Oms en série, le roman de 1957Feu vert livre / BD

Oms en série (1957)

Sorti en 1957 chez Fleuve Noir Anticipation.
Réédité chez Denoël Présence du futur en 1972, 1973, 1976, 1989, réédité chez Folio essai en 2000.
Adapté en dessin animé La planète sauvage 1973.

De Stefan Wul aka Lionel Hudson de son vrai nom Pierre Perrault.

Pour adultes et adolescents.

(planet opera, presse) Sur la planète Ygam, les Draags entretiennent les Oms comme animaux de compagnie. Ces Oms sont les lointains descendants des êtres humains originaires de la planète Terre ramenés en captivité sur Gamay. À sa naissance, le jeune Om Terr est adopté par une petite fille dénommée Tiwa et l'accompagne dans toutes ses activités. Lorsque la jeune Tiwa apprend ses leçons grâce à ses écouteurs d'instruction, le petit Om - qui dort sur ses genoux - assimile également toutes les connaissances inculquées à l'enfant draag. Dès que les parents de Tiwa s'aperçoivent que Terr récite spontanément des leçons entières, ils s'inquiètent et demandent à Tiwa de ne plus le faire participer à ses séances d'instruction. Le jeune Terr s'échappe alors en volant les écouteurs d'instructions et se retrouve dans un parc draag habité par des bandes d'Oms sauvages qui y vivent clandestinement et refusent la servitude.

*

Oms en série, le roman de 1957Oms en série, le roman de 1957Oms en série, le roman de 1957Oms en série, le roman de 1957

Le texte original de Stefan Wul de 1957 pour Fleuve Noir Anticipation et Denoël Présence du Futur.

PREMIERE PARTIE
I.


En silence, le draag s’approcha du hunlot donnant sur la salle de nature. Sourian, il regarda jouer sa fille.

C’était une jolie petite fille draag, avec de grands yeux rouges, une fente nasale étroite, une bouche mobile et, de chaque côté de son crâne lisse, deux tympans translucides à force de finesse.

Elle courait sur le gazon, faisait des culbutes et se laissait rouler jusqu’à la piscine en poussant des cris de joie. Puis elle descendait sous l’eau le plus bas possible et prenait assez d’élan pour surgir, telle une fusée, jusqu’au plongeoir où elle s’accrochait du bout des doigts.

Comme elle recommençait pour la troisième fois son manège, elle manqua le plongeoir et dut déplier la membrane de ses bras pour planer jusqu’au gazon.
Elle resta un moment debout, rêvant à quelque nouveau jeu. Menue pour ses sept ans, elle n’avait que trois mètres de haut.

Son père entra dans la salle de nature et s’avança vers elle. Il la prit par la main, souriant toujours. Elle leva la tête vers lui.
— Je t’avais promis une surprise, dit le draag.

Elle resta un moment immobile, puis, ses yeux rouges s’allumant de joie, elle serra de ses vingt petits doigts la main de son père, et cria :
— L’ome du voisin a eu son petit !
— Elle en a eu deux, dit le draag. C’est assez rare. Nous te choisirons le plus beau. Ou plutôt non, tu le choisiras toi-même.

Elle tira le bras de son père en trépignant.
— Vite, père, emmène-moi les voir !
— Habille-toi d’abord, dit le draag en montrant la tunique abandonnée sur le gazon.

A la hâte, elle passa le mince vêtement et courut devant son père pour arriver plus vite. L’un, suivant l’autre, ils traversèrent le terre-plein les séparant de la demeure voisine.
— Vite, père, disait l’enfant dreeg en se haussant sur ses jambes pour essayer de toucher l’introducteur, simple plaque brillante fixée sur la porte.
— Tu es trop petite, ne t’énerve pas, dit le draag en touchant la main l’introducteur.

Le visage du voisin apparut sur la plaque et dit :
— Te voilà, Praw, je vois que tu m’amènes Tiwa.
— Et dans quel état d’impatience ! sourit Praw de sa large fente buccale.

La porte s’ouvrit devant les visiteurs. Le voisin les attendait, debout à l’entrée de la salle de nature. Il déplia poliment ses membranes en étendant les bras.
— Bonheur sur toi, Praw.
—Bonheur sur toi, Faoz, répondit le père de Tiwa.

Déjà, se coulant sous les jambes du voisin, la petite courait sur le gazon. Son père la rappela, mi-indulgent, mi-sévère.
—Tiwa ! tu n’a pas salué.

Tiwa déplia rapidement une membrane.
—Bonheur ..., dit-elle. Oh ! voisin Faoz, où sont-ils ? Où sont les petits Oms ?

De son gros œil rouge, Faoz fit un signe complice à Praw.
—Par ici, dit-il en traversant la salle.
Ils passèrent plusieurs portes et entrèrent dans une petite omerie où flottait une légère odeur animale, malgré la propreté immaculée des lieux.

Étendue sur un coussin, une ome allaitait ses deux petits. Elle les tenait serrés contre elle dans ses bras repliés, tandis qu’ils suçaient goulûment ses deux mamelles.
Tiwa se pencha en avant pour les voirs de plus près.
— Oh ! dit-il, ils n’ont presque pas de poils sur la tête !
— Quand ils ‘agit d’un om, on dit des cheveux, et non des poils, précisa Praw. Ils viennent de naître, leurs cheveux pousseront par la suite.

Elle regarda les longs cheveux blonds de la mère.
— Est-ce qu’ils auront des cheveux dorés, comme leur maman ?
— Certainement, dit Faoz, le père était aussi de race dorée.

***

Ici la page du forum Philippe-Ebly.fr consacrée à ce roman.

***

Chroniques de la Science-Fiction du 12 février 2024

Chroniques de la Science-Fiction #2024-02-12

Numéro précédent <> Numéro suivant.

Téléchargez ici l'exemplaire gratuit .pdf 6 pages A5 couleurs.

Ici l'index de toutes les Chroniques de la Science-fiction de 2024

Sorti le 19 janvier 2024 (première édition).

De David Sicé.

Les Chroniques sont une rubrique du fanzine l’Étoile étrange. Cette rubrique paraîtra désormais séparément pour tenir le rythme hebdomadaire de l'actualité de la Science-fiction même si le numéro complet de l’Étoile étrange n'est pas bouclé. Les numéros ont vocation à sortir rétroactivement et par anticipation, et donc à être mis à jour quand l'activité n'est pas complètement couverte.

Désormais, l'exemplaire .pdf ne contient plus que le calendrier des diffusions et des sorties de la semaine, reproduit ci-dessous.

***


Les sorties de la semaine du 12 février 2024
Noter que cette actualité ne couvre pas les films d’exploitation.
Noter que les dates de diffusion et titres d'épisodes peuvent changer jusqu'au dernier moment.

*

LUNDI 12 FEVRIER 2024

BLU-RAY UK
Alligator 1980+1991 (monstre mutant, 2br+2x4k, 12/2, 101 FILMS UK)
Invasion Of The Body Snatchers 1975** (remake, 4k, 12/2, limited, ARROW UK)
Doctor Who: The Daleks 1963 in Colour 2023** (colorisé remointé, br 12/2, BBC)

*

MARDI 13 FEVRIER 2024

TÉLÉVISION US
Quantum Leap 2023* S2E11 : (13/2, NBC US)
La Brea 2024** S3E06 : The Road Home 2 (13/2, NBC US) final, fin de la série.

BLU-RAY US
The Ballad of Songbirds and Snakes 2023* (br+4K, 13/2, LIONSGATE US)
The Marvels 2023* (fantasy superwokissime, br+4K, 13/2, DISNEY US)
Hypnotic 2023** (hypnose, mutant, virtuel, br, 13/2, RELATIVITY US)
Willy’s Wonderland 2021** (plagiat de Five Nights At Freddy’s, Nicolas Cage, br+4K, 13/2, SHOUT FACTORY US)
Alaska Seas 1954 (aventures, br, 13/2, KINO LORBER US)
Universal Classic Monsters 1931*** (monstres fant., Dracula***, Frankenstein****, The Mummy***, The Invisible Man***, The Bride of Frankenstein*, The Wolf Man***, The Phantom Of The Opera**, The Creature Of The Black Lagoon***, 8x4k, 13/2, UNIVERSAL US)
The Walking Dead Daryl Dixon 2023* (série, 2br, 13/2, RLJ ENTERTAINMENT US)

*

MERCREDI 14 FEVRIER 2024 - SAINT VALENTIN

CINE FR
All of Us Strangers 2023* (faux fantastique, fantôme, romance LGBTQ) 14/2, ciné FR.

CINE DE+US+IT
Madame Web 2024 (superwokissime) 14/2, ciné DE+US.
Les Trois Mousquetaires II 2023 (avent.woke) 14/2, ciné IT.

TÉLÉVISION US/INT
Resident Alien 2024** S3E01 : Lone Wolf (14/2, SYFY US)

BLU-RAY FR
Predator: Prey 2022* (monstre wokissime, br+4K, 14/2, DISNEY FR)

BANDE-DESSINEE FR
Prima Spatia 2024 T2 : La Traque (Filippi / Camboni, 14/2, VENTS D’OUEST FR)
Chroniques d’Atlantide 2024 T2 : Le miroir noir (Martino, 14/2, GLENAT FR)
Lynx 2024 T4 : (spaceop, Perrotin / Eremine, 14/2, PAQUET FR)
Travis 2024 T17 : Les pluies sèches (Duval / Quet, 14/2, DELCOURT FR)

*

JEUDI 15 FÉVRIER 2024

CINEMA DE
The Creation Of The Gods 2023**** (fantasy épique, 15/2, ciné DE)

TELEVISION INT+US
Halo 2024*** S2E03: Visegrad (spaceop, 15/2, PARAMOUNT + INT/FR)
Ghosts 2024*** S03E01: The Owl (sitcom fantôme, 15/2, CBS US)

BLU-RAY DE
Groundhog Day 1993*** (un jour sans fin, br+4K, 15/2, SONY DE)
Dracula 1992** (br+4k, 15/2, SONY DE)
Ants 1977 (It Happened at Lakewood Manor, br, 15/2, FILMJUWELEN DE)

BLU-RAY IT
Mad God 2021** (sans paroles, dark fantasy, br, 15/2, PLAION IT)
The Core 2003*** (catastrophe, br+4K, 15/2, PLAION IT)

*

VENDREDI 16 FEVRIER 2024

CINE ES
Madame Web 2024 (superwokissime) 16/2, ciné ES.

CINE US
No Way Up 2024 (catastrophe, 16/2, ciné US)

*

SAMEDI 17 ET DIMANCHE 18 FEVRIER 2024

Pas d’actualité de la Science-fiction à ma connaissance.

***

ImageFeu vert livre / BD

Random Acts Of Senseless Violence (1993)

Titre français : Journal de nuit.
Traduction du titre anglais : Actes aléatoires de violence insensée.

Ce roman appartient à la série Terraplane et est suivi par Heathern (1990).

Sorti en Angleterre en octobre 1993 chez Harper & Collins.
Traduit en poche français par Emmanuel Jouanne chez Denoël Présence du futur (poche) en octobre 1995,
Réédité en poche en septembre 2015 chez Folio SF Gallimard.

De Jack Womack.

Pour adultes.

(Prospective, chronique, violent) Elle s’appelle Lola Hart. Elle vient d’avoir douze ans, et elle habite Park Avenue à New-York. Son père est scénariste de télévision et sa mère professeur. Lola a une petite sœur de neuf ans, Boob. Toutes les deux vont dans un collège privé poiur filles, Brearley. Pour son anniversaire, Lola a eu sa chambre à elle — celle de la bonne qu’ils ont dû laisser partir — et un journal qu’elle va baptiser Anne : un journal, c’est pour ne pas oublier plus tard ce que l’on voit aujourd’hui. C’est bien qu’elle tienne un journal, d’après sa mère, car cela lui rappellera combien il faisait bon vivre alors…

*

Le texte original anglais de Jack Womack publié en 1993 chez BAEN.

FEBRUARY 15

Mama says mine is a night mind. The first time she said that I asked her what she meant and she said ‘Darling you think best in the dark like me.’ I think she’s right. Here I am staying up tonight so I can write in my new diary. Mama gave it to me for my birthday today. I love to write. Mama and Daddy write but I don’t think they love to write anymore, they juste write because they have to.

I got a new bedroom for my birthday too. It’s not a surprise like my diary was. It’s not a new room but the maid’s old room. We had to let her go but I don’t know where she went. Her name was Inez and she was nice but she never said much to me or my sister because her English wasn’t very good. Boob is my little sister and she has her own room now too. Her real name is Cheryl but we have names for each other that we’ve always used. Boob is her nam and Booz is mine.

My real name is Lola Hart. Faye and Michael Hart are our parents. We live on 86th Street near Park Avenue in New York City.

Mama and Daddy helped me move everything into my new room this morning after my new furniture came. I have a new bed and new lamp and new desk and chair. I also got new sweaters and shoes and a dictionary for school.

I love my new diary the best of all my presents. I’s better go to sleep now but I’ll be back tomorrow. More birthday treats then. Daddy says. I know he’s telling the truth because his face gives him away when he lies. Good-night.

FEBRUARY 16

Today is Sunday and tomorrow is President’s Day and I have a wonderful long weekend to do nothing. Daddy took us to brunch today at Rumlpelmayer’s as the extra birthday treat he promised. Rumpelmayer’s is all pink inside like me and Boob. I used to like it more than I do now, it’s not as good as it used to be. Boob likes it but she’s still a kid. We had ice cream sundaes and naturally Boob got extra hot fudge. Daddy wanted to buy me a stuffie but I’m too old for those now, I think. I’m twelve. Mama says ‘That’s not old at all sweetie not at all’ but it is. I already have more stuffies than fit on my bed now anyway. Boob started crying because she wanted a stuffie but Daddy said she didn’t have a birthday so why should she get one? Then he bought her one anyway a little brown rabbit. Mama called Daddy a sucker.

Boob is nine and spoiled rotten but I love her anyway. ‘Kiss it Booz’ she said and then when I wouldn’t she held her rabbit on her lap the whole time we were there. It has fudgy ears now. She wanted to wear her My L’il Fetus pack when we went to brunch but Mama wouldn’t let her. Aunt Chrissie who lives in California sent it to her as a Hanukah presen. My L’il Fetus is a doll baby that fits in a pack boob ties around her stomach. When you press its button it kicks her like a real baby would. Mama and Daddy don’t like it but Boob loves it. She’d even wear it to school if they let her but they won’t.

I hate babies. They’re messy and squirmy and smell bad. I never want to have one. The more I write the more I think about what I want to write. I’m tired though. I have a lot of time tomorrow and think I’ll write a lot more.

*

La traduction au plus proche.

15 FÉVRIER

Maman dit que j'ai l'esprit nocturne. La première fois qu'elle a dit ça, je lui ai demandé ce qu'elle voulait dire et elle a répondu : "Chéri, tu penses mieux dans le noir, comme moi". Je pense qu'elle a raison. Me voilà à veiller ce soir pour pouvoir écrire dans mon nouveau journal. Maman me l'a donné pour mon anniversaire aujourd'hui. J'adore écrire. Maman et papa écrivent mais je ne crois pas qu'ils aiment encore écrire, ils écrivent juste parce qu'ils ont à le faire.

J'ai eu une nouvelle chambre pour mon anniversaire aussi. Ce n'est pas une surprise comme l'était mon journal intime. Ce n'est pas une nouvelle chambre mais l'ancienne chambre de la bonne. On a dû la laisser partir mais je ne sais pas où elle est allée. Elle s'appelait Inez et elle était gentille mais n'a jamais dit grand chose à moi ou à ma sœur parce que son anglais n’était pas très bon. Boob, c’est ma petite sœur et elle a aussi sa propre chambre maintenant. Son vrai nom est Cheryl mais nous avons des noms que nous avons toujours utilisés. Boob est son nom et Booz est le mien.

Mon vrai nom, c'est Lola Hart. Nos parents sont Faye et Michael Hart. Nous habitons sur la 86ème rue près de Park Avenue à New York.

Maman et Papa m'ont aidée à tout déménager dans ma nouvelle chambre ce matin après que mes nouveaux meubles soient arrivés. J'ai un nouveau lit, une nouvelle lampe, un nouveau bureau et une nouvelle chaise. J'ai aussi de nouveaux pulls et de nouvelles chaussures et un dictionnaire pour l'école.

J’adore mon nouveau journal intime, le plus beau de tous mes cadeaux. C’est mieux que j’aille me coucher maintenant mais je serai de retour demain. D’autres cadeaux d'anniversaire alors, Papa a dit. Je sais qu'il a dit la vérité parce que son visage le trahit quand il ment. Bonne nuit.

16 FÉVRIER

Aujourd'hui c'est dimanche et demain c'est la Fête des Présidents et j'ai un long week-end merveilleux pour ne rien faire. Papa nous a emmenés à un brunch chez Rumlpelmayer's comme cadeau d'anniversaire supplémentaire qu'il nous avait promis. Rumpelmayer's est tout rose à l'intérieur comme pour moi et Boob. J'aimais plus ça avant que maintenant, ce n'est plus aussi bon que ça l’était. Boob aime ça, mais c'est encore une gamine. On a mangé des Sundae et naturellement Boob a eu du supplément de fudge fondu. Papa voulait m'acheter une peluche mais je suis trop vieille pour ces trucs maintenant, je pense. J'ai douze ans. Maman dit : "Ce n'est pas vieux du tout, ma puce, pas du tout", mais c'est vrai. De toute façon, j'ai déjà trop de peluches pour les faire tenir sur mon lit. Boob a commencé à pleurer parce qu'elle voulait une peluche, mais papa a dit que ce n’était pas son anniversaire alors pourquoi elle en aurait reçu une et il lui en a acheté une quand même. Maman a appelé papa un pigeon.

Boob a neuf ans et elle est pourrie gâtée mais je l'aime quand même. Elle m'a dit "Embrasse-le, Booz" et comme je ne voulais pas, elle a tenu son lapin sur ses genoux pendant tout le temps où nous étions là. Il a des oreilles au fudge maintenant. Elle voulait porter son ceinture Mon P’tit Fœtus quand nous sommes allés au brunch, mais maman ne l'a pas laissé faire. Tante Chrissie, qui vit en Californie, le lui a envoyé comme cadeau de Hanoukka. Mon P’tit Fœtus est un bébé poupée qui se range dans une ceinture que l'on attache autour de son ventre. Quand tu te presses le nombril, il te donne des coups de pied comme le ferait un vrai bébé. Maman et papa n'aiment pas ça, mais Boob adore. Elle le porterait même à l'école s'ils l’avaient laissée, mais ils n’avaient pas voulu.

Je hais les bébés. Ils sont sales, se tortillent et sentent mauvais. Je ne veux jamais en avoir un. Plus j'écris, plus je pense à ce que je veux écrire. Mais je suis fatiguée. J'aurai beaucoup de temps demain et je pense que j'écrirai beaucoup plus.

*

ImageImage

La traduction de Emmanuel Jouanne pour DENOEL PRESENCE DU FUTUR en 1995 et GALLIMARD FOLIO SF en 2015

15 février

Maman dit que je suis un être de nuit. La première fois qu’elle a dit ça je lui ai demandé ce que ça signifiait et elle a répondu : « Chérie tu penses mieux dans le noir comme moi. » Je crois qu’elle a raison. Me voilà debout tard ce soir pour pouvoir écrire dans mon nouveau journal. Maman me l’a donné aujourd’hui pour mon anniversaire. J’adore écrire. Maman et Papa écrivent mais je crois qu’ils n’aiment plus ça, ils écrivent juste parce qu’ils sont obligés.

J’ai eu aussi une nouvelle chambre pour mon anniversaire. Ce n’est pas une surprise comme pour mon journal. Ce n’est pas une nouvelle pièce mais l’ancienne de la bonne. On a dû la laisser partir mais je ne sais pas où elle est allée. Elle s’appelait Inès et elle était bien mais elle ne m’a jamais beaucoup parlé à moi ou à ma sœur Boob parce que son anglais n’était pas très bon. Boob est ma petite sœur et elle aussi a maintenant sa chambre à elle. En réalité elle s’appelle Cherryl mais on a des noms l’une pour l’autre dont on s’est toujours servi. Elle c’est Boob et moi c’est Booz.

En vrai je m’appelle Lola Hart. Faye et Michael Hart c’est nos parents. On habite la 86e Rue à côté de Park Avenue à New York City.

Maman et Papa m’ont aidé à tout déménager dans ma nouvelle chambre ce matin après que mes nouveaux meubles sont arrivés. J’ai un lit tout neuf et une lampe toute neuve et un bureau et une chaise tout neufs. J’ai eu aussi des pulls et des chaussures tout neufs et un dictionnaire pour l’école.

C’est mon nouveau journal que j’aime le plus de tous mes cadeaux. Il faut que j’aille dormir maintenant mais je reviendrai demain. D’autres surprises d’anniversaire d’ici là dit Papa. Je sais qu’il dit la vérité parce que sa figure le trahit quand il ment. Bonsoir.

16 février

Aujourd’hui c’est dimanche et demain c’est la fête du Président et j’ai un magnifique long week-end pour rien faire du tout. Papa nous a emmenées bruncher chez Rumpelmayer pour la surprise d’anniversaire en supplément qu’il avait promise. Chez Rumpelmayer c’est tout rose à l’intérieur comme chez moi et chez Boob. J’aimais mieux avant que maintenant, ce n’est pas aussi bien que c’était. Boob aime bien mais c’est encore une gamine. On a eu des coupes de crème glacée et naturellement Boob a commandé le supplément de caramel chaud. Papa a voulu m’acheter un doudou mais maintenant je suis trop vieille pour ces trucs-là, je pense. J’ai douze ans. Maman dit « Ça n’est pas vieux du tout chérie pas du tout », mais ça l’est. De toute matière j’ai déjà plus de doudous que c’est convenable sur mon lit. Boob s’est mise à pleurer parce qu’elle voulait un doudou mais Papa a dit que ce n’était pas son anniversaire alors pourquoi elle en voudrait un ? Après il m’en a acheté un quand même un petit lapin brun. Maman a traité Papa de jobard.

Boob a neuf ans et elle est gâtée pourrie mais je l’aime quand même. « Fais-lui un bisou Booz » elle adit et après quand je n’ai pas voulu elle a gardé son lapin sur ses genoux tout le temps qu’on est restés là-bas. Maintenant il a des oreilles en caramel. Elle voulait porter sa poche Mon P’tit Fœtus quand on est allés au brunch mais Maman n’a oas voulu. Tante Chrissie qui habite en Californie lui a envoyé ça comme cadeau de Hanoukka. Mon P’tit Fœtus est un bébé poupée qui tient dans une poche que Boob s’attache autour du ventre. Quand on appuie dessus il lui donne des coups de pied comme un vrai bébé. Maman et Papa n’aiment pas mais Boob adore. Elle le mettrait même pour aller à l’école s’ils la laissaient faire mais il ne veulent pas.
Je déteste les bébés. C’est sale et ça remue et ça sent mauvais. Je ne veux jamais en avoir. Plus j’écris plus je réfléchis à ce que je veux écrire. Quand même je suis fatiguée. J’ai beaucoup de temps demain et je pense que j’écrirai beaucoup plus.

***

 

Dr. Jekyll and Mr. Hyde, le blu-ray Warner Archive américain du film de 1931Feu vert blu-ray / DVD

Dr. Jekyll and Mr. Hyde 1931, le blu-ray Warner Archive américain de 2022 

Sorti aux USA le 25 octobre 2022.

Ici la page de ce blog consacrée au film Dr. Jekyll and Mr. Hyde 1931.

Région A (lisible seulement sur un lecteur blu-ray ou UHD américain ou multi-régions)

Le film : un must, le seul film où le nom du héros est prononcé correctement, avec l'idée géniale que Hyde est la régression génétique de Jekyll, donc de la Science-fiction et en prime une hypothèse plausible puisque les cellules humaines contiennent de quoi réactiver les espèces à partir desquelles il a évolué pour devenir humain. Réalisation extraordinaire, superbement joué.

A la différence de l'adaptation suivante, Jekyll choisit de prendre ce qu'il croit être un antidote à ses pulsions afin d'en protéger essentiellement sa fiancée, sa clientèle, son entourage, le genre humain : il veut être parfait, et du coup tester son élixir sur lui-même prend tout son sens - alors que dans la version suivante, le même Jekyll incarné par Spencer Tracy cherche à réparer ceux qui perdent la raison ou deviennent criminel. N'étant pas dans ce cas, ce Jekyll-là n'avait aucune raison de tester son élixir sur lui-même, peu importe les tentations auxquelles son métier l'exposaient.

Le plus impressionnant est comment la HD restaurée permet de retrouver un film de 1932 aux allures modernes, avec immersion dans les vrais décors et effets spéciaux pratiques limite invisibles - rien à voir avec l'idée qu'on pouvait se faire du film dans les années 1980. Ce qui laisse penser qu'avec de nouvelles restaurations tout ce qui a pu survivre de cette époque pourrait un jour se revoir avec la qualité du premier jour dans la meilleure salle de l'époque, et au-delà.

Image : 4:3 Noir et blanc, 1080/24p . excellente. Tous les détails HD y sont, inclus textures des peaux, cheveux fins et cils. Encore une fois, c'est extraordinaire parce qu'aucun détail des transformations, du monstre, ne nous tire du récit, au contraire, tout nous fascine, à la puissance 10 de l'édition DVD que j'avais. Aucun problème de mise à échelle de l'image 1080p vers un écran 4K sur mon système à partir d'un lecteur HD sur écran 4K Samsung.

Son: Anglais DTS HD MA 2.0 48 kHz. bon. Anglais sous-titré anglais. Les dialogues sonnent bien, le son des violons grincent un peu quand ils sont en musique de fond d'une scène, mais les limitations ne dérange pas.

Bonus : Pas encore écoutés ou vus, mais probablement très bons. Commentaire des historiens du cinéma, Dr. Steve Haberman & Constantine Nasr ; second commentaire de l'historien Greg Mank; dessin animé Warner Bros Hyde and Hare (Hayde et le lièvre); pièce de théâtre radiophonique du 19 novembre 1950 (audio seulement).

En conclusion : l'édition dvd précédente ne permettait simplement pas de se rendre compte des qualités formidables du film. Hyde en était réduit à une figure grimaçante, et les jeux de point de vue semblaient n'être que des effets de manche. En blu-ray, les micro expressions et les trucages comme maquillages extraordinaires exaltent les émotions, la caméra subjective des premières scènes devient caméra subjective du film entier, happant le spectateur au cœur de l'action.

Fredric March brille en tant qu'acteur comme jamais je ne l'aurais imaginé à la présentation DVD ou sur les photos datées, tout comme Miriam Hopkins. Celle-ci a beau être enfermée dans un rôle affriolant de plus de sa jeunesse, elle incarne la terreur de son personnage martyrisé par Hyde, que March bascule de l'homme des cavernes sympathique de la première transformation, à la brute sadique sans retenue apparente.

***