLane (également scénariste), sur un scénario de Jason Headley et Matthew Aldrich, avec Chris Evans, Keke Palmer, Peter Sohn, Taika Waititi, Dale Soules, James Brolin, Uzo Aduba.

Pour adultes.

(planet opera prospective woke toxique) En 1995, un garçon nommé Andy reçu un jouet Buzz L’éclair pour son anniversaire. Il venait de son film favori. Ceci est le film en question.

L’Espace non cartographié, à 4,2 million d’années-lumière de distance de la Terre. Une fusée fonce, de son point de vue à travers un tunnel zébré d’étoiles. Ceci est le vaisseau d’exploration SC-01 du Commandement Stellaire. 1200 membres d’équipage.

Sur la passerelle de pilotage déserte baignée de la lumière des étoiles filantes, un écran vidéo s’illumine d’un graphique jaune représentant une sphère avec un point d’interrogation superposé, immédiatement remplacé par le portrait d’un astronaute bien gras.

Dans une soute remplie de sarcophages illuminés de bleu avec de la buée flottant au ras du sol, une dalle de lumière s’illumine au-dessus de l’un des sarcophages sur lequel le nom de Lightyear (Année-lumière) est écrit. Derrière la vitre embuée et dégoulinante comme dans un sauna, on distingue à peine le visage gras de l’écran vidéo précédent. Divers diodes clignotent, puis le couvercle s’ouvre, et l’astronaute en sort, apparemment sans hésitation ni aucune faiblesse.

Sans même être passé pisser dans les toilettes, déjà revêtu d’un bleu de travail, il entre sur la passerelle de pilotage et va droit à l’écran vidéo allumé, appuie sur un gros bouton vert. La fusée s’arrête pile dans l’espace intersidéral : des senseurs ont détecté des formes de vie potentielle sur une planète non cartographiée, alors ils font un détour pour enquêter : les Rangeurs de l’Espace (il parle de lui au pluriel ?) feront un premier rapport puis décideront si cela vaut la peine de sortir une équipe scientifique de leur hypersommeil, et tandis que des automates prélèveront des échantillons de sols (le commandement Stellaire a l’intention de transformer le continent forestier en mine à ciel ouvert…), Lightyear se familiarisera (absolument tout seul, ce qui nous fait en Survie un Zéro Pointé) avec les étrangetés de cette planète..

Direct, la fusée descend dans l’atmosphère, sans que Lightyear ait prévenu personne ni même fait l’effort de cartographier la planète inconnu ou encore d’y envoyer des sondes, car il est bien connu que ce que vos senseurs détectent à distance est toujours conforme à la réalité tangible — quelqu’un n’a jamais regardé Star Trek, Cosmos 1999 et n’a jamais lu de Science-fiction ou même entendu parlé de la notion de camouflage militaire ou de simulacre. Et quelqu’un n’a jamais vu Alien 1978 tout en en ayant pompé la séquence d’ouverture.

Sans regarder où il met les pieds, Lightyear fait son rapport à son avant-bras, heureusement toujours vêtu de sa combinaison environnemental, puis du haut d’un promontoire, fait confiance à ses seuls yeux pour, euh, évaluer les troncs bulbeux aux reflets et feuillages pourpres (la couleur de la bisexualité selon Disney, cf. Loki). Lightyear n’a pas un champ de vision très large, il ne voit que vaguement devant lui, ni en haut, ni en bas, ni complètement à droite ou à gauche — mais cela semble lui suffir. Il saute du (petit) promontoire), puis reprend son rapport à son avant-bras : il trouve le terrain un peu instable, et pour souligner sa remarque, il saute deux fois lourdement sur place, sans doute pour vérifier si la terre ne s’ouvre pas sous lui pour l’engloutir ou s’il n’est pas en train d’arpenter des sables mouvements ou un bain d’acide dont la surface imiterait un sol ferme, ou encore un terrain qui exploserait en cas de choc car constitué de substances chimiques instables, ou dégageant un gaz hautement inflammable comme des vapeurs d’essence tandis que le sol serait garni de silex ou de débris produisant des étincelles lorsqu’ils sont précipités l’un contre l’autre. Ce qui nous fait en Géologie un Zéro pointé.

Selon son bracelet, l’air serait respirable. Je soulignerais rien qu’au son que la vie grouille autour de Lightyear, ce qui impliquerait que l’environnement est hautement contaminé, la surface du sol d’une forêt étant habituellement constituée d’excréments d’animaux et de végétaux en décomposition, donc de pourriture, champignon etc. Ce qui nous fait en Biologie un Zéro pointé.

Selon Lightyear, il n’y aurait aucun signe de vie intelligente nulle part. Gag, l’une de ses collègues qui l’a rattrapé sans le prévenir qu’elle sortait de la fusée, lui demande à qui Lightyear parle : c’est bien entendu une femme noire qui essaie de faire croire qu’elle est plus intelligente que tout le monde, alors qu’elle aurait facilement pu être confondue avec un prédateur et se faire descendre avant d’avoir pu crier « coucou Ducon ». Imaginez seulement la même débarquant sur une planète déjà colonisée par les monstres du premier film Alien. Et bien entendu, Lightyear fait le petit enfant et prétend qu’il ne parle à personne.

Tenir un journal de bord et faire des rapports sont deux obligations des explorateurs de tous les temps, juste histoire que quelqu’un puisse être un peu plus avancé quand on retrouvera leurs combinaisons vides et dégorgeant d’entrailles et de sang. Toujours est-il que la jeune femme noire qui sait tout mieux les (hommes) blancs insiste : « tu sais bien que personne n’écoute ce genre de rapport ». Quoi, ils n’ont pas dans le futur une intelligence artificielle pour tout traduire à l’écrit et poster sur le réseau social de l’équipage. Et de toute manière, si c’est un journal intime, tout le monde s’en fiche que personne d’autre que son propriétaire ne l’écoute.

Naïvement, Lightyear explique que tenir un journal l’aide à se concentrer et rester précis (ce qui est vrai, et ça évite de gros soucis quand on se retrouve à perdre la mémoire suite à une mauvaise chute, une agression virale, un empoisonnement quand on fait la fête, une attaque psionique ou un lavage de cerveau si facile à pratiquer ou une panne de neurone qui arrive vite quand on se retrouve en léthargie pendant une longue période. Mais au lieu de l’écouter, la collègue fait mine de l’ignorer tout en multipliant les remarques blessantes, et oui, c’est du harcèlement et dans la réalité, elle serait la première à être éjectée dans l’espace intersidérale pendant son hyper-sommeil suite à une panne malencontreuse car même l’intelligence artificielle de bord ne supporterait pas pareil traitement, et nous savons depuis 2001 l’Odyssée de l’Espace à quel point ces équipements peuvent être susceptibles.

Bref, Lightyear semble incapable de grimper sans l’aide de la frêle astronaute noire un tout petit versant forestier, et ils continuent d’avancer sans jamais regarder où ils mettent les pieds ni ce qui peut se trouver sur le côté, ou en l’air, ou s’ils ne sont pas suivis. Je ne sais pas ce qu’ils appellent une vie intelligente, mais si elle essayait de leur faire signe, ils ne le verraient pas, pas plus qu’ils ne verraient arriver sur la Terre un ours ou un grand mamba noir.

Tout en continuant à parler de choses absolument sans aucun intérêt, ils allument leurs machettes laser et commence à tailler les lianes des arbres sans aucun état d’âme alors que sur Pandora, ils se seraient déjà fait massacrer pour un tel crime, les lianes et les arbres étant justement la forme d’intelligence supérieure planétaire.

Et en parlant du loup, de grosses lianes-tentacules griffues sortent du sol derrière eux pour attraper leur vaisseau spatial par ses trains d’atterrissage. Bien sûr, personne ne monte l’alarme, il n’y a pas d’alerte sismique ou même de tangage à bord, vous pouvez lâcher les graboïdes, aucun ranger de l’Espace ne survivra étant donné que leur intelligence et leur imagination sont largement inférieur à celles des habitants de Perfection.

Consigne numéro un de Lightyear au Ranger grand débutant : qu’il respecte la combinaison de Lightyear. Pas lui, pas ses collègues, la combinaison environnementale. et de ne pas parler sans autorisation – c’est pour le gag suivant : pendant ce temps, la collègue noire harceleuse est en train de filmer Lightyear sans son autorisation.

Très bien, Lightyear n’a qu’à faire la même chose quand elle prend sa douche. Et comme Lightyear réalise laborieusement qu’elle se moque encore une fois d’elle (qu’il fasse la même chose pour voir), gag ! le ranger débutant se fait attraper par les tentacules, mais n’essaie absolument pas de se dégager lui-même : il veut d’abord prévenir Lightyear — pas la collègue noire qui l’a fait venir — et qui par-dessus le marché les filme et qui devrait déjà être au courant, mais elle qui n’avertit personne, ou doit être complètement bigleuse.

Bref, en voulant échapper aux tentacules, Lighyear crashe le vaisseau (et un vaisseau crashé de plus) et bien sûr personne d’autre que lui ne pouvait piloter, même pas la donneuse de leçon noire qui sait tout mieux que personne sauf prévenir les gens quand ils se font attaquer. Et bien sûr, c’est encore elle qui explique à Lightyear comment on répare un vaisseau spatial, parce qu’il sait construire de zéro un moteur hyperspatial, mais ne sait pas le réparer ; et toujours aucun système de détection des tentacules souterraines avant qu’elles attaquent. Et jamais entendu parlé d’un défoliant, pourtant une spécialité américaine achetée à Monsanto qui tue encore aujourd’hui adultes et petits enfants au Vietnam.

Et de me demander qui sont les gros c.nnards qui ont promis une aventure de Buzz L’éclair dans l’espace intersidéral en commençant par un crash qui l’immobilisera pour le restant du film sur une seule planète, avant de l’immobiliser à bord d’un vaisseau spatial expérimental où il n’interagira qu’avec un chat robot et une lesbienne noire donneuse de leçon, qui pour cumuler suffisamment de minorité devrait aussi avoir un handicap et être islamiste.

Et comme Buzz se retrouve seul à bord de son vaisseau expérimental, le voilà harcelé par le chat robot donneur de leçon chargé de l’aider à « transitionner émotionnellement » et qui ne fait que le distraire de sa mission en lui proposant des jeux, débattre de ses cauchemars et bien sûr discuter de sa mission de chat robot, qui est tellement plus importante que la mission de Lightyear etc.

Lightyear, Buzz l'éclair, le film animé de 2022

Lightyear, Buzz l'éclair, le film animé de 2022

Lightyear, Buzz l'éclair, le film animé de 2022

Lightyear, Buzz l'éclair, le film animé de 2022

Lightyear, Buzz l'éclair, le film animé de 2022

Lightyear, Buzz l'éclair, le film animé de 2022

***

Ici la page du forum Philippe-Ebly.fr consacrée à ce film animé.

***

Les Daleks envahissent la Terre, le film de 1966Feu orange cinéma

Daleks' Invasion Earth 2150 A.D. (1966)
Traduction du titre original : L’invasion des Daleks de la Terre 2150 après J.C.

Sorti en Angleterre le 5 août 1966,
Sorti en France le 20 octobre 1967.
Sorti en blu-ray américain le 8 septembre 2020,
Sorti en blu-ray 4K anglais le 18 juillet 2022,
Sorti en blu-ray français le 20 juillet 2022, allemand le 21 juillet 2022.

De Gordon Flemyng, sur un scénario de Milton Subotsky (également producteur), d’après le serial Doctor Who: The Dalek Invasion of Earth 1964 de Terry Nation, avec Peter Cushing, Bernard Cribbins, Ray Brooks, Jill Curzon, Roberta Tovey, Andrew Keir.

Pour adultes.

La toccata et fugue en Ré mineur au piano. Un bonhomme attend la nuit dans sa voiture anglaise avec le volant à droite pour rouler à gauche. Ayant l’air de s’emm.rder autant que nous, il sort une cigarette qu’il coince entre ses lèvres. Il se retourne pour observer ce qui ressemble à un policier en train d’essayer la pognée d’une porte à chapiteau du trottoir d’en face, apparemment une agence immobilière. Puis comme le policier n’a pas réussi à y entrer, il passe à la boutique suivante, une agence de voyage, s’arrête pour lécher la vitrine, tandis que le bonhomme dans sa voiture se baisse précipitamment pour ne pas être vu. Le policier lui aussi s’ennuie ferme et s’arrête devant chaque photo d’horizon lointain avant de garder fixement la jolie vahiné qui sourit, et se sentant bien seul s’immobilise bien collé à la vitrine. Le bonhomme du début se relève, puis sort précipitamment de sa voiture : peut-être se sent-il bien seul lui aussi ?

Le bonhomme commence par matraquer le policier. Puis la bijouterie à deux pas explose et les sonnettes d’alarme retentissent. Deux cambrioleurs sortent et grimpent dans la voiture du bonhomme du début. Le policier, qui aurait pu repérer le guetteur dès son arrivée, se relève et sort son smartphone son sifflet, et siffle. Puis court après la voiture qui a démarré en trombe ; il ne tient pas longtemps, mais, quelle chance ! il aperçoit une cabine téléphonique de la police adossée à une façade dans la rue voisine.

Et comme notre bon docteur ne ferme jamais sa porte à clé, le policier se retrouve à l’intérieur du TARDIS, tancé du regard par un vieux en tweed, et faisant se retourner les deux jeunes filles mineures que le vieux a enlevé pour les impressionner tandis qu’apeurées par le danger elles ne sauront pas lui refuser la partie de Tric-Trac de l’enfer qu’il compte leur réserver.

Le policier tourne de l’œil et s’écroule à l’intérieur du TARDIS: il n’avait vraiment pas vu de jeunes filles depuis très longtemps. Le bon Docteur — mais qui, déjà ? — déclare que le policier a dû ouvrir la porte au moment même où il la démagnétisait. La plus âgée des jeunes filles palpe le policier et découvre une terrible bosse, qui selon le Docteur, guérira facilement une fois les ardeurs du policier refroidies par un peu d’air frais. Puis le docteur décide de voir ce qui se passe dehors, mais au lieu de sortir, il tourne une molette sous un écran de télévision en carton et buvard, et apparemment, il a placé une caméra pile en face de la bijouterie qui a explosé. Il éteint le prétendu tube cathodique en tournant la molette de l’autre côté, et déclare que le policier devra finalement partir avec eux soigner sa bosse.

Dehors, un bon samaritain veut avertir la police en entrant à son tour dans la cabine téléphonique du Docteur, mais il distrait par un passant qui lui demandait ce qui se passait : un autre vol par effraction. Quand le bon samaritain se retourne, la cabine téléphonique a disparu.

Le policier revient à lui dans l’espèce de laboratoire où les deux jeunes filles le regardent toujours comme une bête curieuse. Réalisant qu’il devait faire arrêter des cambrioleurs, il demande à téléphoner, mais le docteur lui demande de dire son nom. Le policier se présente comme Tom Campbell, Constable spécial de la Division K. Et le docteur de lui demander la date du jour. D’abord étonné, Campbell croit que le docteur veut s’avoir s’il a toute sa tête et répond le 31 mars. Et s’il pouvait utiliser leur téléphone à présent… La plus jeune fille, qui appelle le Docteur « grand-père », prévient qu’ils sont arrivés. Le docteur déclare alors que Campbell ne peut pas utiliser leur téléphone, car il n’en a pas (NDT : menteur). Et même s’ils en avaient un, téléphoner ne lui ferait rien de bon (NDT : menteur deux fois). Pas en 2150 après Jésus Christ.

Puis le Docteur fait les présentation : il est docteur Qui, la grande brune c’est sa nièce Louise, et la plus jeune blonde, c’est sa petite-fille Susan. Et le laboratoire, c’est sa machine à (explorer le) Temps et (l’) Espace, TARDIS. Elle est capable de les transporter à n’importe quelle époque de n’importe quelle planète dans n’importe quel univers.

Ragaillardi, Campbell essaie de raisonner le docteur : ils semblent ne pas se rendre compte de la gravité criminelle de la situation, et il devrait les dénoncer pour cela. Et répétant « En l’an 2150… » il sort de la cabine pour se retrouver parmi les décombres de la rue du Londres du futur, suivi du Docteur qui met une écharpe bleu (sans doute un dispositif anti-radiation et pollution biochimique), tandis que les deux jeunes filles sortent comme si de rien n’était, mais avec leur veste quand même. Susan a cependant gardé sa mini-jupe, tellement plus pratique pour escalader les décombres encore fumants. Susan se demande pourquoi la ville est déserte – pas de machines, pas de voix, tandis que le bon Docteur emmène Louise « faire des recherches » dans un endroit plus discret : car se séparer et laisser les petites filles en arrière est l’une des premières règles d’exploration spatio-temporel du Docteur Qui, la seconde règle étant d’inspirer à pleins poumons pour vérifier si l’air dehors est hautement toxique ou seulement un peu.

Les Daleks envahissent la Terre, le film de 1966Les Daleks envahissent la Terre, le film de 1966Les Daleks envahissent la Terre, le film de 1966Les Daleks envahissent la Terre, le film de 1966Les Daleks envahissent la Terre, le film de 1966

***

Ici la page du forum Philippe-Ebly.fr consacrée à ce film.

***