Une porte sur l'été, le roman de 1956Feu vert livre / BD

The Door Into Summer (1956)

Publié pour la première fois en feuilleton d’octobre à décembre 1956 aux USA dans le magazine The Magazine of Fantasy & Science Fiction ;
Publié aux USA en roman relié en 1957 chez Doubleday,
Traduit en français par Régine Vivier en décembre 1958 pour le magazine Fiction n° 61 à 63 chez OPTA FR.
Réédité en poche au 4e trimestre 1973 chez J'ai Lu, réédité 1978, réédité en décembre 1987, réédité le 20 mai 1996.
Réimprimé le 19 mai 2010 au Livre de poche.

De Robert A. Heinlein.

(presse) 1970. Daniel Boone Davis, un ingénieur et inventeur, bien engagé dans une longue beuverie. Il a perdu sa société, Hired Girl, Inc. aux mains de son associé Miles Gentry et de la comptable de la société, Belle Darkin. Elle était la fiancée de Dan et l'a trompé en lui donnant suffisamment d'actions avec droit de vote pour qu'elle et Miles puissent en prendre le contrôle.

Le seul ami de Dan au monde est son chat, "Pete" (abréviation de Petronius the Arbiter), un matou fougueux qui déteste sortir dans la neige. Hired Girl, Inc. fabrique des aspirateurs robots, mais Dan était en train de développer une nouvelle gamme de robots ménagers polyvalents, Flexible Frank, lorsque Miles annonce son intention de vendre la société (et Flexible Frank) à Mannix Enterprises, dont Miles deviendrait le vice-président. Souhaitant rester indépendant, Dan s'oppose à la prise de contrôle, mais il est mis en minorité, puis licencié en tant qu'ingénieur en chef. Se retrouvant avec une grosse somme d'argent et le reste de ses actions Hired Girl, il choisit d'entrer en "sommeil froid" (animation suspendue), espérant se réveiller trente ans plus tard pour un avenir meilleur.

*

Une porte sur l'été, le roman de 1956

Le texte original de Robert Heinlein de 1957

THE DOOR INTO SUMMER

CHAPTER 1


One winter shortly before the Six Weeks War my tomcat, Petronius the Arbiter, and I lived in an old farmhouse in Connecticut. I doubt if it is there any longer, as it was near the edge of the blast area of the Manhattan near miss, and those old frame buildings burn like tissue paper. Even if it is still standing it would not be a desirable rental because of the fall-out, but we liked it then, Pete and I. The lack of plumbing made the rent low and what had been the dining room had a good north light for my drafting board.

The drawback was that the place had eleven doors to the outside. Twelve, if you counted Pete's door. I always tried to arrange a door of his own for Pete — in this case a board fitted into a window in an unused bedroom and in which I had cut a cat strainer just wide enough for Pete's whiskers. I have spent too much of my life opening doors for cats. I once calculated that, since the dawn of civilization, nine hundred and seventy-eight man-centuries have been used up that way. I could show you figures.

Pete usually used his own door except when he could bully me into opening a people door for him, which he preferred. But he would not use his door when there was snow on the ground.

While still a kitten, all fluff and buzzes, Pete had worked out a simple philosophy. I was in charge of quarters, rations, and weather; he was in charge of everything else. But he held me especially responsible for weather. Connecticut winters are good only for Christmas cards; regularly that winter Pete would check his own door, refuse to go out it because of that unpleasant white stuff beyond it (he was no fool), then badger me to open a people door.

He had a fixed conviction that at least one of them must lead into summer weather. Each time this meant that I had to go around with him to each of eleven doors, held it open while he satisfied himself that it was winter out that way, too, then go on to the next door, while his criticisms of my mismanagement grew more bitter with each disappointment.

Then he would stay indoors until hydraulic pressure utterly forced him outside. When he returned the ice in his pads would sound like little clogs on the wooden floor and he would glare at me and refuse to purr until he had chewed it all out. . . whereupon he would forgive me until the next time. But he never gave up his search for the Door into Summer.

On 3 December, 1970, 1 was looking for it too.

[...] I poured ginger ale into the saucer and tapped on the top of the overnight bag. "Soup's on, Peter."

It was unzipped; I never zipped it with him inside. He spread It with his paws, poked his head out, looked around quickly, then levitated his forequarters and placed his front feet on the edge of the table. I raised my glass and we looked at each other. "Here's to the female race, Pete — find `em and forget `em!"

He nodded; it matched his own philosophy perfectly. He bent his head daintily and started lapping up ginger ale. "If you can, that is," I added, and took a deep swig. Pete did not answer. Forgetting a female was no effort to him; he was the natural-born bachelor type.

Facing me through the window of the bar was a sign that kept changing. First it would read: WORK WHILE YOU SLEEP. Then it would say: AND DREAM YOUR TROUBLES AWAY. Then it would flash in letters twice as big: MUTUAL ASSURANCE COMPANY

*

Traduction au plus proche :

UNE PORTE SUR L’ETE

CHAPITRE 1


Un hiver, peu avant la guerre des Six Semaines, mon matou, Petronius l'Arbitre, et moi vivions dans une vieille ferme du Connecticut. Je doute qu'elle existe encore, car elle se trouvait à la limite de la zone d'explosion de Manhattan, et ces vieilles bâtisses brûlent comme du papier de soie. Même si elle était encore debout, ce ne serait pas une location souhaitable à cause des retombées, mais nous l'aimions bien à l'époque, Pete et moi. L'absence de plomberie faisait que le loyer était bas et ce qui avait été la salle à manger avait une bonne lumière du nord pour mon tableau à dessin.

L'inconvénient, c'est que l'endroit avait onze portes donnant sur l'extérieur. Douze, si on compte la porte de Pete. J'ai toujours essayé d'arranger une porte pour Pete — dans ce cas, une planche qui s'insérait dans la fenêtre d'une chambre inutilisée et dans laquelle j'avais découpé une chatière juste assez large pour les moustaches de Pete. J'ai passé trop de temps dans ma vie à ouvrir des portes pour les chats. J'ai calculé une fois que, depuis l'aube de la civilisation, neuf cent soixante-dix-huit siècles de temps humain ont été utilisés de cette façon. Je pourrais vous montrer des chiffres.

Pete utilisait généralement sa propre porte, sauf lorsqu'il pouvait m'intimider pour que j'ouvre la porte des gens pour lui, ce qu'il préférait. Mais il n'utilisait pas sa porte quand il y avait de la neige sur le sol.

Alors qu'il était encore un chaton, tout en duvet et en ronronnements, Pete avait mis au point une philosophie simple. Je m'occupais des lieux, des rations et de la météo ; il s'occupait de tout le reste. Mais il me tenait particulièrement responsable de la météo. Les hivers du Connecticut ne sont bons que pour les cartes de Noël ; régulièrement cet hiver-là, Pete vérifiait sa propre porte, refusait d'en sortir à cause de cette désagréable substance blanche qui se trouvait derrière (il n'était pas idiot), puis me harcelait pour que j'ouvre une porte pour être humain.

Il était fermement convaincu qu'au moins l'une d'entre elles devait donner sur le climat estival. Chaque fois, cela signifiait que je devais faire le tour avec lui de chacune des onze portes, les tenir ouvertes pendant qu'il s'assurait que c'était bien l'hiver de ce côté-là aussi, puis passer à la porte suivante, tandis que ses critiques sur ma mauvaise gestion devenaient plus amères à chaque déception.

Puis il restait à l'intérieur jusqu'à ce que la pression hydraulique l'oblige à sortir. Lorsqu'il revenait, la glace dans ses coussinets sonnait comme des petits sabots sur le plancher en bois et il me regardait fixement et refusait de ronronner jusqu'à ce qu'il ait tout léché. Après quoi, il me pardonnait jusqu'à la prochaine fois. Mais il n'a jamais abandonné sa quête de la Porte de l'Eté.

Le 3 décembre 1970, je la cherchais aussi.

[...] je versai du ginger ale dans la soucoupe et tapai sur le haut du sac de voyage. La soupe est prête, Peter.

Le sac était dézippé ; je ne l'ai jamais zippé avec lui à l'intérieur. Il l'a ouvert avec ses pattes, a sorti sa tête, a regardé rapidement autour de lui, puis a fait léviter son arrière-train et a posé ses pattes avant sur le bord de la table. J'ai levé mon verre et nous nous sommes regardés. À l’espèce féminine, Pete — trouve-les et oublie-les !

Il hocha la tête ; cela correspondait parfaitement à sa propre philosophie. Il pencha la tête et se mit à siroter du ginger ale. Si tu le peux, bien sûr, ajoutai-je en prenant une grande gorgée. Pete n'a pas répondu. Oublier une femme n'était pas un effort pour lui ; il était le type-même du célibataire-né.

Face à moi, par la fenêtre du bar, il y avait un néon qui changeait constamment. D'abord on pouvait lire : TRAVAILLEZ PENDANT QUE VOUS DORMEZ. Ensuite il disait : ET OUBLIEZ VOS PROBLÈMES EN RÊVANT. Enfin il clignotait en lettres deux fois plus grandes : COMPAGNIE D'ASSURANCE MUTUELLE.

*

Une porte sur l'été, le roman de 1956Une porte sur l'été, le roman de 1956Une porte sur l'été, le roman de 1956Une porte sur l'été, le roman de 1956Une porte sur l'été, le roman de 1956

La traduction de Régine VIVIER de 1959 pour Fiction / Opta / J’ai Lu / Le Livre de Poche

UNE PORTE SUR L’ETE
Chapitre 1


Par un des hivers qui précéda de peu la guerre de Six Semaines, j’habitais avec mon chat de gouttière, Petronius le Sage, une vieille ferme dans le Connecticut. Je doute qu’elle s’y trouve encore ; elle était située en bordure de la zone qui fut soufflée, et Manhattan n’échappa à la destruction que de justesse. Ces vieilles baraques flambent comme du papier de soie. Serait-elle encore debout, elle ne constituerait plus qu’un logis peu attirant, en raison du voisinage actuel. Pourtant, à l’époque, nous l’aimions bien, Pete et moi. Le manque total de confort nous permettait de bénéficier d’un loyer modeste. Ce qui avait été une salle à manger donnait au nord ; je jouissais donc d’un éclairage adéquat lorsque je travaillais sur ma planche à dessin.

Toute médaille a son revers. Cette maison avait un défaut : ses onze portes de sortie. Douze, en comptant la chatière de Pete.

J’ai toujours essayé, partout, d’aménager une chatière pour Pete : en l’occurrence, une planche remplaçant la fenêtre d’une chambre à coucher inoccupée avait été percée d’un orifice de la largeur de ses moustaches. De trop nombreuses heures de ma vie ont été passées à ouvrir des portes aux chats. Depuis l’aube de la civilisation, 978 siècles de temps humain ont au total été employés à ce geste ; j’en ai fait le compte, les chiffres sont là pour vous le prouver.

Donc, habituellement, Pete utilisait sa chatière, sauf s’il parvenait à m’obliger à lui ouvrir une porte, ce qui le comblait d’aise. Mais il refusait d’employer la chatière par temps de neige.

Durant son enfance de chaton, alors qu’il n’était encore qu’une boule duveteuse et bondissante, Pete s’était élaboré une philosophie toute personnelle : j’avais la charge du logis, de la nourriture et de la météorologie. Lui était chargé du reste. Il me rendait tout particulièrement responsable du temps qu’il faisait. Les hivers du Connecticut ne sont jolis que sur les cartes de Noël. Cet hiver-là, très régulièrement, Pete allait jeter un coup d’œil à sa chatière, et, se refusant à emprunter ce chemin recouvert d’une déplaisante matière blanche – il n’était pas fou – venait me tanner jusqu’à ce que je lui ouvre une porte.

Il avait la conviction inébranlable que l’une d’elles, au moins, devait s’ouvrir en plein soleil – s’ouvrir sur l’été. Il me fallait donc, chaque fois, faire le tour des onze portes en sa compagnie, les lui ouvrir l’une après l’autre, et lui faire constater que l’hiver sévissait également, tandis que ses critiques sur mon organisation défectueuse s’élevaient crescendo à chaque déception.

Il s’obstinait ensuite à ne pas sortir tant qu’il n’y était pas absolument forcé par ses propres contingences internes.

Lorsqu’il rentrait, la glace collée à ses petites pattes silencieuses faisait un bruit de claquettes sur le plancher. braquait sur moi un regard foudroyant et refusait de ronronner jusqu’à ce que tout fût léché, séché.
Alors seulement, il me pardonnait… jusqu’à la sortie suivante.

Mais il n’abandonna jamais sa recherche de la porte ouvrant sur l’été.

***

Ici la page du forum Philippe-Ebly.fr consacrée à ce roman.

***

Une porte sur l'été, le film de 2021Feu orange cinéma

The Door Into Summer (2021)
Titre original : Natsu e no Tobira: Kimi no Iru Mirai e / 夏への扉 キミのいる未来へ
Traduction du titre japonais en français : La porte de l'été : vers l'avenir avec vous.
Traduction du titre anglais en français : La porte qui donne sur l’été.
Titre français : Une porte sur l'été.

Sorti au Japon le 19 février 2021.
Sorti en blu-ray japonais HAPPYNET JP le 3 décembre 2021.
Diffusé à l’international à partir du 28 décembre 2021 sur Netflix FR.

De Takahiro Miki, d’après le roman de 1956 de Robert Heinlein ; avec Kento Yamazaki, Kaya Kiyohara, Naohito Fujiki.

Pour adultes et adolescents.

(romance robotique) Le passé, comme le futur, est indéfini et n’existe qu’en tant que continuum de possibilité. Stephen « je me suis trompé, les trous noirs ça n’existe pas » W. Hawking.

Une plage et son ressac. Une jeune fille marche dans l’écume. Un jeune homme commente qu’il semble que son destin soit de perdre les gens qu’il l’aime (qu’il se rassure, cela arrive à tout le monde) : tout a commencé en 1968. Sur un tube cathodique noir et blanc s’affiche au journal télévisé le portrait d’un suspect : c’était l’année où le cambrioleur de 300 millions de Yen avait été arrêté. La mère du jeune homme mourut peu de temps après lui avoir donné naissance. 17 ans plus tard, son père la rejoignit.

Des incidents insignifiants pour le reste de la société : tout le monde avait les yeux fixés sur le futur, comme le jour de la retransmission télévisée du décollage de la navette spatiale américaine (ou celui de l’explosion en plein vol de Challenger). Un autre exemple était ce reportage sur l’expérience de téléportation réussie au Laboratoire Toi de l’université de Teito par le professeur Koichi. C’était comme si le jeune homme était naufragé, seul, sur le flot du temps. Malgré tout, il ne se sentait jamais seul : juste après le décès de son père, il a rencontré Pete, un chaton abandonné dans une boite. Très vite, Pete et lui eurent une nouvelle famille : Koichi, un bon ami et collègue d’université de son père, l’adopta. La fillette de Koichi, Riko, amait Pete comme un petit frère.

Puis s’ouvre l’ère Hensei (c’est-à-dire un nouvel empereur au Japon) et la chute du mur de Berlin. Pendant les années qui suivirent, le jeune homme étudia l’électronique, ainsi que l’ingénierie mécanique à l’université sous la direction du professeur Koichi dans le laboratoire à domicile de ce dernier. Il était heureux, et il oublia vite le destin. Mais le destin n’avait pas oublié le jeune homme. « Un flash info : un avion de la World Airlines s’est écrasé ce matin ». à bord se trouvait les parents adoptifs du jeune homme. Riko, à l’école secondaire, partit vivre avec son oncle Kazuto, et jusqu’à aujourd’hui, en 1995, à nouveau il est seul avec Pete, cela fait presque trois ans déjà.

A l’écran carré de la télé couleur, une publicité pour l’Assurance Vie Credeus, la promesse d’un futur heureux — dans un sarcophage cryogénique. Mercredi 1er mars 1995, le jeune homme arpente le laboratoire d’électronique de Koichi, son père adoptif disparu. Après avoir consulté des données imprimées, il bricole le bras de son futur robot androïde. Il est distrait une seconde par le reportage sur le laboratoire de Futur Work Enterprise, qui travaille sur le prochain robot domestique dont tout le monde parle, doté d’une intelligence artificielle généraliste : le robot continue à apprendre et mûrir tel un être humain et peut obéir à toutes sortes d’ordres. Ce robot a été inventé par Soichiro Takakura. A ces mots, le jeune homme très surpris et son prototype tournent leurs têtes en direction de la télévision couleur, qui justement affiche une photo du roboticien qui a 27 ans a rejoint le laboratoire de Futur Work Enterprise une fois diplômé de l’université…

Une porte sur l'été, le film de 2021

Une porte sur l'été, le film de 2021

Une porte sur l'été, le film de 2021

Une porte sur l'été, le film de 2021

***

Ici la page du forum Philippe-Ebly.fr consacrée à ce film.

***

Deo Mun, The Moon, le film de 2023Feu rouge cinéma

The Moon (2023)
더 문; Deo Mun (la Lune)

Ne pas confondre avec Moon 2009.

Sorti en Corée du Sud le 2 août 2023.
Sorti aux USA le 18 août 2023 (limité).
Sorti en blu-ray+4K allemand CAPELIGHT DE le 18 janvier 2024.
Sorti en blu-ray américain WELL GO US le 27 février 2024.
Sorti en blu-ray français PROGRAM STORE FR le 17 avril 2024.
Annoncé en blu-ray+4K anglais ALTITUDE UK le 24 juin 2024.

De Kim Yong-hwa (également scénariste et producteur), avec Sol Kyung-gu, Doh Kyung-soo, Kim Hee-ae.

Pour adultes.

(catastrophe spatiale, prospective) Une voix d’homme grésille à la radio tandis qu’une fusée monte dans un ciel bleu sombre : « Code d’erreur CSM error 2501… RCS 3309, demande un test FDO... »

Cinq ans auparavant, la première fusée d’exploration lunaire coréenne était lancée — Narae-ho. Elle explosa en plein vol, entraînant la perte tragique de trois incroyables astronautes.

Ce fut un grand choc pour les coréens. Mais il est certain que le choc ne fut pas aussi grand pour les Etats-Unis : à cause des conflits entre nations, la Corée (du Sud) fut écartée du comité spatial international, au prétexte de l’échec de la mission lunaire.

Voilà pourquoi la Corée prit la décision de lancer une seconde mission, la Lune pouvant être considée comme l’équivalent de l’Antarctique sur Terre : elle contient de vastes réserves souterraines d’Hélium-3 qui pourrait servir de source d’énergie pour l’Humanité, des milliers d’années durant.

Et alors que la fusée arrive en orbite de la Lune, une éruption solaire endommage l’antenne radio et coupe toute communication vers la Terre et les trois astronautes à bord tente de réparer tandis que sur la Terre, la Corée est à nouveau plongée dans le désarroi.

Alors que le commandant (Lee) de la mission avec son lieutenant (Cho) d’équipage inspectent l’extérieur de la capsule, un panneau solaire endommagé fait des étincelles ; l’un d’eux, le lieutenant Cho ouvre un panneau et découvre une fuite de carburant. Le carburant prend feu, et Cho est projeté au bout de son cordon, rebondissant sur le panneau solaire et le module, et meurt.

Le commandant Lee est lui blessé grièvement. Il parvient au sas alors qu’il ne lui reste que très peu d’oxygène et que sa combinaison est trouée, mais le troisième membre resté à bord, Sun-Woo, n’arrive pas à ouvrir le sas. Le commandant agonisant s’oppose à ce que Sun-Woo sorte, et se laisse partir à la dérive.

Deo Mun, The Moon, le film de 2023

Deo Mun, The Moon, le film de 2023

***

Ici la page du forum Philippe-Ebly.fr consacrée à ce film.

***

The Green Hornet, le serial de 1940Feu vert télévision

The Green Hornet (1940)
Traduction du titre : le frelon vert.

> Premier épisode.

Sorti au cinéma à partir du 9 janvier 1940 (un épisode par semaine).
Sorti en coffret 2 blu-rays américain VCI US le 25 avril 2023.

De Ford Beebe et Ray Taylor sur un scénario de Fran Striker, George H. Plympton, Basil Dickey, Morrison Wood, Lyonel Margolies, d’après le feuilleton radiophonique de 1936 de Fran Striker et George W. Trendle ; avec Gordon Jones, Wade Boteler, Keye Luke, Anne Nagel.

Pour adultes et adolescents

(mystère, justicier, superhéros, techno-thriller) Neveu du Lone Ranger, Britt Reid, le nouveau rédacteur en chef du journal La Sentinelle se lance dans la lutte contre le crime organisé sous le masque du Frelon Vert, assisté de Kato, son valet et inventeur coréen.

The Green Hornet, le serial de 1940

The Green Hornet, le serial de 1940

The Green Hornet, le serial de 1940

The Green Hornet, le serial de 1940

The Green Hornet, le serial de 1940

The Green Hornet, le serial de 1940

***

La saison 1 de 1940 (13 épisodes)

The Green Hornet S01E01: The Tunnel of Terror (Le tunnel de la terreur)
The Green Hornet S01E02: The Thundering Terror (la terreur tonitruante)
The Green Hornet S01E03: Flying Coffins (les cercueils volants)
The Green Hornet S01E04: Pillar of Flame (le pilier de feu)
The Green Hornet S01E05: The Time Bomb (la bombe à retardement)
The Green Hornet S01E06: Highways of Peril (les autoroutes du péril)
The Green Hornet S01E07: Bridge of Disaster (le pont du désastre)
The Green Hornet S01E08: Dead or alive (mort ou vif)
The Green Hornet S01E09: The Hornet Trapped (le frelon pris au piège)
The Green Hornet S01E10: Bullets and Ballots (des balles et des bulletins)
The Green Hornet S01E11: Disaster Rides the Rails (le désastre enfourche les rails)
The Green Hornet S01E12: Panic in the Zoo (panique au zoo)
The Green Hornet S01E13: Doom of the Underworld (le fléau du crime)

***

Ici la page du forum Philippe-Ebly.fr consacrée à ce serial.

***